Je vous parle d’Alep...

Mohammad, infirmier à Alep : « Les enfants ne savent pas qui est Assad ou ce qu’est la rébellion »

On parlera plus tard d'Alep comme on parle aujourd'hui de Sarajevo, de Srebrenica ou de Grozny. On parlera de la politique de la terre brûlée menée par le régime syrien, les Russes et les Iraniens sous le regard des Occidentaux, impuissants. Parce que cette histoire tragique est en train de se passer à quelques kilomètres de nos frontières, parce que cette bataille symbolise, plus que n'importe quelle autre, la nature et les enjeux du conflit syrien, « L'Orient-Le Jour » a décidé de donner la parole aux Alépins pendant une semaine. Chaque jour, un Alépin, homme ou femme, vivant à l'est dans les quartiers rebelles, ou à l'ouest dans les quartiers loyalistes, médecin, infirmier, Casque blanc, marchand, combattant, photographe, étudiant ou autre, racontera son quotidien dans l'enfer d'Alep.
Aujourd'hui, le témoignage de Mohammad, infirmier à Alep-Est.

Mohammad, infirmier à Alep.

« Ce matin, comme chaque matin, je me réveille sans même avoir le sentiment d'avoir dormi ne serait-ce qu'une minute à cause des avions et des bombes. Mais je me lève quand même, porté par l'idée que des gens auront besoin de moi. Je pars au travail sans savoir si je rentrerai à la maison le soir. Vais-je échapper à une bombe à sous-munitions ou au phosphore, ou encore à un baril d'explosifs aujourd'hui ? Le matin, une voiture vient chercher les infirmiers, car nous habitons tous loin de l'hôpital. Il s'agit du plus grand hôpital de campagne d'Alep-Est.

Commence alors une véritable course contre la montre. En arrivant à l'hôpital, mes collègues et moi prenons la relève de ceux qui étaient là pendant toute la nuit. Chaque matin, en découvrant les lieux, nous pouvons imaginer ce qu'ils ont vécu. Nous nettoyons, préparons les chambres d'opération et le matériel. Les avions de la mort sont déjà au-dessus de nos têtes. Et là reprennent les bombardements. Le sol tremble sous nos pieds, nous essayons de nous cacher en nous efforçant de cacher notre peur, car il y a des blessés partout qui comptent sur nous. Les ambulances et des voitures de civils commencent à affluer, qui déposent des femmes et des enfants blessés, encore à moitié endormis, dans leurs pyjamas tachés de sang. On nous emmène des gens sans savoir s'ils sont toujours vivants. Des moitiés de corps, des membres déchiquetés. Les familles hurlent et s'imaginent qu'on peut faire quelque chose, mais parfois il est trop tard. Et ça nous fend le cœur. Le plus douloureux, c'est surtout les enfants victimes de cette guerre. Ils ne savent même pas qui est Bachar el-Assad, ni ce qu'est la rébellion. Tout ce qu'ils souhaitent, c'est de pouvoir manger, jouer... Vivre en somme.

 

(Lire aussi : Moscou fait-il à Alep en 2016 ce qu’il a commis à Grozny en 1999 ?)

 

Quand la situation se calme un peu, on part manger un bout à tour de rôle. On nous donne un verre de thé, du pain avec un peu d'huile et du thym. Il n'y a plus rien de mangeable à Alep. Nous travaillons le ventre vide parfois, 14 heures d'affilée, voire plus. Les médecins nous demandent d'économiser les aiguilles ou les doses de médicaments, mais c'est très difficile. Bientôt, nous n'aurons plus rien pour soigner les gens.
Je rentre le soir chez moi. Pas d'électricité bien sûr. J'ai rechargé mon téléphone à l'hôpital. Je capte Internet en achetant des coupons, mais ça marche mieux dans la rue que chez moi. Les avions passent toujours au-dessus de nous, je ne veux pas qu'ils aperçoivent la lumière de mon portable, alors j'interromps la conversation WhatsApp avec mes collègues sur le groupe qu'on a créé pour parler de la journée. C'est notre exutoire. Nous nous persuadons que nous ne faisons pas ce métier pour rien, même si nous nous sentons souvent impuissants. En me couchant le soir, je pense aux défis qui m'attendent le lendemain : trouver à manger, trouver de l'essence, rester en vie... »

 

Lire aussi

L'armée syrienne avance dans Alep-Est

En Syrie, la Russie a opté pour la « guerre totale »

Corps déchiquetés et médecins impuissants à Alep dévastée

Couvrir Alep, la peur au ventre et le ventre vide

« J'en veux à tous ceux qui laissent les Alépins face à une mort certaine »

Alep, le principal champ de bataille de la guerre en Syrie


« Ce matin, comme chaque matin, je me réveille sans même avoir le sentiment d'avoir dormi ne serait-ce qu'une minute à cause des avions et des bombes. Mais je me lève quand même, porté par l'idée que des gens auront besoin de moi. Je pars au travail sans savoir si je rentrerai à la maison le soir. Vais-je échapper à une bombe à sous-munitions ou au phosphore, ou encore à un...

commentaires (4)

Et n'oublie pas le boucher de damas !!

Bery tus

18 h 38, le 28 septembre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Et n'oublie pas le boucher de damas !!

    Bery tus

    18 h 38, le 28 septembre 2016

  • Dans la nuit du 14-15 novembre 1940, l'aviation allemande a exécuté de violents bombardements sur la ville de Coventry en Grand-Bretagne qui avaient fait 568 tués et 723 blessés A cause de celà, les dictionnaires français avaient créer le verbe "coventriser" pour tous les bombardements massifs partout dans le monde. Va-t-on créer, les verbes "Sarajevoter", "Srebrenicaser", Geoznyller ou "Alepiser" dans les prochains Larousse ou Le Robert ?

    Honneur et Patrie

    18 h 16, le 28 septembre 2016

  • RACONTE LEUR L,HISTOIRE DE NERON ET DE HITLER...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 42, le 28 septembre 2016

  • La différence entre un enfant et un adulte , c'est que leurs jouets n'ont pas les mêmes prix .

    FRIK-A-FRAK

    09 h 30, le 28 septembre 2016