X

Économie

Confronté à des difficultés financières, le quotidien « as-Safir » va tirer sa révérence

Médias

Confrontée à d'importants soucis financiers, la direction du quotidien arabophone a annoncé hier aux cadres de sa rédaction l'arrêt définitif de la publication du journal dans une semaine.

24/03/2016

Le dernier numéro du quotidien as-Safir, fondé en 1974, devrait paraître le vendredi 1er avril, tandis que le site Internet du journal devrait être suspendu le même jour, ont confirmé plusieurs membres de la rédaction du journal joints hier par L'Orient-Le Jour et témoignant tous sous le couvert de l'anonymat.
« Les dirigeants d'as-Safir ont réuni hier à midi les chefs de service de la rédaction pour les informer de l'arrêt définitif du quotidien après jeudi prochain », a expliqué l'un d'entre eux. Un autre responsable confirme également que le site Internet trilingue d'as-Safir devrait s'arrêter le 1er avril, indiquant néanmoins qu'il pourrait être relancé à l'avenir. Pour justifier cette décision, les dirigeants du quotidien auraient simplement mis en avant « les difficultés que traverse le journal et les circonstances adverses qu'il subit », ajoute l'une des sources.

Contacté par L'Orient-Le Jour, le directeur général du journal, Ahmad Salmane, n'était pas immédiatement joignable pour commenter ces informations. De son côté, le propriétaire du quotidien Talal Salmane a déclaré hier à la chaîne de télévision MTV Lebanon qu'une conférence de presse aura lieu mercredi prochain « pour annoncer les prochaines étapes ». Il a par ailleurs affirmé que les 130 employés d'as-Safir recevraient les indemnités qui leur sont dues.

(Lire aussi : Hamadé déplore la chute d'« as-Safir » et d'« al-Akhbar » sur le plan éthique)

 

« Tout est encore flou »
En fin d'après-midi, ces derniers n'avaient pas encore été notifiés, individuellement et de manière officielle, de cette décision, selon plusieurs sources. « Les informations ne sont pas claires, même pour nous », explique une salariée, sans donner plus de détails. « Nous recevrons des indemnités mais nous n'avons pas été informés du montant. Tout est encore très flou, » ajoute un autre journaliste.

La semaine dernière, une lettre avait été envoyée par la direction d'as-Safir à ses employés les alertant d'un risque de suspension de l'impression, faisant état d'une situation économique catastrophique. Talal Salmane avait également indiqué que seul le site Internet du journal pourrait être maintenu. La même semaine, les employés d'un autre journal, al-Liwa, avaient reçu une lettre similaire, encourageant les employés à présenter leur démission. Des rumeurs de suspension du journal avaient également circulé au quotidien an-Nahar, démenties par des employés interrogés à cette occasion par L'Orient-Le Jour.

(Pour mémoire : Deux grands titres de la presse libanaise menacés de ne plus paraître)

 

Tarissement des revenus
La fermeture d'as-Safir s'inscrit dans un contexte particulièrement morose pour la presse écrite, mondiale comme nationale. Selon l'institut Ipsos Mena, les dépenses publicitaires dans les journaux libanais – qui représentent l'essentiel de leurs revenus – ont baissé de 10,7 % entre 2014 et 2015, à 25 millions de dollars. Cela représentait environ 13 % des dépenses publicitaires totales au Liban, la télévision raflant le gros de la mise. En outre, seulement la moitié de ces recettes irait directement dans les poches du journal, précise un connaisseur du marché. « Cette dégringolade des revenus publicitaires se confirme encore plus en 2016, il y a une vraie crise de confiance », note Pascal Monin, professeur en communication à l'Université Saint-Joseph et spécialiste des médias.

Deuxième source de revenus pour les journaux, les abonnements sont également en chute libre depuis plusieurs années. « La presse écrite perd son lectorat au profit des smartphones et des tablettes. Certains s'en sortent en investissant massivement dans leur stratégie digitale. Mais il n'y a pas vraiment eu d'initiatives de ce genre au Liban », résume Pascal Monin. Le quotidien as-Safir revendiquait un tirage de 25 000 exemplaires en 2010, mais selon de nombreux professionnels ce chiffre se situerait dans les faits en deçà des 10 000 exemplaires.

En outre, la crise économique et sécuritaire qui touche la zone Mena a contribué à tarir une dernière source de revenus traditionnelle pour de journaux libanais : les subventions de certains États de la région vers la presse qui reflète leur ligne politique. « Comme de nombreux autres médias libanais, as-Safir bénéficiait de subventions déguisées sous forme d'abonnements de la part de certains pays arabes comme autrefois la Libye, puis la Syrie », avance un professionnel du secteur.

Face à ces difficultés partagées par la quasi-totalité de la presse écrite nationale, Talal Salmane a longtemps cherché des investisseurs potentiels. En septembre 2011, l'homme d'affaires syro-américain Jamal Daniel avait ainsi racheté 20 % des actions du journal. L'ancien Premier ministre Nagib Mikati a par la suite acquis 7 % des parts, le reste étant toujours détenu par la famille Salmane, selon une source au sein du journal.
Aucune information n'a fuité concernant une éventuelle revente de la licence et des autres actifs d'as-Safir, qui incluent l'immeuble du quotidien, son imprimerie et un centre de recherche arabe.

 

Pour mémoire
Jreige prêt à s'allier avec le monde de la presse afin de « développer le secteur »

Jreige évoque « les failles » des nouveaux médias et souligne sa préférence pour la presse écrite

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants