Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Offensive turque

Ankara déterminé à combattre l’EI en Syrie malgré de lourdes pertes

Au moins 38 soldats turcs ont été tués en Syrie depuis le lancement de l'opération turque « Bouclier de l'Euphrate », en août dernier.

Des tanks turcs ayant traversé la frontière avec la Syrie, en septembre dernier. Photo archives AFP

La Turquie s'est dit hier déterminée à poursuivre son offensive dans le nord de la Syrie, en dépit de lourdes pertes infligées à ses forces par le groupe État islamique (EI) dans son bastion d'al-Bab. Mercredi, 16 soldats turcs y ont été tués et des dizaines d'autres blessés dans une série d'attaques, dont plusieurs attentats à la voiture piégée, revendiquées par l'EI. Ce bilan est de loin le plus meurtrier enregistré par la Turquie en une journée depuis le déclenchement, fin août, de son intervention dans le nord de la Syrie pour chasser de cette zone les jihadistes de l'EI, mais aussi les milices kurdes syriennes. Ces lourdes pertes illustrent l'intensification des combats autour du fief jihadiste d'al-Bab, que les rebelles syriens appuyés par l'armée turque tentent d'enlever depuis plusieurs semaines.
« Certes, nous avons à ensevelir des martyrs », a concédé hier le président turc Recep Tayyip Erdogan, confirmant que le bilan était passé de 14 à 16 tués. « Mais nous sommes déterminés à entretenir leur mémoire, à défendre ce qu'ils nous ont légué et à poursuivre cette lutte », a-t-il ajouté.
Selon un dernier décompte, au moins 38 soldats turcs ont été tués en Syrie depuis le lancement, le 24 août, de l'opération turque « Bouclier de l'Euphrate ».

« Lutte existentielle »
« Il s'agit pour la Turquie d'une lutte existentielle. C'est une grande bataille menée au nom de l'unité de la Turquie », a estimé hier le Premier ministre Binali Yildirim.
Selon l'agence de propagande de l'EI Amaq, le groupe jihadiste a mené mercredi au total trois attaques-suicide à la voiture piégée contre les forces turques et les rebelles pro-Ankara lorsqu'ils ont tenté d'avancer vers al-Bab depuis l'ouest de la ville. L'EI a assuré sur des forums jihadistes avoir tué ou blessé 70 militaires turcs. L'aviation turque a, elle, frappé 47 cibles de l'EI autour d'al-Bab, à 25 kilomètres de la frontière turque, selon l'agence progouvernementale Anadolu.
« Al-Bab est entièrement assiégée par l'armée syrienne libre et nos soldats », a assuré mercredi M. Erdogan, ajoutant espérer que la ville « tombera entièrement, tôt ou tard », selon le ministre turc de la Défense Fikri Isik.

Farouche résistance
Après avoir aidé les rebelles à chasser l'EI de plusieurs localités, notamment Jarablous, al-Rai et Dabiq, Ankara a dirigé ses forces vers al-Bab, un bastion des jihadistes situé dans la région d'Alep, à 35 km au nord-est de la ville éponyme.
Les jihadistes semblent y opposer une résistance plus farouche : la campagne turque, dont la progression avait jusque-là été rapide, s'enlise et un nombre croissant de militaires turcs sont tués ou blessés.
Outre l'EI, l'offensive turque vise les milices kurdes des YPG (Unités de protection du peuple), alliées des États-Unis en Syrie dans la lutte contre l'EI.
Ezzedine SAÏD et Gokan GUNES/AFP


La Turquie s'est dit hier déterminée à poursuivre son offensive dans le nord de la Syrie, en dépit de lourdes pertes infligées à ses forces par le groupe État islamique (EI) dans son bastion d'al-Bab. Mercredi, 16 soldats turcs y ont été tués et des dizaines d'autres blessés dans une série d'attaques, dont plusieurs attentats à la voiture piégée, revendiquées par l'EI. Ce bilan...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut