Moyen Orient et Monde

Pourquoi Alep-Est est le laboratoire idéal pour Moscou

Décryptage

La démonstration de force de la Russie ne suffit pas, pour l'instant, à garantir la victoire militaire, politique et diplomatique de Bachar el-Assad.

01/10/2016

Victoire militaire à court terme, impasse politique et diplomatique à moyen et long terme, désastre humanitaire : l'offensive menée depuis une semaine par Moscou, Téhéran et Damas sur Alep résume à elle seule le bilan d'une année d'intervention militaire russe en Syrie.

Depuis le début de ses opérations, en septembre 2015, la stratégie de Moscou est sensiblement la même : frapper fort sur les forces rebelles opposées à Bachar el-Assad sous prétexte de lutter contre le terrorisme, et arriver en position de force à la table des négociations de laquelle doivent être exclues toutes ces forces qualifiées de « terroristes ».

Le pari était, jusqu'ici, plutôt réussi. En un an, la Russie a sauvé le régime syrien, qui était dans une situation assez délicate avant l'intervention de son allié, a sécurisé une grande partie de la « Syrie utile » et est devenu le maître du jeu diplomatique. L'ampleur de la crise syrienne, qui a alimenté le développent des groupes jihadistes et a provoqué une crise des réfugiés sans précédent depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, a permis à Moscou de retrouver son statut de grande puissance sur la scène internationale et de s'affirmer comme un acteur désormais incontournable au Moyen-Orient. La Russie a su saisir l'occasion du retrait, relatif, des États-Unis au Moyen-Orient et a su profiter de la pusillanimité de Barack Obama en Syrie pour atteindre tous ses objectifs à court terme.

Mais elle n'a pas pour autant réussi à sortir de l'impasse dans laquelle elle s'est elle-même empêtrée : plus le temps passe, plus les possibilités de trouver une solution diplomatique au conflit se réduisent. Le 14 mars dernier, la Russie a annoncé le retrait de ses forces armées en Syrie. Mais depuis, ses forces n'ont cessé de croître au point que Moscou engage désormais des mercenaires sur le terrain.

 

(Lire aussi : IV- Abou el-Abed, combattant rebelle : Ma mère n’a jamais accepté que j’aille combattre)

 

Récit du conflit
La démonstration de force ne suffit pas, pour l'instant, à garantir la victoire militaire, politique et diplomatique de Bachar el-Assad. Elle ne suffit pas, pour l'instant, à faire évoluer, fondamentalement, la position des Occidentaux, des Turcs et des Saoudiens. Ces derniers continuent de réclamer le départ, à terme, de Bachar el-Assad et de distinguer l'opposition armée des groupes terroristes. Ce qui donne lieu à une situation assez paradoxale : tant que Moscou est là, le président syrien ne peut pas perdre. Mais tant que M. Assad est là, Moscou ne peut pas gagner.

Plutôt que d'assouplir sa position par rapport au régime syrien, la Russie semble avoir opté, après l'éclatement de la dernière trêve, pour l'anéantissement totale de la rébellion armée. En bombardant, sans distinction, les groupes jihadistes et les groupes rebelles, les forces armées et les civils, en détruisant toutes les infrastructures qui permettent aux plus de 200 000 habitants d'Alep-Est de survivre, en utilisant des bombes incendiaires fabriquées à partir de phosphore ou de napalm, mais aussi des bombes dites bunker buster ou bombes perforantes capables de traverser plusieurs étages d'immeuble, la Russie n'a pas d'autres objectifs que d'en finir avec les forces rebelles. Soit en les tuant, soit en les poussant à partir, soit en les poussant dans les bras du Fateh el-Sham (ex-Front al-Nosra) pour ensuite justifier son intervention par la lutte contre le terrorisme. Alep-Est devient ainsi pour Moscou le laboratoire idéal pour mettre en place sa stratégie : liquider l'opposition et obliger ensuite les Occidentaux à faire un choix entre Bachar el-Assad et les jihadistes.

Cette stratégie pourrait, encore une fois, donner des résultats à court terme. Privés de toute ressource, les Alépins de l'Est ne pourront pas résister indéfiniment à la pression russo-syrienne, même s'ils préfèrent mourir que d'abandonner la ville. Acculés, bombardés nuit et jour, abandonnés par les Occidentaux, ces rebelles vont, logiquement, se radicaliser et se retourner vers ceux qui leur offrent leur aide. Et les Russes pourront alors, sans risquer d'être contredits par les Occidentaux, affirmer qu'il n'y a pas de forces rebelles modérées en Syrie.

La bataille syrienne se joue autant dans l'évolution du rapport de force sur le terrain que dans la capacité des deux camps à imposer leur récit du conflit : régime oppressif contre rébellion ou régime laïc contre groupes terroristes. En tuant pas moins de 3 800 civils en un an, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, en soutenant par tous les moyens possibles Damas, en alimentant la radicalisation des forces rebelles, Moscou prend le risque d'être à nouveau marginalisé par la communauté internationale. Autant dire que son pari, à long terme, est encore loin d'être réussi.

 

 

Lire aussi

Avancée du régime à Alep, MSF dénonce "un bain de sang"

Sauver des vies au péril de la leur, la mission des Casques blancs en Syrie

En Syrie, la Russie a opté pour la « guerre totale »

Corps déchiquetés et médecins impuissants à Alep dévastée

Couvrir Alep, la peur au ventre et le ventre vide

« J'en veux à tous ceux qui laissent les Alépins face à une mort certaine »

Alep, le principal champ de bataille de la guerre en Syrie

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Pierre Hadjigeorgiou

La guerre en Syrie s'est transforme en une course contre la montre entre les puissances régionales et internationales toutes confondues. Idem les élections aux Etats Unis et toutes celles qui vont suivre en Europe. L’année 2017 sera une année cruciale dans l'histoire de l’humanité car soit elle passera soit elle craquera et la terre entière en paiera le prix fort! Tout le monde sait que les Russes comme Bashar n'ont aucun scrupule et aucune morale politique ou humaine. Alors au lieu de pleurnicher sur le sort des Alépins, il faut agir en conséquence. Une livraison de missile anti aériens efficaces et au plus vite peut arrêter le massacre et rééquilibrer le jeu. De toute manière il n'y aura pas de gagnant a la fin. La Syrie est partagée a jamais et ce n'est pas demain que l'une ou l'autre partie mettra la main sur le pays avec ou sans Alep. Pour le Liban, le plus important est la mort des idéologies des Baas Irakien et Syrien tout comme la fin du Nassérisme. Il ne nous reste plus qu'a nous débarrasser du Fakihisme et du Wahhabisme (C'est pour bientôt)!

Khlat Zaki

Pour plus de crédit à " l'objectivité " de son descriptif du terrain, M. Samrani ne devrait-il pas évoquer une tacite entente entre les États- Unis et le commettant russe sur un déroulement stratégique des opérations en Syrie?
D'autant plus que le mandat d'Obama en cours d'expiration ne devrait pas s'achever en queue de poisson, notamment en Syrie de laquelle dépend carrément toute cette région du monde.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PARCEQUE LES RUSSES CONSIDERENT LE PEUPLE SYRIEN COMME DES COBAYES POUR L,ESSAI DE LEURS ARMES...

Ma Fi Metlo

Avec cet article ,on a le type même du journaliste bien rangé dans le politiquement correct .

L'axe principal est de condamner Poutine et le regime syrien , et de faire passer les 200.000 civils sur un total d'un million 500 mille pour des victimes expiatoires pour le seul fait que ces civils résistent en ne voulant pas déguerpir d'Alep.

À court terme la Russie et Bachar gagnent , mais à long terme , d'après Samrani on aura le contraire ,
on ajoutera à la longue liste des "gains" a court terme des résistants , un petit fait international, les populations mondiales européennes, américaines qui sont victimes des complots de cet occident arrogant , demandent de plus en plus à leurs dirigeants classiques, de DÉGAGER .
N'AVEZ VOUS PAS REMARQUÉ , MR SAMRANI .?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La reconstruction de la Syrie et les clivages politiques internes

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.