Je vous parle d’Alep...

IV- Abou el-Abed, combattant rebelle : Ma mère n’a jamais accepté que j’aille combattre

On parlera plus tard d'Alep comme on parle aujourd'hui de Sarajevo, de Srebrenica ou de Grozny. On parlera de la politique de la terre brûlée menée par le régime syrien, les Russes et les Iraniens sous le regard des Occidentaux, impuissants. Parce que cette histoire tragique est en train de se passer à quelques kilomètres de nos frontières, parce que cette bataille symbolise, plus que n'importe quelle autre, la nature et les enjeux du conflit syrien, « L'Orient-Le Jour » a décidé de donner la parole aux Alépins pendant une semaine. Chaque jour, un Alépin, homme ou femme, vivant à l'Est dans les quartiers rebelles, ou à l'Ouest dans les quartiers loyalistes, médecin, infirmier, Casque blanc, marchand, combattant, photographe, étudiant ou autre, racontera son quotidien dans l'enfer d'Alep.
Aujourd'hui, le témoignage d'Abou el-Abed, combattant rebelle du Front du Levant.

Le combattant rebelle Abou al-Abed.

« Ce que j'ai vécu aujourd'hui était terrible. Nous avons combattu contre l'armée du régime dans le quartier Souleimane al-Halabi, situé sur la ligne de démarcation. Nous avons été mobilisés pour repousser leurs offensives. Ils ont avancé vers les installations hydrauliques, mais nous avons réussi à les faire reculer. Du coup, ils s'en sont pris aux civils en larguant des barils d'explosifs, et des bombes au phosphore.

Pendant les combats, l'anxiété et la peur sont indéniablement en moi. Mais je sais que ce que je fais a un but. Les jours qui suivent les combats, je me refais le film dans ma tête. Mes nuits sont ponctuées de réveils en sursaut à cause des avions qui me hantent. Et dans mes cauchemars, je me vois souvent blessé ou tué.

J'avais 17 ans quand j'ai rejoint la rébellion armée à Alep, en 2012. Mais depuis un an, je fais partie des équipes de secours, et je suis devenu ambulancier. Je n'étais pas de service aujourd'hui, mais mes collègues et moi avons commencé à transporter des personnes brûlées vers un hôpital qui n'a pas pu nous accueillir à cause de l'afflux de blessés. D'ordinaire, les journées passent plutôt vite. Mais aujourd'hui tout était au ralenti.

Ma mère n'a jamais accepté que j'aille combattre. Elle a peur pour moi, comme toutes les mères. Mon père était réticent au début, car j'étais très jeune pour aller me battre. Mais aujourd'hui, il m'encourage et me soutient. C'est une question de survie. Nous n'avons pas d'autres choix. Si nous ne résistons pas, le régime va rentrer dans les quartiers est et s'en prendre à nos femmes, à ma mère. L'armée nous tuera tous.

Quand ils ont besoin de moi au front, je rejoins mon groupe de combattants affilié à Jabhat al-Cham (Front du Levant). Je suis généralement chargé des tirs au canon, mais je les aide un peu pour tout. Quand je combats et que je tue le plus grand nombre possible de soldats du régime, je le fais en réponse à ce que nos civils subissent au quotidien. Je n'ai pas peur d'être blessé ou de mourir, car je suis prêt à donner ma vie pour que ce régime tombe. Nous sommes prêts à mourir un à un pour protéger nos femmes.

Les civils s'occupent beaucoup de nous. Quand l'un d'entre nous est blessé ou tué, les voisins sont prêts à aider. La générosité des gens est incroyable. Ils nous emmènent à l'hôpital, ou nous achètent de quoi manger. Nous ne mangeons pas plus qu'eux et devons nous rationner. Je ne mange qu'une fois par jour, deux, quand cela était encore possible, avant le siège. »

 

 

"Je vous parle d'Alep", les précédents témoignages :

III-Ameer, photographe à Alep : Quand je croise les enfants du quartier, ils m’indiquent des corps en décomposition

II - Yasser, comptable à Alep : « Ne t’inquiète pas mon amour, nous sommes en vie, ne sois pas triste pour la maison »

I - Mohammad, infirmier à Alep : « Les enfants ne savent pas qui est Assad ou ce qu'est la rébellion »

 

Lire aussi

Pourquoi Alep-Est est le laboratoire idéal pour Moscou

« La Déclaration d’Alep », une mobilisation humanitaire de l’opposition chiite

Moscou fait-il à Alep en 2016 ce qu’il a commis à Grozny en 1999 ?

En Syrie, la Russie a opté pour la « guerre totale »

Corps déchiquetés et médecins impuissants à Alep dévastée

Couvrir Alep, la peur au ventre et le ventre vide

« J'en veux à tous ceux qui laissent les Alépins face à une mort certaine »

Alep, le principal champ de bataille de la guerre en Syrie


« Ce que j'ai vécu aujourd'hui était terrible. Nous avons combattu contre l'armée du régime dans le quartier Souleimane al-Halabi, situé sur la ligne de démarcation. Nous avons été mobilisés pour repousser leurs offensives. Ils ont avancé vers les installations hydrauliques, mais nous avons réussi à les faire reculer. Du coup, ils s'en sont pris aux civils en larguant des barils...

commentaires (1)

EM EL-ABED.. OU ABOU ABOU EL-ABED ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

09 h 10, le 01 octobre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • EM EL-ABED.. OU ABOU ABOU EL-ABED ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 10, le 01 octobre 2016