X

À La Une

Au Liban, la peine de mort requise contre 106 jihadistes présumés

Justice

La juge d'instruction militaire Najat Abou Chakra inculpe 73 Syriens, 32 Libanais et un Palestinien.

OLJ/AFP
18/05/2016

Un juge d'instruction libanais a requis mercredi la peine de mort contre 106 personnes, en majorité des Syriens, pour leur implication dans les combats ayant opposé des jihadistes à l'armée libanaise dans l'est du pays à l'été 2014, selon une source judiciaire.

Dans son acte d'accusation, la juge d'instruction militaire Najat Abou Chakra a inculpé 73 Syriens, 32 Libanais et un Palestinien pour appartenir à des "organisations terroristes", avoir attaqué la localité libanaise d'Ersal près de la frontière avec la Syrie et avoir enlevé et tenté de tuer des militaires et des policiers libanais, rapporte la source à l'AFP.

Soixante-dix-sept des inculpés sont en détention et les 29 autres en fuite, dont l'"émir" local d'Al-Nosra dans la région de Qalamoun, à cheval entre la Syrie et le Liban, connu sous le pseudonyme d'Abou Malek al-Talli.

 

La dernière exécution au Liban remonte à 12 ans. Ce moratoire de fait n'empêche pas les juges de continuer à prononcer des peines de mort, car ils sont tenus de respecter la loi.

Une trentaine de militaires et policiers libanais avaient été enlevés en août 2014 à l'issue de violents combats à Ersal entre l'armée d'une part et le groupe Etat islamique (EI) et le Front Al-Nosra (branche syrienne d'el-Qaëda) d'autre part. Quatre des kidnappés ont été exécutés par les deux groupes jihadistes.

Après de longues négociations, Al-Nosra a libéré, en décembre 2015, 16 soldats et policiers en échange de la libération de détenus islamistes au Liban. L'EI détient toujours neuf militaires.

 

 

Pour mémoire

Opération de l'armée contre l'EI dans le jurd de Ersal

Affrontements entre l'EI et al-Nosra au Liban

Une patrouille de l'armée visée par un engin explosif dans le jurd de Ersal

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sabbagha Antoine

La peine de mort sans exécution n'a aucun sens .

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Une trentaine de militaires et policiers libanais avaient été enlevés en 014 à l'issue de combats à Ëérssééél entre l'armée et le groupe (EI) et le Front Al-Nosra d'autre part....
Quatre des kidnappés ont été exécutés par les deux groupes jihadistes.
Après de longues négociations, Al-Nosra a libéré, en 015, 16 soldats et policiers en échange de la libération de détenus islamistes au Liban. L'EI détient toujours neuf militaires." !
Au fond, Äâhwâjéhhh, ces NEUFS, qu'est-ce qu'ils deviennent ?

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Et aucune Peine de Mort requise, contre les QUATRE "res(is)tants" présumés coupables de l'ancien Président du Conseil du Grand-Liban Rafîkk HARIRI, Mme. la juge ? !

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

D’un automne à l’autre

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants