X

Liban

Hamadé à « L’OLJ » : J’en appelle à tous les Libanais pour empêcher l’irréparable de se produire

Commémoration

Le député du Chouf affirme craindre une nouvelle mainmise sur le pays, qu'une « reddition devant les armes », sur fond de « résignation » présidentielle, pourrait entériner.

04/10/2016

Le 1er octobre 2004, il y a douze ans, au plus fort de la dynamique visant à mettre fin à la tutelle syrienne sur le pays, une voiture piégée explosait à Aïn el-Mreissé, blessant grièvement le député Marwan Hamadé, l'un des piliers du mouvement souverainiste et point de jonction entre Walid Joumblatt et Rafic Hariri. L'explosion devait tuer son garde du corps, Ghazi Bou Karroum.

L'attentat, perpétré à quelques heures du rapport du secrétaire général de l'Onu de l'époque, Kofi Annan, sur la résolution 1559 et au lendemain d'une rencontre entre Jacques Chirac et Rafic Hariri à l'Élysée, marquait le début d'une série d'attentats qui allaient frapper, durant les cinq années suivantes, plusieurs des symboles de l'intifada de l'indépendance.

« Immédiatement après l'attentat, j'ai été soigné pour le stress postraumatique – ravivé ensuite, du reste, à travers les sacrifices de Rafic Hariri, Samir Kassir, Georges Haoui, Gebran Tuéni, Pierre Gemayel, Walid Eido, Antoine Ghanem, Wissam Eid, Wissam el-Hassan et Mohammad Chatah. Cependant, j'ai réussi à surmonter ce stress dans le combat, superbe à l'époque du 14 Mars. C'est la foule bariolée sous le drapeau libanais, le 14 mars 2005, qui m'a guéri », affirme Marwan Hamadé à L'Orient-Le Jour, à l'occasion de la douzième commémoration de sa tentative d'assassinat.

 

(Lire aussi : Au-delà de la polémique avec Berry, l'utilité du refus du package deal par Bkerké)

 

« Aujourd'hui, je souffre d'un nouveau stress traumatique à la vue du massacre qui se déroule en Syrie, où un véritable génocide est en cours sous les yeux impassibles des Arabes et du monde, massacre auquel des Libanais participent sans que personne ne trouve à redire », s'indigne M. Hamadé.
« Je pressens aussi un nouveau traumatisme politique à venir si jamais nous devions retomber dans cet abîme de désillusion, de dépit et de colère, qui serait une nouvelle mainmise, syrienne ou iranienne, sur le Liban, souligne M. Hamadé. Or cette nouvelle mainmise paraît désormais possible du fait de la résignation de mes meilleurs amis face à l'insolence, l'agressivité et la vilenie de ceux qui veulent soit s'approprier à tout prix la présidence de la République, soit en empêcher à tout prix l'accès aux plus méritants et aux moins soumis », souligne le député du Chouf.

À l'occasion de cette douzième commémoration douloureuse, Marwan Hamadé souhaite surtout diffuser un message, par le biais de L'Orient-Le Jour : « J'en appelle à tous les Libanais, ceux qui ont la nostalgie d'un Liban convivial et ceux qui entretiennent le rêve d'un Liban moderne, laïque et indépendant, à se réunir au-delà des alignements communautaires et partisans actuels, un peu comme en 2004, à Kornet Chehwane, au Bristol ou à la place des Martyrs, pour empêcher l'irréparable qui pourrait se produire et qu'il faudra plusieurs années pour réparer. »

« Une erreur de présidence, une reddition devant les armes, une renonciation à l'indépendance et la vocation d'ouverture du Liban, en sus de son système démocratique et de son arabisme humaniste, pourraient signifier la fin du "message" au monde qu'il représente, décrit par le pape Jean-Paul II. Ce serait aussi l'aboutissement, chez nous, de la guerre des civilisations par la fin de l'histoire, d'une si belle histoire qui s'appelle le Liban », ajoute M. Hamadé.

Et de conclure : « Ce qui est requis, c'est plus que jamais une vision tenace face à l'adversité. »

 

 

Pour mémoire

À Saïfi, un « remake » de Kornet Chehwane...en attendant le nouveau 14 Mars ?

 

Lire aussi

L'exigence du package deal de Berry freine la dynamique haririenne de déblocage

Confusion et Constitution, la tribune de Chibli Mallat

Bassil : Nous ne sommes pas un peuple du tiers-monde

Le Hezbollah appelle à la relance des institutions et du dialogue

« Nous ne sommes pas disposés à rester sous l'emprise du Hezbollah », souligne Chamoun

On ne peut « sauver la République par le chantage politique », affirment les Kataëb

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

NAUFAL SORAYA

Pardon... c'est qui exactement "tous les Libanais qui doivent s'unir" et à cause de qui "l'irréparable peut se produire"????

M.V.

La question est posée ...ou , c'est le tapis perçant...ou les rats de palmiers....question subsidiaire...quand ..., seront nous adulte pour prendre en compte les intérêt du pays...? avec une , des autres paries un peu influentes... ?

Gebran Eid

ON APPELLE ON APPELLE ON APPELLE ! ARRÊTEZ DE PLEURER ET ALLEZ Y MESSIEURS VOIR CELUI QUI A LA CLEF POUR DÉMARRER UNE RÉVOLUTION. IL VOUS ATTEND IL S'APPELLE ACHRAF RIFI.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MIS AU PIED DU MUR... AUX CONDITIONS/ULTIMATUMS LES LIBANAIS NE DEVRAIENT POINT COURBER L,ECHINE... QUE LE SOULEVEMENT DU CEDRE SE RESSOULEVE CONTRE TOUT PROJET DE MAINMISE DIRECTE OU INDIRECTE ET DE QUI QUE CE SOIT...

Henrik Yowakim

« Je pressens aussi un nouveau traumatisme politique à venir si jamais nous devions retomber dans cet abîme de désillusion, de dépit et de colère, qui serait une nouvelle mainmise, syrienne ou iranienne, sur le Liban"

APRES LE DEPART DES FORCES BAASSYRIENNES LA MAINMISE SYRO/IRANIENNE SUR LE LIBAN S'EST CONTINUEE PAR LE BIAIS DE LA MAFFIA/MILICE TERRORISTE DE DIEU

CETTE MAINMISE A ETEE LACHEMENT COUVERTE PAR LES "CHRETIENS" DU 8 MARS CPL EN TETE

CETTE MAINMISE TOTALE ET TOTALITAIRE SUR LE LIBAN S'ACHEVERA AVEC L'ARRIVEE A LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE DU MERCENAIRE DU HIZBOLLAH LE GENERAL DAJJAL PRETENDUMENT DEFENSEUR DES DROITS DES CHRETIENS MAIS EN FAIT LEUR PLUS GRAND ENNEMI

QUANT AUX FARCES DU 14 MARS RONGEES PAR LA LACHETE,LA RESIGNATION ET LE DEFAITISME CAMOUFLEES EN "MODERATION" ELLES DOIVENT SE PREPARER A FAIRE LEURS BAGAGES OU DEMANDER L'EXTREME ONCTION EN GUISE D'ULTIME PRECAUTION

Le Faucon Pèlerin

Le 30 septembre 1947, les communistes roumains aidés par l'Union soviétique, forcent le roi Michel de Roumanie à abdiquer. En quittant le Palais royal, il avait déclaré : Dieu est haut et la France est loin.
Au Liban, ce sont les occupants pro-iraniens qui gouvernent de facto le pays. Ils imposent leur vrai/faux candidat à la Présidence de l'Etat et ce, contre la volonté de la majorité des parlementaires, élus démocratiquement en 2009.
Dieu est haut et la justice du monde est loin.

M.V.

Si l'irréparable se produit...c'est qu'il est réparable par d'autres .... car , ce ne sont pas ceux qui créaient les problèmes ..., qui ont la solution ...je crois que cette citation est d'un commentaire génial, d'un certain Albert....

Irene Said

Mais notre pays est déjà sous la mainmise du Hezbollah avec la menace permanente de ses armes, et de son accolyte complice, N. Berry, les deux vendus à l'Iran et à ses projets de domination chiite dans la région !
Qu'attendent les vrais Libanais pour agir ?
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE TITRE DIT TOUT !

Bery tus

Tout simplement splendide !!

Sam

La photo en dit plus long que l'article.
Que l'on arrete de jouer avec les sentiments des libanais pour les profits d'une mafia dirigeante depuis des decennies.

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Nous, sales Arabes...

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah entame « la quatrième phase » de son parcours

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué