X

À La Une

La France face à un nouvel attentat jihadiste, dans un climat de vives tensions

attaque

"Attaquer une église, tuer un prêtre, c'est profaner la République qui garantit la liberté de conscience", affirme le président Hollande.

OLJ/AFP
26/07/2016

Moins de quinze jours après le carnage de Nice, la France se retrouvait à nouveau en état de choc après l'égorgement mardi par deux jihadistes d'un prêtre dans son église, une attaque menaçant de fracturer davantage une société meurtrie.

Il s'agit de la première attaque contre un lieu de culte catholique en Europe revendiquée par le groupe Etat islamique, la portée symbolique de cet attentat amplifiant encore l'onde de choc.

"Attaquer une église, tuer un prêtre, c'est profaner la République qui garantit la liberté de conscience", a réagi mardi soir le président François Hollande dans une allocution solennelle. Il a exhorté une nouvelle fois les Français à "faire bloc" et à ne pas se diviser face à "une guerre" visant la "démocratie" française.

Car la polémique enclenchée au lendemain de l'attentat de Nice (84 morts le 14 juillet) a déjà commencé à rebondir, l'opposition de droite et d'extrême droite mettant en cause l'efficacité de la lutte antiterroriste menée par le gouvernement.
D'autant que, selon une source proche de l'enquête, un des deux assaillants était déjà inculpé pour lien avec le terrorisme et avait été placé en détention avant de bénéficier d'une liberté conditionnelle.

L'attaque, rapidement endossée par l'EI qui avait aussi revendiqué deux récents attentats en Allemagne, s'est déroulée à Saint-Etienne-du-Rouvray, une cité ouvrière de 29.000 habitants dans la banlieue de Rouen, en Normandie.

 

(Repère : Plusieurs attaques en France depuis les attentats de janvier 2015)


Prêtre 'à genoux'

Vers 07H30 GMT, en pleine messe, deux assaillants ont fait irruption dans l'église où se trouvaient au moins cinq personnes et égorgé le père Jacques Hamel, un prêtre octogénaire.

Un autre otage a été grièvement blessé. Les assaillants, qui ont crié "Allah Akbar !", ont été abattus par la police au moment où ils sortaient sur le parvis de l'église. Ils avaient des armes blanches, selon des sources proches du dossier.

Le prêtre "était encore en aube, il était au pied de l'autel, ils l'ont obligé à se mettre à genoux et puis +pas bouger+. Quand on a vu le couteau, la main droite, j'ai dit +bon, c'est sûr que là, y a quelque chose qui va se passer", a témoigné dans des médias français une religieuse, Sœur Danielle, qui a donné l'alerte en réussissant à s'enfuir avant le meurtre. "Ils se sont enregistrés. Ils ont fait un peu comme un sermon autour de l'autel en arabe", a-t-elle ajouté.

 

 

 


L'assaillant connu des services antiterroristes avait tenté de rallier la Syrie par deux fois en 2015, selon une source proche de l'enquête. Depuis sa libération, il avait obligation de porter un bracelet électronique permettant à la police de le localiser en permanence.

Sous le feu de l'opposition depuis l'attentat de Nice, le président Hollande a réitéré "la détermination absolue" du gouvernement à lutter contre le terrorisme. "Le gouvernement applique et appliquera avec la plus grande fermeté les lois qui ont été adoptées. Mais restreindre nos libertés, déroger à nos règles constitutionnelles, n'apporterait pas d'efficacité à la lutte contre le terrorisme", a-t-il martelé, en dénonçant "les surenchères, les polémiques, les amalgames, et les suspicions".

Un peu plus tôt, le chef de l'opposition de droite et prédécesseur de M. Hollande à la présidence, Nicolas Sarkozy, avait réclamé à l'exécutif de "changer profondément" de stratégie.
La présidente du parti d'extrême droite Front national Marine Le Pen a dénoncé la "responsabilité (...) immense" des gouvernants français "depuis 30 ans". D'autres membres du FN ont appelé "les chrétiens" à se "lever pour résister à l'islamisme".

