Rechercher
Rechercher

Liban - Diplomatie

« Nous soutiendrons tout ce qui contribue à la stabilité interne du Liban », affirme Boroujerdi

M. Boroujerdi reçu par le président du Parlement à Aïn el-Tiné, peu après la clôture de la séance de dialogue. Photo Ani

Pour sa deuxième journée de visite officielle au Liban, Alaeddine Boroujerdi, président de la commission de la Sécurité nationale et de la Politique étrangère au Parlement iranien (Majlis el-Choura), a rencontré hier les principaux dirigeants libanais (en l'absence d'un président de la République), le chef du Parlement Nabih Berry et le Premier ministre Tammam Salam. Il a également été reçu par le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah : contrairement aux deux autres visites à l'issue desquelles il a fait des déclarations très longues, ce qui est ressorti de celle-ci est un communiqué très bref du bureau des relations publiques du Hezb, évoquant une discussion autour des « derniers développements politiques et sécuritaires dans la région ».
Dans ses déclarations, M. Boroujerdi a réitéré à plusieurs reprises le soutien de son pays à la stabilité du Liban et au dialogue national dont un des rounds avait lieu hier à Aïn el-Tiné, peu avant son arrivée au domicile du chef du Parlement. Il a également répété officiellement l'essence d'un message véhiculé la veille, à savoir que l'élection présidentielle est une affaire strictement libanaise. Toutefois, selon la LBCI, le sujet de l'élection présidentielle a bien été abordé lors de sa réunion avec le Premier ministre Tammam Salam, qui aurait demandé au responsable iranien de convaincre son pays d'user de son influence sur une partie essentielle du paysage politique (le Hezbollah) en vue de débloquer la présidentielle, en raison des difficultés auxquelles fait face le Liban. Ce à quoi M. Boroujerdi aurait promis de transmettre le message.
Toutefois à l'issue de la réunion avec M. Berry, et en réponse à une question sur la possibilité d'une aide iranienne dans l'élection présidentielle et d'un éventuel message adressé aux Américains, aux Saoudiens ou encore aux Français, le responsable iranien a répété que « cette cause est une échéance libanaise interne, et que cette vacance sera réglée, au final, par une entente interlibanaise ».

Critiques contre Riyad
Une autre affaire évoquée à plus d'une reprise par le parlementaire iranien est celle des critiques dirigées contre l'Arabie saoudite pour ses « mesures de normalisation avec Israël ». À l'issue de sa rencontre avec M. Salam, il a notamment déclaré avoir dénoncé « les mesures prises récemment par le royaume d'Arabie saoudite pour normaliser les relations avec l'entité sioniste, qui est considérée comme l'ennemi numéro un des mondes arabe et islamique ».
À la question de savoir si sa visite au Premier ministre était une occasion de dénoncer ce qu'il appelle la normalisation saoudienne avec Israël par le biais d'une personnalité proche du royaume (en d'autres termes M. Salam), M. Boroujerdi a eu une réponse pour le moins diplomatique : « Je crois que toute personne concernée par les causes arabe et islamique, à leur tête la juste cause palestinienne, ne peut que ressentir de la solidarité envers le peuple palestinien qui lutte avec héroïsme contre des décennies d'injustice israélienne. Au cours de notre réunion avec le Premier ministre, nous l'avons félicité pour deux occasions : la fête de l'Armée et la victoire de la Résistance libanaise contre Israël en 2006. En réponse, nous avons entendu des paroles encourageantes de sa part à ce propos. »
M. Boroujerdi, qui était à toutes les étapes accompagné de l'ambassadeur d'Iran, a également été reçu par le député Abdellatif Zein.


Pour sa deuxième journée de visite officielle au Liban, Alaeddine Boroujerdi, président de la commission de la Sécurité nationale et de la Politique étrangère au Parlement iranien (Majlis el-Choura), a rencontré hier les principaux dirigeants libanais (en l'absence d'un président de la République), le chef du Parlement Nabih Berry et le Premier ministre Tammam Salam. Il a également...

commentaires (1)

"Nous soutiendrons tout ce qui contribue à la stabilité interne du Liban", prétend-il. Aloes que lIran le prouve en dissolvant la milice qu'il entretient au Liban.

Yves Prevost

06 h 19, le 03 août 2016

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • "Nous soutiendrons tout ce qui contribue à la stabilité interne du Liban", prétend-il. Aloes que lIran le prouve en dissolvant la milice qu'il entretient au Liban.

    Yves Prevost

    06 h 19, le 03 août 2016

Retour en haut