Campus

Un événement, deux regards

OLJ
11/11/2016

Plus qu'un concours littéraire, le prix Goncourt/Choix de l'Orient est une manifestation culturelle annuelle de grande envergure qui mobilise plus de 400 étudiants et des dizaines d'enseignants au Liban et dans de nombreux pays du monde arabe. Ci-dessous les avis croisés de deux participantes : une professeure et une étudiante.

Hoda Rizk-Hanna, professeure à la faculté des lettres et des sciences humaines de la faculté des lettres, section 2, de l'Université libanaise

Un Goncourt étudiant, un Goncourt de l'Orient c'est une pépite d'or que l'on déterre tous les ans au sein de notre département de français à la faculté des lettres de l'Université libanaise. Nous déballons allègrement une fournée de livres qui nous vient d'ailleurs. Les étudiantes se servent volontiers, palpent les premières de couverture, parcourent au hasard quelques pages avant de faire leur choix. La lecture de ces romans offerts par l'AUF et la rédaction des chroniques littéraires diffusées sur le site du Choix de l'Orient sont censées développer leurs compétences linguistiques. Mais en réalité l'enjeu de ce Goncourt étudiant se situe aussi à un autre niveau.
Les 16 romans en lice pour le prestigieux prix littéraire ne sont pas simplement des tranches de vie, des chroniques sociales, des intrications entre la grande histoire et la fiction romanesque. Un regard panoramique sur l'ensemble des œuvres choisies par le jury Goncourt et soumises au jugement des lecteurs nous permet de mesurer l'importance de ce Goncourt étudiant.
Il y a dans ces quelques livres un bien précieux, la quintessence d'une pensée lucide qui vibre d'indignation contre un monde régi par la violence et par les préjugés de classe et de culture, un monde où l'individu subit son origine comme une fatalité. Certains romans ont l'allure d'une enquête ; les protagonistes s'interrogent sur les causes, les mobiles, les conjonctures de ce déchaînement de la violence, de cette recrudescence de l'intolérance et de la cruauté dans les sociétés occidentales et partout ailleurs de par le monde.
Les enquêtes virent parfois à la quête des origines ou à la simple introspection et c'est encore l'occasion de repenser les problèmes de communication dans le couple, les conduites d'échec, les difficultés d'insertion dans un groupe constitué, l'obsession identitaire, l'angoisse sécuritaire, l'adolescence confrontée aux violences médiatiques, économiques et politiques.
Nos étudiants, en analysant les romans en lice pour le Goncourt, tâtent le pouls de la pensée occidentale, écoutent les pulsations d'une humanité souffrante, perçoivent enfin un cri d'indignation authentique, viscéral mais élaboré et démiurgique qui les appelle, les nourrit et catalyse leur détermination à œuvrer pour un monde plus clément.

Joanna Charbine, étudiante en 3e année de lettres françaises à l'Université Saint-Joseph de Beyrouth

Cinq étudiants en lettres françaises, une modératrice, huit romans... Voilà, le décor est placé, l'aventure peut commencer. Chaque mercredi, nous nous réunissons à l'USJ et nous discutons pendant plus de deux heures des livres sélectionnés par l'Académie des Goncourt dans le cadre du prix littéraire Le Choix de l'Orient. Entre commentaires critiques et débats animés, nous découvrons des auteurs contemporains qui tantôt nous émerveillent et tantôt nous révoltent.
Au fil des pages, nous parvenons à discerner le reflet du monde dans lequel nous vivons, de cette humanité déshumanisée où la cruauté se mélange aux troubles psychologiques qui se diffusent telle une épidémie fatale. Nous sommes alors confrontés aux problématiques qui occupent notre génération, et nous nous acharnons à trouver des réponses à travers des discussions qui se déroulent à la fois en cours et sur le Web avec des étudiants de trente autres universités du Moyen-Orient qui partagent notre passion pour la littérature. En effet, l'aventure Le Choix de l'Orient ne se limite pas aux lectures et aux rencontres hebdomadaires au sein de l'université. C'est un travail continu qui nous permet de développer notre esprit critique à travers la présentation d'un dossier de lecture personnalisé et la rédaction de chroniques littéraires postées en ligne, sur un blog créé pour l'occasion... Mais n'allez pas croire qu'il s'agit là d'une corvée ! Nous sommes toujours réticents lorsqu'il nous est demandé de quitter la salle de cours après une rencontre, et nous refusons de mettre nos discussions en suspens pour « nous reposer » parce qu'en réalité, le projet Choix de l'Orient est notre ticket d'envol, notre temps de répit. Il nous permet de nous éloigner d'une société matérielle et de tendre vers un univers intellectuel où le style élégant se conjugue avec les pensées profondes. Il est vrai que notre enthousiasme va en s'accroissant avec l'approche du vote final qui aura lieu aujourd'hui au Salon du livre, mais nous sommes d'ores et déjà attristés à l'idée de voir notre odyssée prendre fin.

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.