 

(Repère : Rappel des principaux attentats de l'EI contre des cibles occidentales)


'Guerre de religion'

Dans plusieurs villes comme Lyon (centre-est) et Montpellier (sud-est), des messes ont été célébrées mardi soir à la mémoire du prêtre assassiné. La Conférence des évêques a appelé les catholiques français à une "journée de jeûne et de prière" vendredi.

Chrétiens, musulmans ou juifs, les représentants des cultes en France ont affiché leur solidarité dans le deuil avec leurs "frères" catholiques, appelant à "l'unité".

Frappée trois fois en 18 mois par des attentats sans précédent (17 morts en janvier 2015, 130 morts le 13 novembre, 84 morts le 14 juillet), la France vit dans la crainte de nouvelles attaques risquant de fracturer davantage encore la société.
"En s'attaquant à un prêtre, on voit bien quel est l'objectif: jeter les Français les uns contre les autres, s'attaquer à une religion pour provoquer une guerre de religions", a mis en garde le Premier ministre Manuel Valls sur la chaîne de télévision privée TF1.

 

(Lire aussi : L'imam de Saint-Etienne-du-Rouvray "effaré" par le décès de son "ami" prêtre)


Le groupe Etat islamique, qui perd du terrain en Irak et en Syrie où il a proclamé un califat en 2014, a régulièrement menacé l'Hexagone de représailles pour sa participation à la coalition militaire internationale dans ces deux pays.

Cela faisait plus d'un an que la menace d'une attaque contre un lieu de culte chrétien planait en France, notamment depuis l'échec d'un projet d'attentat en avril 2015 contre une église catholique de Villejuif, en banlieue parisienne.

Si depuis 2015 la sécurité des quelque 700 écoles et synagogues juives et plus de 1.000 des 2.500 mosquées du pays a été renforcée, il semble illusoire d'appliquer un même niveau de sécurité aux 45.000 églises catholiques.
Depuis les carnages de 2015, les autorités ont prolongé plusieurs fois l'état d'urgence, un régime d'exception facilitant notamment des assignations à résidence et des perquisitions. Ce régime court jusqu'en janvier.

 

Lire aussi
Raison garder, le commentaire d'Anthony Samrani

Attentat de Nice: le profil "radical" du tueur se précise, climat politique délétère en France

Après l'attentat de Nice, la France prolonge l'état d'urgence et crée une "garde nationale"

La France assure-t-elle suffisamment sa sécurité ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ACQUIS À QUI

Qui de la Syrie de Bashar le héros ou de l'usurpie d'israel , profite le plus de ces crimes ???

Bery tus

a qui profite le crime !? dites moi la russie elle est entrain de l'echapper belle !!

IMB a SPO

Nous attendons toujours une condamnation sans equivoque des autorites musulmanes, soit El-Azhar au nom des Sunnites - khamenei au nom des chiites. Rien silence radio wt qui ne dit rien ....consent!

ACQUIS À QUI

Mais pourquoi donc est on aussi sûr, que les bensaouds détenteurs de l'idéoligie wahabite ,derrière toutes ces atrocités ne sont pas impliqués de près ou de loin à celles ci ??????

La réponse tient en 2 mots , soit on a vraiment peur d'eux et c'est foutu pour l'Europe qui montre des muscles en Afrique et en Europe de l'est et pas vis à vis d'eux , soit ceux qui les manipulent sont certains que c'est pas les bensaouds parce qu'ils le font eux mêmes avec la complicité des bensaouds ....

Y a de quoi devenir fou devant tant de complaisance ....

ACQUIS À QUI

Crime abominable .
On ne veut toujours pas nommer les sources de ces bactéries ...on les décore ...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La lutte d’influence américano-russo-iranienne bat son plein

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué