Rechercher
Rechercher

À La Une - Conflit

Le Qatar continuera à aider les rebelles syriens, avec ou sans Trump

Assad est "le carburant de Daech", estime le chef de la diplomatie qatarie.

Le ministre qatari des Affaires étrangères, cheik Mohammad Ben Abderrahmane al-Thani à Doha, au Qatar, le 26 novembre 2016. REUTERS/Naseem Zeitoon

Le Qatar continuera à armer la rébellion syrienne même si Donald Trump met fin à la participation des Etats-Unis aux efforts internationaux en faveur des insurgés, a déclaré samedi soir le ministre qatari des Affaires étrangères dans une interview à Reuters.

Cheikh Mohammad ben Abderrahmane al-Thani a toutefois souligné que le riche Etat du Golfe ne comptait pas prendre seul l'initiative de fournir aux rebelles des missiles anti-aériens tirés à l'épaule ("Manpad") afin de se défendre contre les aviations syrienne et russe. Une telle décision, a-t-il souligné, devra être prise collectivement.

La perspective de fournir de telles armes aux insurgés inquiète les Etats-Unis, qui redoutent que ces missiles ne tombent entre les mains de groupes djihadistes et ne soient utilisés contre des avions de ligne occidentaux.

Le Qatar est l'un des premiers soutiens de la rébellion anti-Assad. Il collabore avec les pays occidentaux, l'Arabie saoudite et la Turquie à un programme supervisé par la CIA pour fournir aux groupes rebelles dits "modérés" des armes et un entraînement. "Cette aide va se poursuivre, nous n'allons pas l'interrompre. Même si Alep tombe, nous ne renoncerons pas aux exigences du peuple syrien", a déclaré le chef de la diplomatie qatarie.

L'armée syrienne a annoncé samedi la prise d'un quartier d'Alep-Est, la partie d'Alep contrôlée par les rebelles. "Même si le régime capture (Alep), je suis sûr que (les rebelles) auront la capacité de la reprendre au régime (...). Nous avons besoin de plus de soutien militaire, oui, mais ce qui est encore plus important, c'est d'arrêter les bombardements et de créer des zones sûres pour les civils."

 

(Lire aussi : Le régime syrien dit avoir repris aux rebelles un quartier clé d'Alep)

 

Assad "carburant de Daech"
Cheikh Mohammad ben Abderrahmane al-Thani a déclaré que Bachar el-Assad était "le carburant de Daech", employant l'acronyme arabe de l'Etat islamique, et estimé que le président syrien n'avait rien fait pour combattre le groupe djihadiste.

Lors de sa campagne, Donald Trump a laissé entendre que les Etats-Unis pourraient cesser de soutenir les rebelles anti-Assad, préférant concentrer leurs efforts sur la lutte contre l'EI, suggérant même qu'il pourrait coopérer avec Moscou dans cette optique. Dans une interview publiée récemment, Bachar el-Assad a déclaré que le président élu américain serait un "allié naturel" s'il décidait de "combattre les terroristes".

"Nous souhaitons avoir les Etats-Unis à nos côtés, ils sont notre allié historique", a déclaré le ministre qatari. "Mais s'ils veulent changer d'avis, allons-nous changer de position ? Pour nous, au Qatar en tout cas, nous n'allons pas changer de position. Notre position est basée sur nos principes, nos valeurs et notre évaluation de la situation là-bas."
Cheikh Mohammad a estimé que Donald Trump pourrait changer d'opinion une fois au pouvoir en se rendant compte, grâce aux services de renseignement, de la "réalité" sur le terrain.

La réalité, a-t-il dit, est que la violence des forces pro-Assad ne fait qu'alimenter les groupes extrémistes. "Si nous ne nous attaquons pas à la cause de tout ceci (..), nous aurons un autre groupe extrémiste, encore plus extrême et plus brutal (que l'EI)", a-t-il dit.

 

 

Lire aussi

Le régime Assad vivement stigmatisé au cours des séances de la WPC à Doha

Jean-Paul Laborde : Il n’y a pratiquement plus d’États qui soutiennent le terrorisme

Un dialogue avec Assad ne mènerait à rien, affirme Ayrault

L'élection de Trump ajoute aux incertitudes des rebelles syriens

« Nos très chers émirs » : brûlot, polémique ou « bouffonnerie insupportable » ?

Le Qatar continuera à armer la rébellion syrienne même si Donald Trump met fin à la participation des Etats-Unis aux efforts internationaux en faveur des insurgés, a déclaré samedi soir le ministre qatari des Affaires étrangères dans une interview à Reuters.
Cheikh Mohammad ben Abderrahmane al-Thani a toutefois souligné que le riche Etat du Golfe ne comptait pas prendre seul...
commentaires (6)

LES REBELLES... OUI ! MAIS... QUI FINANCE LES TARES ?

LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

11 h 10, le 28 novembre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • LES REBELLES... OUI ! MAIS... QUI FINANCE LES TARES ?

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    11 h 10, le 28 novembre 2016

  • IL AIME BEAUCOUP LES SYRIENS IL VEUT LES AIDER PAR PRINCIPE, POURQUOI TU N'ACCEPTES AUCUN REFUGIER SYRIEN QUI RENTRE CHEZ TOI DANS TON PAYS DONC ? SACRÉ KATARI VA..

    Gebran Eid

    16 h 53, le 27 novembre 2016

  • Le grand déballage du ministre Quatari doit embarrasser ses alliés Occidentaux. En effet c'est la première fois que nous avons un aveux claire qui implique l'Occident dans son aide aux terroristes. Au Moyen Orient la peur aurait-elle changé de camp ?

    Rocchesani Marcel

    14 h 26, le 27 novembre 2016

  • voilà en live officiel ...que le Qatar confirme qu'il soutient les terroristes djihadistes de son obédience en Syrie ....! l'on avait déjà compris ,que le carburant de la guerre en Syrie était le Qatar and Co...

    M.V.

    12 h 42, le 27 novembre 2016

  • Des géopoliticiens font l'analyse suivante en expliquant les fertilisants des faits: Les élus des quartiers difficiles en France ferment les yeux sur les trafiques de tout genre par clientélisme électoral. Les pays du golf assistent les rebelles syriens pour qu’ils ne viennent pas contaminer leur pays.

    DAMMOUS Hanna

    11 h 21, le 27 novembre 2016

  • On ne pourra pas dire que on ne pouvait pas avoir meilleur aveu . Il va falloir que tu convainques Fillon aussi . Ce pays wahabite se sent pousser des ailes , on se demande pourquoi , a t-il eu un soutien d'un des alliés des usa , on sait tous qui , ou bien se sait il fini et il lance des bêtises de ce genre pour se faire bien voir par les bactéries qu'il finance , afin d'éviter de se faire " visiter " par eux.

    FRIK-A-FRAK

    10 h 36, le 27 novembre 2016

Retour en haut