X

Économie

Opération séduction de la « Cleantech » suisse au Liban

Conférence

Une délégation économique helvétique a présenté hier à l'Université Saint-Joseph les avantages de son modèle de développement et de financement des technologies propres.

22/04/2016

Une conférence dédiée à la « Cleantech » – technologies propres visant à diminuer la consommation d'énergie – a été organisée hier à l'Université Saint-Joseph (USJ) par l'ambassade de Suisse et l'incubateur Berytech, dans le cadre de la visite officielle au Liban de deux jours du secrétaire d'État suisse à la Formation, à la Recherche et à l'Innovation, Mauro Dell'Ambrogio.
Lors de son discours, M. Dell'Ambrogio a mis l'accent sur la décision de la Suisse de développer le secteur via des partenariats public-privé (PPP) : « Je suis très satisfait du fait qu'il existe une collaboration entre nos centres de recherche et nos universités. L'industrie est également très impliquée. »
Un modèle qui peut servir d'inspiration pour le Liban ?
Mario el-Khoury pense que oui. Ce Suisse d'origine libanaise est le PDG du Centre suisse d'électronique et de microtechnique (CSEM) qui développe des technologies de pointe pour l'industrie locale. Le CSEM est soutenu à 27 % par le secteur public et à 73 % par le privé. « Plus le pays est petit et plus le tissu industriel est faible, plus le secteur privé et le secteur public doivent travailler main dans la main », souligne-t-il. Pour autant, cette possibilité reste suspendue au bon vouloir du gouvernement qui n'a toujours pas entériné de projet de loi encadrant les PPP au Liban, le dernier ayant été déposé en 2012...

 

Combler le déficit de production électrique
Un obstacle juridique qui ne freine pas l'enthousiasme des acteurs libanais pour ce type d'activité. « Encourager les technologies propres n'est pas un choix, c'est une priorité », a martelé Maroun Chammas, PDG de Berytech, qui soutient déjà plusieurs start-up œuvrant dans ce domaine. « Notre but est qu'elles aient accès aux marchés internationaux à travers des collaborations avec d'autres entreprises », a-t-il ajouté.
Une dizaine d'entreprises suisses faisaient justement partie de la délégation proposant leurs services dans des domaines divers : recyclage des déchets en énergie ou encore création d'énergie à partir de l'eau des rivières. Ce dernier service est proposé par Green Cube, entreprise d'énergies alternatives fondée par Daniel Styger. Selon lui, la Suisse peut aider le pays du Cèdre à combler son déficit de production électrique : « Il faut introduire, petit à petit, des systèmes de production d'énergies alternatives au Liban, jusqu'à que la production électrique devienne stable. Les coûts liés sont trois fois moins élevés que les générateurs diesel », assure-t-il.


Mais le Liban reste toujours à la traîne concernant les énergies renouvelables, qui ne représentent que 3 % de la production électrique, selon la Banque mondiale. « D'après mes interlocuteurs, le problème principal n'est pas tant technologique que réglementaire. Le défi étant notamment de décider qui a le droit de produire et vendre de l'énergie... », glisse un membre de la délégation sous couvert d'anonymat. De fait, le monopole de production électrique conféré par la loi de 1964 à Électricité du Liban (EDL) empêche les propriétaires d'unités de production d'énergie renouvelable de lui vendre de l'électricité. Une première brèche a néanmoins été ouverte par la loi d'avril 2014 qui autorise le gouvernement à délivrer des permis de production d'électricité au secteur privé pendant deux ans (prolongés de deux autres années en novembre dernier), mais elle doit être complétée par des décrets.
Un constat qui frustre Stefan Müller, dont l'entreprise, Glass 2 Energy, développe des panneaux solaires transparents : « Le secteur est moins développé que je ne le pensais avant de venir. C'est décevant, mais ça crée des d'opportunités ! »

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.V.

Voilà ..., un exemple typique de l'inculture criminelle de nos "dirigeants de pacotille ", nous avons accès, à des technologies modernes et nous ne somme pas capable de traiter le problème banal , des ordures ménagères......!

Irene Said

Mario El Khoury, Suisse d'origine libanaise...
dans le monde entier et aussi en Suisse, des Libanais capables et brillants travaillent pour leur pays d'adoption et on les apprécie !
Chez nous, au Liban, on ne les laisse pas travailler, on les étouffe, pour éviter que notre pays progrèsse.
C'est que nos NULS-RESPONSABLES savent parfaitement qu'ils seraient alors très rapidement éliminés !
A quand une tornade nationale et populaire pour tous les balayer ?
Irène Saïd

Bibette

Félicitations Monsieur Barras pour votre initiative et pour toutes vos initiatives qui témoignent de votre grand et sincère amour pour notre pays. Vous aimez le Liban plus que les Libanais eux-mêmes l'aiment. J'espère que vos efforts réussiront à recréer la Suisse de l'Orient, havre de sécurité, de bien-être et de prospérité.

NAUFAL SORAYA

Franchement, c'est une honte qu'avec autant de soleil, d'eau et de vent et des ressources humaines de qualité, "le Liban reste toujours à la traîne concernant les énergies renouvelables"... Quand on pense que d'autres ont fait du désert un jardin...

Une honte de plus, de trop, c'est comme on voudra... mais une honte, une honte, une honte!!!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.