L’édito de Émilie SUEUR

En Turquie, une opportunité ratée

L’édito
19/07/2016

« Ce soulèvement est un cadeau de Dieu », a lancé le président Recep Tayyip Erdogan, vendredi soir, à ses partisans alors qu'il devenait évident que le putsch lancé par une partie de l'armée avait échoué.
Ce putsch aurait pu l'être, un « cadeau de Dieu », un cadeau tout court, à la Turquie, si M. Erdogan avait saisi l'opportunité de se transformer en président de tout son pays au lieu de se laisser aller à ses penchants autocrates. Et Recep Tayyip Erdogan avait toutes les cartes en main pour cette transformation.
Pendant ce putsch éclair, mené avec un amateurisme effarant à l'aune de l'histoire des coups d'État militaires en Turquie, le président a rapidement bénéficié du soutien de la plupart des partis d'opposition : l'opposition kémaliste et le HDP, de gauche et prokurde, tous deux pourtant très critiques de la conduite des affaires par M. Erdogan, se sont vite prononcés contre son renversement. Autre atout, une armée, une fois n'est pas coutume, divisée. Et le soutien, quoique quelque peu tardif, de la communauté internationale au gouvernement turc « démocratiquement élu ».
Avec toutes ces cartes en main, Recep Tayyip Erdogan aurait pu décider d'œuvrer à combler les dangereux fossés qui se creusent au sein de la société turque. Il aurait pu décider de tenter la voie du consensus politique, dans une Turquie qui fait face à de lourds défis : un conflit sanglant à ses frontières ; une guerre interminable, en son sein, contre les Kurdes ; les attentats jihadistes qui portent atteinte notamment à son secteur touristique central pour l'économie du pays.
Aurait-il fait tout cela, aurait-il décidé de se poser en président de tous les Turcs qu'il en aurait fort probablement vu son pouvoir renforcé.
Mais entre pouvoir et hyperpuissance, le président semble avoir fait son choix.
« Ce soulèvement est un cadeau de Dieu parce qu'il va nous donner une raison de nettoyer l'armée », a déclaré vendredi soir le président à ses partisans.
Le nettoyage de l'armée est en marche. Depuis le putsch raté, quelque 6 000 militaires ont été placés en garde à vue. Mais la purge ne se limite pas à l'institution militaire. Près de 9 000 fonctionnaires du ministère de l'Intérieur, en majorité des policiers et des gendarmes, ont été limogés. Un gouverneur de province et 29 gouverneurs de municipalité mis à pied.
Une purge dont la célérité laisse à penser, comme l'a notamment observé hier le commissaire européen à l'Élargissement, Johannes Hahn, qu'elle avait été préparée. « Je pense que le fait que les listes soient déjà disponibles juste après l'événement montre qu'elles ont été préparées pour être utilisées à un certain moment », a-t-il déclaré. Et qui laisse à penser que ladite purge semble largement dépasser la cible, légitime, des putschistes.
Cibles, également, du grand nettoyage, 3 000 juges et procureurs, contre lesquels ont été délivrés des mandats d'arrêt. Parmi eux figure Alparsan Altan, un juge de la Cour constitutionnelle, placé en détention provisoire pour des raisons qui n'ont pas été précisées. La Cour constitutionnelle étant l'une des rares institutions turques à encore échapper au contrôle de M. Erdogan...
À trop vouloir l'hyperprésidence, Recep Tayyip Erdogan pourrait néanmoins faire une grosse erreur de calcul. Si son pouvoir semble consolidé aujourd'hui, ce renforcement pourrait tenir davantage du symbole que d'une nouvelle réalité. Son rêve d'hyperprésidence passe en effet toujours par une réforme de la Constitution, qui requiert le vote des deux tiers du Parlement. Il y a fort à parier que si les partis d'opposition ont appuyé M. Erdogan au plus fort de la crise vendredi soir, ils ne soutiendront pas un président qui surferait sur le putsch pour mutiler, un peu plus encore, les libertés publiques et neutraliser le processus politique.

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ma Fi Metlo

Visiblement ce coup d'état contre erdo l'allié de l'otan, est entrain de faire craquer pas mal de monde , autour .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PRIERE LIRE DANS MA SECONDE REACTION... DANS L,OBSCURANTISME WAHABITE... SI PAREIL AU PERCE... MERCI.

Bery tus

encore a pronostiquer haha mais c'est normal si des journalistes pronostique pareil vous allez pronostiquer aussi meme chose !!

haha pareil qu'avec le coup d'etat sur erdo .. vous jubiliez et svp arreter de desinformer le monde avec vos propagandes mensongeres

Ma Fi Metlo

Je m'attendais à tout , mais que erdo utilise le langage du résistant no 1 du hezb résistant ça, jamais !

Un don de Dieu ? Mais ma parole c'est une victoire divine pour lui alors ! Lol.

2 événements qu'on ne mentionne pas mais les détails parlent plus que des montagnes d'explications.

L'accusation de l'émir du qatar qui dit que le coup est orchestré par la bensaoudie contre son ami erdo,

et l'emprisonnement des 2 pilotes qui ont abattu les 2 avions russes pour lesquelles erdo a demandé pardon avec compensation à Poutine. Ils étaient parmi les putschistes.

Quand on vous dit que les bensaouds vont être les prochains sur la liste , mais définitive cette fois ci , Please croyez le .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET SI LE PRETENDU SULTAN A CHOISI POUR SON PAYS L,ORBITE AUTOUR DE L,UNE DES DEUX FACES DE LA MEME MONNAIE IL VA LE PLONGER DANS L,OBSCURANTISME WAHABITE... SI PAREILLE A CELLE PERCEE !!!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DU THEATRE... POUR LA PURGE MADAME EMILIE SUEUR... TOUT SENT LA COMBINE DE LA PREPARATION... L,ARRESTATION ET LA PURGE DE CE NOMBRE ENORME DE NON MILITAIRES ET MEME DE MILITAIRES EN EST LA PREUVE INDUBITABLE...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le casse-tête des alliances électorales...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.