X

Moyen Orient et Monde

« Vibrant hommage » à Ban Ki-moon et prestation de serment d’António Guterres

Onu
13/12/2016

Le secrétaire général désigné de l'Onu, António Guterres, a prêté serment hier lors d'une cérémonie solennelle qui s'est déroulée avec panache à l'Assemblée générale de l'Onu, à New York. Le nouveau secrétaire général désigné assumera officiellement ses fonctions le 1er janvier 2017, pour une période de cinq ans.

 

Auparavant, une cérémonie d'adieu a été rendue au secrétaire général sortant Ban Ki-moon dont le mandat expire le 31 décembre 2016, après dix ans de loyaux services à la tête de l'Onu. À cette occasion, l'Assemblée générale a adopté une résolution rendant « un vibrant hommage » à M. Ban pour « sa contribution exceptionnelle aux travaux de l'Onu et ses réalisations remarquables en ce qui concerne l'amélioration des conditions de vie des populations et la préservation de notre planète pour les générations futures, ainsi que la promotion et la protection des droits de l'homme et des libertés fondamentales pour tous en vue d'un monde sûr ».

 

Ban : « Privilège d'une vie »
Tous les États membres ont exprimé en chœur « leur profonde gratitude » au secrétaire général sortant pour les réformes qu'il a entreprises et les nombreuses propositions qu'il a formulées afin de permettre à l'Onu de mieux faire face aux défis majeurs de notre temps dans le domaine de la paix et la sécurité, du développement durable et des droits de l'homme. « Je suis profondément touché par vos hommages. Servir en tant que secrétaire général a été le privilège d'une vie », a déclaré, ému, M. Ban dans son discours. « Pour moi, le pouvoir des Nations unies n'a jamais été abstrait ou académique. C'est l'histoire de ma vie. Cette profonde appréciation s'est encore renforcée chaque jour pendant mon mandat aux Nations unies... Depuis dix ans, j'ai eu l'honneur de servir aux côtés de beaucoup de femmes et d'hommes courageux, dévoués et talentueux », a-t-il noté.

 

Guterres « incarne l'esprit universel »
Le président de l'Assemblée générale, Peter Thomson, a estimé hier dans son discours qu'António Guterres avait été choisi à la suite d'un processus « au cours duquel son intégrité, ses valeurs et ses compétences ont brillé ». « Le secrétaire général désigné est effectivement reconnu comme un homme qui incarne l'esprit universel des Nations unies. Nous sommes persuadés qu'il dirigera notre organisation avec sagesse et rectitude, toujours dévoué au bien commun de l'humanité », a-t-il ajouté.

L'ancien Premier ministre du Portugal, de 1995 à 2002, et ancien Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés, de juin 2005 à décembre 2015, António Guterres est âgé de 67 ans. Il a été nommé secrétaire général par acclamation par l'Assemblée générale des Nations unies le 13 octobre, après que le Conseil de sécurité ait recommandé de le nommer à ce poste. Cet homme charismatique d'action et polyglotte a la stature d'un homme d'État.

 

(Lire aussi : La collaboration Etats-Unis/Onu fondamentale pour soigner les maux de la planète)

 

Hommage aux valeurs de Ban
Rendant à son tour hommage à son prédécesseur, António Guterres a déclaré : « Votre leadership de principe a aidé à tracer l'avenir de l'Onu – à travers l'Agenda pour le développement durable de 2030; par votre engagement en faveur de la paix et de la sécurité; grâce à votre initiative visant à placer les droits de la personne au cœur de notre travail. Sous votre direction, le monde s'est engagé dans l'accord historique de Paris sur le changement climatique et l'a ratifié en un temps record. Je crois fermement que cette dynamique est imparable. Cher Secrétaire général Ban Ki-moon, c'est un honneur de suivre vos pas en défendant les mêmes valeurs qui nous unissent. »

 

Tensions et instabilité
Rappelant la « vague d'optimisme » qui régnait dans le monde il y a vingt et un ans, lorsqu'il a prêté le serment de Premier ministre du Portugal, à la fin de la guerre froide, António Guterres relève dans son discours, en trois langues, que cet optimisme n'est plus de mise. « Des contradictions et des tensions cachées ont refait surface. Les nouvelles guerres se sont multipliées. Le manque de clarté dans les relations de pouvoir conduit progressivement à une imprévisibilité et à une impunité plus grande. Les conflits sont devenus plus complexes et plus interconnectés que jamais. Ils produisent des violations horribles du droit international humanitaire et des violations des droits de l'homme. Les gens ont été forcés de fuir leurs maisons à une échelle inédite depuis des décennies. Et une nouvelle menace est apparue : le terrorisme mondial, a-t-il souligné. Les mégatendances – dont le changement climatique, la croissance démographique, l'urbanisation rapide, l'insécurité alimentaire et la pénurie d'eau – ont accru la concurrence pour les ressources et accentué les tensions et l'instabilité. »

 

Prévention et droits humains
« La prévention exige que nous nous attaquions aux causes profondes à travers les trois piliers des Nations unies : la paix et la sécurité, le développement durable et les droits humains », a souligné, en français, le secrétaire général désigné.
Toutefois, « il est temps pour l'Onu de reconnaître ses insuffisances et de réformer la manière dont elle fonctionne », a-t-il martelé, en recommandant des réformes dans trois domaines : maintien de la paix, aide au développement durable et gestion. « Il nous faut davantage de médiation, d'arbitrage et de diplomatie préventive », a-t-il conclu.

 

 

 

Pour mémoire

Rencontre entre Poutine et Guterres, futur patron de l'Onu

 

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban invité à Astana : une reconnaissance de la priorité du dossier des réfugiés syriens

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants