Rechercher
Rechercher

Liban - L’éclairage

Méfaits et bienfaits du face-à-face Aoun-Frangié

La persistance des députés Michel Aoun et Sleiman Frangié à maintenir leur candidature respective à la présidence de la République ne manque pas d'étonner des milieux diplomatiques, qui leur imputent la responsabilité du blocage de la présidentielle. Ces milieux s'étonnent surtout de l'incapacité de certaines personnalités politiques à mener des médiations auprès des boycotteurs.

L'on reproche par exemple au chef des Forces libanaises Samir Geagea sa passivité à l'égard du chef du bloc du Changement et de la Réforme. Citant un diplomate occidental, un politique affirme que « l'absence de signes d'éclaircie est notamment dû à l'acharnement de Michel Aoun à défendre sa candidature. Sa persévérance est renforcée par sa nouvelle alliance avec Samir Geagea, d'une part, et sa propre lecture des événements en Syrie, qu'il croit être en sa faveur, d'autre part ». Du reste, l'appui du Hezbollah à la candidature de M. Aoun serait d'ordre strictement « éthique », selon le diplomate cité. Surtout que le Hezbollah et certaines composantes du 8 Mars auraient récemment renvoyé des signes en direction de Rabieh afin d'inciter le général Michel Aoun à se retirer de la course en faveur d'un troisième candidat, qu'il aurait la latitude de choisir.

C'est pourquoi les milieux diplomatiques s'étonnent que le président de la Chambre, Nabih Berry, n'ait pu faire davantage pour initier un déblocage. Les milieux politiques proches de Aïn el-Tiné expliquent que « le président Berry ne s'aventurera à prendre aucune initiative dont il n'aurait pas garanti la réussite, au regard des circonstances ». Or la volonté du Hezbollah de débloquer la présidentielle n'est pas sûre, quand bien même il aurait envoyé des signes timides en faveur d'un compromis interne. Des milieux politiques du 8 Mars rappellent que le parti soutient Michel Aoun, « tant que celui-ci continue de se porter candidat à la présidence ». Par cette position récente, le Hezbollah entendrait inciter son allié à passer à un plan B. Surtout que, toujours selon les milieux du 8 Mars, le parti chiite serait aujourd'hui en quête d'un compromis qui accompagne son retour au Liban, en marge de la cessation des violences en Syrie. Mais cet optimisme ne trouve pas d'échos dans les milieux politiques occidentaux : tant que le rapprochement saoudo-iranien n'a pas eu lieu (le président Hassan Rohani doit se rendre en Arabie à la mi-avril), il serait vain de croire en quelque revirement du côté du Hezbollah.

 

(Lire aussi : Berry tient à la relance « nécessaire » du législatif)


En attendant, la tendance dans les coulisses diplomatiques est pour un candidat consensuel. Selon une source étrangère, les chances des quatre candidats de Bkerké sont désormais nulles. Par candidat consensuel, il faudrait entendre « une personnalité qui ne soit pas partie au conflit et qui soit en mesure de relancer les institutions, revitaliser l'économie et garantir la stabilité du pays. Autrement dit, une personnalité qui inspire confiance », pour reprendre les termes d'un diplomate arabe résidant à Paris.

Bien que touchant à leur fin, les deux candidatures du 8 Mars, appuyées respectivement par des composantes du camp opposé, ont établi un statu quo qui s'est avéré utile. Les appartenances politiques des deux candidats en lice retiennent le Hezbollah de recourir à un coup de force, semblable au 7 mai 2008, pour imposer ses clauses du compromis éventuel autour de la présidentielle. Les deux candidatures opposées Aoun-Frangié auront contribué à garantir, par conséquent, une transition sûre vers un compromis équilibré.

 

Lire aussi
Hariri soulève à Moscou les dossiers de la présidentielle et des ingérences étrangères

À défaut de vision nationale, « des spéculations sur les intentions du Hezbollah »


La persistance des députés Michel Aoun et Sleiman Frangié à maintenir leur candidature respective à la présidence de la République ne manque pas d'étonner des milieux diplomatiques, qui leur imputent la responsabilité du blocage de la présidentielle. Ces milieux s'étonnent surtout de l'incapacité de certaines personnalités politiques à mener des médiations auprès des...

commentaires (7)

Un simple Caporal, chef militaire et chef d’État ? ! Hahahahahahaha !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

07 h 59, le 01 avril 2016

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Un simple Caporal, chef militaire et chef d’État ? ! Hahahahahahaha !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    07 h 59, le 01 avril 2016

  • Ben , la compréhension de cette problématique est relativement simple ...S.Frangié ...n'a était qu'un chef local de milice ...qui rêve maintenant , être chef de l'état ...c'est normal à ce niveau de rêver ....mais , le Général Aoun à déjà était un chef militaire et un responsable de l'état ...et ....il n'a surement aucunement l'intention de devenir un milicien.....!!

    M.V.

    14 h 52, le 31 mars 2016

  • Pathétique(s) !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    12 h 07, le 31 mars 2016

  • FRANGIE : 3ALA DAL3ONA... 3ALA DAL3ONA... MA RAH TCHOUF IL KIRSE LAW SADA2TONA ! AOUN : OU 3ALA DAL3ONA... 3ALA DAL3ONA... WALA INTA MA RAH TCHOUFA YIA MAL30NA !

    LA LIBRE EXPRESSION.

    11 h 48, le 31 mars 2016

  • LE SEUL BIENFAIT C,EST QU,ILS FURENT MIS AU PIED DU MUR... RIEN QU,A VOIR LEURS FACES ON PEUT JUGER DE LEUR CLASSE...

    LA LIBRE EXPRESSION.

    10 h 04, le 31 mars 2016

  • La majorité de ces maronitiques minorisés, rassemblée à Râbïyéh et à B’néchëéh, disparaitra lorsque la fin du bääSSyrien d’à côté les obligera à se disperser d’1 façon radicale dans le bruit confus de leur dérbbakéhs à peau de chèvre Per(s)cée étalées sur les trottoirs, et dans le tumulte croissant du bas-fond des zkkâks annonçant l'approche de leur inévitable débâcle finale. À la tête d'1 clique restante, l’enfant gâté Frânejéh et boSSfèèèr-amèèèr le bigaradier tenteront de sauver "l'honneur" de l'aSSadisme finissant. Sous la protection de la ferraillerie Per(s)cée restante rouillée, rétro ancien moudéééle, ils se rendront à Qassioûne là où ils penseront rencontrer le résidu de leurs aSSadiques chéris ! Mais c'est en vain que ces pro-bääSSdiots orangistes et m(e)ardaïstes d’ici attendront ; ces aSSadiots de là-bas, très prudents n’est-ce pas, laisseront en plan ces puînés d’ici ! Les empêchant même de se réfugier sur le Hatây dans leur réduit älaouïîto-nusaïyrî. Ce chaos rendant toute fuite impossible, les Cédraies s'avanceront sur Barada écartant la majorité d’entre eux ; la lie restante parvenant à cavaler vers Brâd et Laodicée. C’est ainsi qu’ils termineront leur pathétique "épopée" minorisée. Si 05 fut l'insurrection des Sains Cédraies, la cavale du (c)hébél-lionceau sera le sceau de l’écrasement total de ces Malsains en 8 et chréti(e)ns et pâmés ; expression "pure" et classique de cet archaïque sectarisme minoritaire maronitique de ce "kottôr-fertile".

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    05 h 54, le 31 mars 2016

  • La persistance des députés Michel Aoun et Sleiman Frangié à maintenir leur candidature respective à la présidence de la République ne manque pas d'étonner des milieux diplomatiques, qui leur imputent la responsabilité du blocage de la présidentielle. LA RESPONSABILITE DU BLOCAGE PESTILENTIEL CE N'EST LE GENERAL DESERTEUR NI NI LE FRANGIOLLAH AMBITIEUX C'EST LE STUPIDE ACCORD DE TAEF QUI A IMPOSEE LA MAJORITEE DES 2/3 C'EST A DIRE LE DROIT DU TIERS DE BLOCAGE A BOYCOTTER TOUTE ELECTION LECTIONMPRESIENTIELLE ,ET QUI PERMET PAR CONSEQUENT A LA MONORITE D'IMPOSER SA DICTATURE SUR LA MAJORITEE. SI GOUVERNER C'EST PREVOIR,IL FAUT DIRE QUE LES ARICHITECTES DE TAEF ETAIENT DE MINABLES ET BORNEES MYOPES POLITIQUES.

    Henrik Yowakim

    03 h 39, le 31 mars 2016

Retour en haut