X

Moyen Orient et Monde

Le coup de grâce US contre l’Arabie saoudite en 28 pages secrètes sur le 11-Septembre

Controverse
28/04/2016

Alors que s'accélère la course vers la première magistrature, Barack Obama et le Congrès américain préparent, chacun de son côté, une véritable curée contre l'Arabie saoudite.
C'est ce qu'a révélé le New York Times, il y a quelques jours, dans un article intitulé « La Maison-Blanche sur le point de divulguer les pages secrètes de l'enquête de l'attaque du 9/11 ». Au départ, les détails de cette enquête menée par une commission du Congrès s'étalaient sur 838 pages, dont 28 n'ont pas été divulguées lorsque le rapport a été rendu public en décembre 2002. Cette dissimulation avait été décidée par George W. Bush, qui avait argué que cette partie du document pouvait révéler certaines sources et méthodes des services de renseignements. On pense aussi que la protection des relations diplomatiques américano-saoudiennes avait fait pencher la balance de ce côté.

Aujourd'hui, cette affaire vient d'être remise sur le tapis, notamment à la suite de la récente visite assez tendue de Barack Obama (qui a toujours voulu lever le scellé sur la partie cachée) à Riyad. Pour sa part, le Congrès, qui voudrait aussi le plein éclaircissement sur ce sujet, a mis en ligne un site sur le web, baptisé 28Pages.org, qui en appelle au public pour signer une pétition appelant à avoir à sa disposition les points qui lui ont été occultés. Et ce site répond aux questions de législations d'un tel cas.
Ce chapitre du rapport est tenu secret, et son contenu pour ceux qui sont autorisés à le consulter reste sujet à diverses interprétations. Pour les uns, il laisse peser des soupçons sur l'Arabie saoudite dans l'attaque des Twin Towers à New York, le 11 septembre 2001. Pour d'autres, ce document relève d'un rapport préliminaire de police.

 

(Lire aussi : "Sans notre protection, l'Arabie saoudite ne survivrait pas une semaine", lance Trump)

 

Rappelons que les 19 pirates de l'air du 11-Septembre étaient des ressortissants saoudiens. De son côté, le gouvernement de Riyad aurait déclaré, selon certaines sources, qu'il est injustement accusé de complicité dans cette attaque et qu'il aurait bien accueilli la divulgation des 28 pages. Ce qui lui aurait ainsi permis de répondre clairement aux accusations dont il est l'objet.
D'autres sources affirment toutefois que l'Arabie saoudite a menacé, par l'intermédiaire de son ministre des Affaires étrangères (et ancien ambassadeur à Washington), Adel Jubair, de céder ses capitaux américains dont la valeur s'élève, selon la revue Forbes, à 750 milliards de dollars, au cas où le Congrès voterait la résolution de la divulgation de ces 28 pages qui font polémique.


(Lire aussi : Entre Washington et Riyad, les "bons vieux jours" sont terminés)

 

Enfoui au sous-sol du Capitole
Selon un analyste qui suit cette affaire, ni la commission d'enquête du Congrès ni la commission du 9/11 n'apportent des preuves de l'aide, en connaissance de cause, des officiels saoudiens à ceux qui ont orchestré les attaques ayant coûté la vie à environ 3 000 personnes. Et, selon Ben Rhodes, l'un de ses conseillers pour la sécurité nationale, Barack Obama a demandé au directeur du renseignement national, James Clapper, de revoir les papiers tenus au secret pour un possible déclassement.
Par ailleurs, de l'avis d'un groupe de membres républicains et démocrates du Congrès, la levée du secret n'a pas, sur le plan de la sécurité nationale, la capacité de nuisance qu'on lui prête.

Pour le moment, ce document cartonne dans les médias, alors qu'il est toujours conservé dans une salle sous haute sécurité au sous-sol du Capitole. Et les personnes autorisées à le consulter ne doivent pas être accompagnées de leurs collaborateurs, ne doivent pas prendre de notes et sont continuellement sous observation. Pour certains, en définitive, il serait plus propice de l'exhumer. Ce qui a fait dire au congressman de Californie Adam Schiff (également démocrate célèbre au sein du comité du Renseignement) : « Comme c'est souvent le cas, la réalité est moins préjudiciable que l'incertitude. » L'ancien sénateur démocrate de Floride, Bob Graham, qui a coprésidé un panel à ce sujet, espère quant à lui que cette décision « sera prise par égard pour le peuple américain ».

