X

À La Une

Ces Libano-Américains sur qui Trump pourra compter

Repère

Sélection non-exhaustive de ces élus, lobbyistes et conseillers de l'ombre ayant pris fait et cause pour le président élu.

24/11/2016

Durant sa campagne, Donald Trump, dont les déclarations sur les musulmans et les immigrés ont fait polémique, s'est entouré de personnalités politiques et d'entrepreneurs d'origine libanaise. Proches de la galaxie du Parti républicain, ils exercent principalement leur influence sur la politique diplomatique que le président américain élu entend mettre en œuvre en direction du Moyen-Orient.

Sélection non-exhaustive de ces élus, lobbyistes et conseillers de l'ombre ayant pris fait et cause pour le milliardaire et qui pourraient, pour certains d'entre eux, être propulsés, dans les prochaines semaines, sur le devant de la scène.

 

 

LES PROCHES

 

Walid Pharès, le spécialiste du Moyen-Orient


Photo Facebook

 

Le 21 mars, le candidat Donald Trump accorde une interview au Washington Post afin de calmer les inquiétudes sur ses carences en matière de politique étrangère. Alors que deux semaines plus tôt, le milliardaire expliquait ne pas avoir de sherpas en matière de diplomatie, il cite, dans cet entretien, les noms de plusieurs personnalités, dont Walid Pharès, qu'il présente comme ses conseillers diplomatiques.

Né à Beyrouth, avocat et professeur de sciences politiques à Miami puis à Washington, Walid Pharès est connu du public libanais, arabe et international du fait de ses nombreuses interventions sur les principales chaînes satellitaires moyen-orientales et américaines. Il est, depuis 2006, l'"analyste principal" pour la chaîne américaine Fox News, réputée conservatrice.  

Depuis le 11 septembre 2001, ce spécialiste du monde arabo-musulman est également conseiller auprès du Congrès américain. Conférencier sur les affaires du Moyen-Orient et du terrorisme, il est désigné en 2011 conseiller pour les Affaires étrangères et la Sécurité nationale du candidat républicain à la présidentielle américaine Mitt Romney. 

Décrit comme conservateur, Walid Pharès s'est vu reprocher par certains médias spécialisés sa proximité avec les Forces libanaises durant la guerre civile au Liban.

 

Tom Barrack, le sponsor


Photo Brendan Smialowski/AFP


Ce magnat de l'immobilier, fils d'immigrants libanais originaires de Zahlé (Békaa) et l'un des principaux collecteurs de fonds de la campagne présidentielle de Donald Trump, est pressenti pour être nommé secrétaire du Trésor américain, trente ans après avoir été secrétaire d'État chargé de l'Aménagement du territoire sous l'administration de Ronald Reagan.

Lors de la convention nationale du Parti républicain à Cleveland le 21 juillet, Tom Barrack prononce un discours remarqué dans lequel il fait l'éloge de Donald Trump, "un de mes plus proches amis depuis 40 ans", et évoque ses racines libanaises. En octobre, M. Barrack intègre le comité de conseil chargé de la sécurité nationale créé par M. Trump

Tom Barrack est le président-fondateur de Colony Capital, un fonds international d'investissement immobilier basé à Los Angeles, gérant près de 550 milliards de dollars. Colony Capital investit aussi bien dans des hôtels de luxe que des vignobles ou des clubs de foot. Tom Barrack est aussi propriétaire de casinos à Atlantic City, dans le Golfe et en Europe, ainsi que de différents hôtels de luxe, immeubles et appartements.

 

Jeanine Pirro, la procureure


Photo AFP


Cette juge républicaine, célèbre aujourd'hui pour son émission hebdomadaire sur Fox News Justice with Judge Jeanine, dans laquelle elle évoque les sujets de l'actualité judiciaire, a été vue il y a quelques jours dans la Trump Tower, où Donald Trump multiplie les rendez-vous dans le cadre de la formation de son Administration. Certains journaux people indiquent que Jeanine Pirro aurait demandé un poste important au sein de l'administration Trump. 

Née en 1951 à Elmira, dans l'Etat de New York, Mme Pirro est la fille de Nasser Ferris (version américanisée de Farès), vendeur de mobile homes, et d'Esther Awad, mannequin. Juge puis procureur, elle est nommée en 1997 à la tête de la commission de l'Etat de New York chargée des violences domestiques.

En 2005, elle annonce sa candidature au poste de sénateur de New York sous l'étiquette républicaine face à Hillary Clinton. Elle est alors financièrement soutenue par Donald Trump. Mais face aux sondages qui la donnent perdante, elle se retire de la course après deux mois de campagne.

 

Tony Sayegh, le stratège


Photo Facebook


Analyste politique et intervenant régulier sur Fox News, Tony Sayegh est vice-président exécutif de Jamestown Associates, un groupe de consultants politiques très proche des républicains. M. Sayegh est notamment intervenu à la télévision pour appeler le Parti républicain à s'unir autour de Donald Trump.

Sur le site Internet de sa société, M. Sayegh est présenté comme un stratège ayant participé à plus d'une centaine de campagnes électorales aux niveaux local et fédéral. Il fut notamment membre du staff (conseiller de presse) de Jack Kemp, candidat à la vice-présidence des États-Unis en 1996 sur le ticket républicain formé par Robert Dole. Il fut également le conseilleur de l'ancien gouverneur de New York, Georges Pataki.

Il vit aujourd'hui avec sa femme Maria et leurs quatre enfants à Eastchester, dans l'Etat de New York.

 

 

LES ÉLUS

Ralph Abraham Jr., Louisiane


Photo Facebook


Ce physicien et ancien vétérinaire de 62 ans est le représentant du Parti républicain pour le 5e district de Louisiane à la Chambre des représentants. Il est récemment monté au créneau pour défendre le choix de Donald Trump de nommer le très conservateur Steve Bannon conseiller en stratégie.
Selon le Comité d'action politique du conseil du leadership arabo-américain (ALCPAC), M. Abraham est le fils d e deux immigrés libanais, Marlene Posey et Ralph Abraham Sr.

Charles Boustany, Louisiane


Photo Facebook


Selon le site Politico, cet ancien chirurgien cardiaque de 60 ans, représentant du Parti républicain pour le 3e district de Louisiane à la Chambre des représentants, est pressenti pour devenir le négociateur en chef sur les affaires commerciales au sein de l'administration Trump. Selon l'ALCPAC, les grand-parents paternels de M. Boustany étaient des immigrés libanais.

 

 

Darrell Issa, Californie


Photo Facebook


Surnommé "mini-Trump" par le New York Times en raison de sa fortune pesant plusieurs centaines de millions de dollars faite dans le domaine des alarmes de voiture et de son caractère exubérant, ce représentant de 63 ans du Parti républicain pour le 49e district de Californie à la Chambre des représentants est l'enfant d'un père libano-américain et de grand-parents libanais ayant émigré aux Etats-Unis pour s'installer à Cleveland.
Comme Tom Barrack, M. Issa intègre en octobre le comité de conseil chargé de la sécurité nationale créé par M. Trump durant la campagne présidentielle.


Darin LaHood, Illinois


Photo Facebook


Le soutien accordé par ce représentant républicain du 18e district de l'Illinois à la Chambre des représentants à Donald Trump ne s'est jamais démenti tout au long de la campagne présidentielle. Il juge positive son action depuis son élection à la tête des Etats-Unis.
Cet avocat de 48 ans a pris la suite de son père, Ray LaHood, également membre du Parti républicain mais qui fut secrétaire d'Etat aux Transports entre 2009 et 2013 dans l'administration du président Barack Obama.

 

 

LES LOBBYISTES

Le 23 mars, en pleine campagne des primaires républicaines, l'entrepreneur immobilier Atef Tom Harb, très impliqué dans la vie de la communauté libanaise aux Etats-Unis, crée avec d'autres Libano-Américains l'American Mideast coalition for Trump (AMCT) (coalition américaine du Moyen-Orient pour Trump). Ce lobby s'était donné pour ambition de réunir sous la bannière de Trump des citoyens américains d'origines libanaise, syrienne, égyptienne, irakienne, soudanaise et iranienne et de toutes religions.



Atef Tom Harb. Photo tirée du site de l'AMCT

 

 

Dans cette organisation, on retrouve des personnalités d'origine libanaise comme l'ingénieur avionique à la NASA Eblan Farris qui est, comme Harb, un membre important de l'Union maronite mondiale, ainsi que John Hajjar, promoteur immobilier, et son épouse Astrid Hajjar, qui habitent à Boston.


Eblan Farris. Photo tirée du site de l'AMCT

 

 
John Hajjar. Photo tirée du site de l'AMCT

 


Astrid Hajjar. Photo tirée du site de l'AMCT

 

 

 

Un fervent militant

Nedal Tamer est un agent immobilier ayant fait les choux gras des médias américains qui l'ont présenté comme l'un des rares partisans de Donald Trump d'origine arabe et de religion musulmane.

 


Photo Facebook

 

Originaire de la localité d'Ansar, au Liban-Sud, Nedal Tamer, 40 ans, s'est installé aux Emirats arabes unis pour des raisons professionnelles avant d'émigrer aux Etats-Unis en 1997. Il vit aujourd'hui avec son épouse et ses quatre enfants à Dearborn, dans la banlieue de Détroit, dans le Michigan, qui abrite l'une des plus grandes communautés arabe et musulmane d'Amérique du Nord.

Interrogé sur les propos de Donald Trump expliquant que "l'islam hait" l'Amérique et sa volonté d'interdire aux musulmans étrangers d'entrer sur le territoire américain, M. Tamer a répondu que le président élu ne parle pas de "tous les musulmans", et estimé que M. Trump a les capacités de "détruire le groupe Etat islamique (EI)".

 

 

Pour mémoire
Quel impact de l'élection de Trump sur le Liban et la région ?

Victoire de Trump : des électeurs US d'origine libanaise, entre bonheur et effroi

Humour, ironie : les meilleurs tweets des internautes libanais en réaction à la victoire de Trump

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.