X

Culture

« Lire ensemble », « Libres ensemble », et vivre ensemble...

Conférence de presse

Le Salon du livre francophone, bien installé dans la vie culturelle libanaise, s'ouvre le 5 novembre et se déroulera jusqu'au 13 novembre. En mettant l'accent sur deux cultures qui ont choisi de cohabiter et de s'unir, en toute liberté.

28/10/2016

« Lire ensemble » est le thème de la 23e édition du Salon du livre francophone (du 5 au 13 novembre) qui veut témoigner d'une francophonie ouverte, surtout au public arabophone. Beaucoup de nouveautés sont attendues cette année, notamment la présence de l'Italie dans les stands. Par ailleurs, le souci de mettre en évidence le bilinguisme se traduit par l'accueil pour la première fois de la production en arabe, avec la présence de certains éditeurs, car non seulement les deux tiers des traductions du français à l'arabe sont réalisées au Liban, mais la première langue de destination de l'arabe en traduction, c'est le français.

Les moments forts sont tout aussi nombreux, et ils ont été annoncés hier lors d'une conférence de presse au siège de la Bankmed à Clemenceau. Ce salon a pour la première fois un invité d'honneur, Salah Stétié, un grand auteur libano-français qui a su faire « des allers-retours entre les deux langues et est devenu un poète français sans jamais être un orientalisant ». Sa conférence inaugurale, « Arabité et francité, l'inévitable dialogue », se tiendra le samedi 5 novembre entre 15h et 17h.

Autres moments importants : la remise de nombreux prix, comme celui du Prix jeunes critiques libanais le lundi 7 novembre à 17h, ainsi que la proclamation du lauréat de la Liste Goncourt / Choix de l'Orient en présence de l'auteure Paule Constant, le vendredi 11 novembre entre 15h et 17h. On retiendra également un focus sur le théâtre (avec une table ronde avec Roger Assaf) et un autre sur la bande dessinée en présence de Jean Van Hamme, invité de l'ambassade de Belgique, le samedi 12 novembre. La conférence intitulée « La joie face au tragique de l'existence » avec Alexandre Jollien, invité de l'ambassade suisse, le samedi 5 novembre à 16h, est aussi un moment fort du salon. Quant au dernier week-end, il sera consacré à la danse contemporaine, accompagnée d'une chorégraphie in situ.

---

 

Ils ont dit
Emmanuel Bonne, ambassadeur de France au Liban :
« Je salue en particulier le ministre de la Culture Rony Arayji, qui soutient ce salon dans son dynamisme et sa vitalité. Il a une vraie crédibilité au-delà des frontières du Liban. Par ailleurs, le pays du Cèdre a un statut particulier dans la culture du Moyen-Orient. Il y avait cet ancien adage : On écrit les livres au Caire, on les publie à Beyrouth et on les lit à Bagdad. Aujourd'hui, c'est à Beyrouth que l'on fait tout cela et il est important de l'encourager. Ce salon, qui implique tous les secteurs de l'opinion, ainsi que toutes les manières de lire et de parler en français, permet aux gens de lire ensemble, mais aussi de se rencontrer, quelles que soient leurs origines linguistiques, mais aussi sociales et culturelles. Cet événement culturel montrera qu'il n'y a pas d'exclusion entre les langues française et arabe, mais une fécondation riche. La preuve de son importance est la présence de la ministre de la Culture Audrey Azoulay. Enfin, cet événement culturel n'est pas un patrimoine ni un héritage de l'histoire, mais une vraie ambition intellectuelle en français pour l'avenir où le jeune public y trouvera grandement sa place. À travers ce salon, c'est l'avenir que nous préparons. »

Georges Tabet, représentant du syndicat des importateurs de livres au Liban :
« Ce salon reflète la volonté des organisateurs d'inciter les jeunes à la lecture. Il favorise les échanges culturels entre les deux langues, puisqu'on traduit de la langue française à l'arabe et vice versa. Il incite à de nouvelles créations littéraires et élude les clivages sociaux. « Lire ensemble » encourage aussi l'édition papier de livres et de presse. Celle-ci est en baisse sensible dans le monde, et au Liban en particulier. D'aucuns pensent que les libraires qui y participent voient dans ce salon une opération d'ordre commercial. L'objectif de ce salon n'est en aucun cas d'ordre commercial, mais le maintien et la propagation de la culture française au Liban dont il est le principal véhicule. C'est le seul salon francophone dans la région qui permet d'afficher sa diversité culturelle, mais sans les ambassades concernées, le soutien de la Bankmed et de nos sponsors, ainsi que des médias, ce salon n'aurait jamais atteint l'âge adulte. »

Maroun Asmar, membre du conseil d'administration de Bankmed :
« "Lire ensemble" est évocateur des échanges entre les lecteurs, du partage d'idées, mais aussi de la diffusion des émotions que nous apportent de nouvelles lectures. Ce salon rappelle aussi la place du livre qui, au-delà de son rôle de véhicule de culture, est un moyen d'inciter, à travers une plus grande ouverture vers les autres, à la compréhension et à la tolérance. Les prix qui y seront décernés ainsi que les cafés littéraires seront une occasion pour les partenaires de confirmer leur volonté commune d'ouverture, d'accorder la primauté à la culture et à la convivialité dans un monde en pleine effervescence et de contrer une montée de politiques isolationnistes et protectionnistes. »

---

 

En chiffres
L'an dernier, le salon a accueilli 75 000 visiteurs. 80 000 sont attendus cette année.
C'est la 23e édition de ce salon qui n'a pas connu d'interruption malgré les énormes difficultés qui ont jalonné l'histoire du Liban.
Ce salon est le troisième par ordre d'importance après Paris et Montréal.
Quatre-vingt-dix auteurs sont attendus durant cette édition.
Cent cinquante tables rondes, conférences et rencontres sont prévues.

 

Lire aussi

L’Opération Mille et une Pages pour la diffusion de la francophonie au pays du Cèdre

Le Goncourt / Choix de l’Orient sur les rails

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1 / 1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon OLJ, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.