 

Lire aussi
USA-Arabie saoudite : condamnés à s'entendre

Échec de la politique d’Obama au Moyen-Orient ?

« Washington ne doit plus s'embourber dans les marécages du Proche-Orient »

Heurs et malheurs de la politique étrangère de Barack Obama

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bekhazi, Georges

Les 19 terroristes étaient diriges par Mohamed Atta, un Egyptien. Sur les 19 terroristes, 15 étaient Saoudiens, Deux étaient Emiratis et le dernier Libanais...

Henrik Yowakim

Barack Obama et le Congrès américain préparent, chacun de son côté, une véritable curée contre l'Arabie saoudite

LA CUREE CONTRE L'ARABIE COMME CELLES LANCEES EN IRAKIE FICTIVEMENT ACCUSSEES D'ETRE COMPLICE DU 9/11

ET A QUAND L'INVASION DE L'ARABIE SAOUDITE APRES CELLES DE L'IRAK ET DE L'AFGHANISTAN ?

AH LA BELLE EPOQUE OU LES ARABES ETAIENT A DOS DE CHAMEAUX ET L'ARAMCO POMPAIT L'ESSENCE A VOLONTEE.

DANS TOUS LES CAS LES YANKEES DOIVENT FAIRE VITE AVANT QUE LA RICHE ARABIE NE SE MODERNISE ET S'AUTONOMISE.

Henrik Yowakim

Aujourd'hui, cette affaire vient d'être remise sur le tapis, notamment à la suite de la récente visite assez tendue de Barack Obama

CA APPRENDRA AUX BANI SAOUD DE NE PLUS OSER HUMILIER LES HOTES NOIRS DE LA MAISON BLANCHE OU LE FUTUR GUIGNOL TRUMPETTISTE QUI L'OCCUPERA

ET CE QUAND ILS METTENT LES PIEDS EN ARABIE SAOUDITE :ETANT DONNEE QUE SOIT VOUS RAMPEZ DEVANT LES YANKEES SOIT VOUS ETES TAXEE DE TERRORISER LES USA ET AUSSI LA PLANETE ENTIERE.

Henrik Yowakim

Rappelons que les 19 pirates de l'air du 11-Septembre étaient des ressortissants saoudiens

RAPPELONS QUE LES 9 TERRORISTES DE CHARLIE ET DU BATACLAN ETAIENT DES RESSORTISANTS FRANCAIS/EUROPEENS.

Henrik Yowakim

Pour le moment, ce document cartonne dans les médias, alors qu'il est toujours conservé dans une salle sous haute sécurité au sous-sol du Capitole. Et les personnes autorisées à le consulter ne doivent pas être accompagnées de leurs collaborateurs

ET SI ON RECYCLAIT CES 28 PAGES BIDON DES SERVICES DE RENSEIGNEMENET QUI AVAIENT CRIEE AU LOUP ET AUX ARMES DE DESTRUCTION MASSIVE EN IRAK, EN PAPIER TOILETTE POUR L'USAGE PERSONNEL DES CONGRESSMEN

QUI NATURELLEMENT NE PEUVENT ETRE ACCOMPAGNEES DANS LE LATRINES
DU NOBLE ET MAJESTUEUR CAPITOLE

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MAIS D,AUTRES COURS DE JUSTICE ONT EMISES DEJA DES CONDAMNATIONS CONTRE L,IRAN ET SON ACCESSOIRE POUR AVOIR ENTRAINE DES SAOUDIENS SUNNITES EN TERRORISTES DU 11/9 A DESSEIN ET LES AVOIR ACCUEILLIS AVANT ET APRES LES EVENEMENTS EN IRAN ! LES MONTANTS A PAYER PAR L,IRAN S,ELEVERAIENT SELON CERTAINES SOURCES A PLUS DE 70 MILLIARDS DE DOLLARS JUSQU,AUJOURD,HUI ET L,IRAN N,A RIEN NIE...

RE-MARK-ABLE

Il est vrai que l'évidence peut être enfouie 1000m sous terre, on ne pourra jamais empêcher qu'elle refasse surface .

Cela permettrait de comprendre le chantage que subissent les bensaouds en s'impliquant de plus en plus dans des complots de barbaries aussi déplorables anti arabes qu'elle cherchent à contrôler pour le compte de. ......

Pourquoi ne parle t on pas de la vétusté de la centrale nucléaire de Dimona qui présente un évitable dangere pour la Palestine usurpée?
Ça aussi, des verités enfouies .

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué