X

Campus

L’Usek au rythme de la musique arabe

Colloque
15/07/2016

La faculté de musique de l'Université Saint-Esprit de Kaslik (Usek), en collaboration avec l'Académie de musique arabe et l'Association des facultés et des instituts supérieurs de musique, organise depuis hier et jusqu'au 16 juillet, à l'auditorium de son campus à Kaslik, un colloque international intitulé : « Les rythmes dans la musique arabe ».
« Ce colloque s'inscrit dans le cadre des congrès annuels orchestrés par l'Usek sur la musicologie et l'éducation musicale », précise le père Youssef Tannous, doyen de la faculté de musique de l'Usek, avant d'ajouter : « L'édition 2016 du colloque, axé sur les rythmes dans la musique arabe, vient compléter celle de l'année 2015 qui avait pour thème les maqâms (échelles), afin de former un panorama de la musique arabe, distinguée par les maqâms et les rythmes. »
Le père Tannous regrette qu'aujourd'hui, « on ne trouve plus de vrais rythmes ni de vrais maqâms ». « La musique arabe actuelle s'éloigne de la musique traditionnelle qui est menacée par l'imitation de la mauvaise version de la musique occidentale ». Il était donc nécessaire, selon le doyen de la faculté de musique, d'organiser un colloque qui montre aux jeunes la richesse et le rôle des rythmes de la musique arabe dans la préservation de son identité.
Ce symposium, qui s'adresse aux étudiants en musique, chercheurs en musicologie, musiciens, poètes, compositeurs ainsi qu'au public intéressé par la musique arabe, comporte deux volets : des conférences, les 14, 15 et 16 juillet de 9h à 16h, et deux concerts les 14 et 15 juillet à 20h. Le premier concert était animé par la chorale de musique arabe de la faculté de musique de l'Usek. Un concert durant lequel l'Académie de musique arabe devait remettre les prix des compétitions qu'elle avait organisées dans trois catégories : la composition, les institutions musicales arabes et l'œuvre musicale d'une personnalité arabe, selon le père Tannous. Le second concert sera animé par un ensemble de musiciens arabes.

Une formation académique
Vingt-deux conférenciers – musiciens et chercheurs en musicologie – provenant de plusieurs pays arabes évoqueront le thème du colloque selon cinq axes : l'importance des rythmes dans la musique traditionnelle, les caractéristiques des rythmes dans la musique arabe, les catégories des rythmes dans les différentes régions du monde arabe, le rôle des rythmes et les rythmes traditionnels vis-à-vis des rythmes orientaux et occidentaux acquis. « Les étudiants sont appelés à assister aux conférences afin d'enrichir leurs connaissances sur la musique arabe, de discuter avec les conférenciers, de leur poser des questions et d'apprendre à devenir de vrais chercheurs et à préparer eux-mêmes plus tard des conférences scientifiques », souligne le doyen de la faculté de musique de l'Usek. Bien qu'il admette que la musique arabe traditionnelle n'est plus en vogue pour les jeunes, le père Tannous assure que l'Usek oriente ses étudiants selon leurs talents et leurs compétences pour qu'ils puissent retrouver leur personnalité musicale. Et d'assurer : « Ce colloque pourrait alors aider les étudiants à découvrir en eux un penchant pour la musique arabe. »

Un lieu de rencontre et d'échange
« Chaque région arabe a des spécificités au niveau de ses rythmes musicaux », note le père Tannous avant de poursuivre : « L'un de nos buts avec l'Académie de musique arabe est de répandre la culture musicale dans les sociétés arabes. Les conférenciers exposeront alors la diversité et la richesse au niveau des rythmes afin d'établir un pont entre les différentes cultures musicales arabes. » Et d'assurer : « Nous misons sur la transformation de ce colloque en un lieu de rencontre et d'échange musical et humain, ainsi que sur la coopération qui en découlerait, afin de monter des projets communs entre des chercheurs et des étudiants provenant de différents pays arabes. »

À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Conférence de Bruxelles : des divergences de fond sur un dossier sensible

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!