L’édito de Émilie SUEUR

La carte kurde

L’édito
16/02/2016

En octobre 2014, les Kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), la branche armée du Parti de l'union démocratique (PYD), s'illustraient en libérant Kobané de l'emprise de l'organisation État islamique. Le 16 juin dernier, ils asseyaient leur position de principale force, sur le terrain, contre l'EI, en reprenant le contrôle de Tal Abyad, point de transit vital pour les jihadistes entre la Syrie et la Turquie.
Outre leurs faits d'armes, ces forces kurdes de Syrie présentent le gros avantage, aux yeux des Occidentaux, d'avoir un pedigree connu. Et, cerise sur le gâteau, elles ne peuvent être soupçonnées d'avoir un agenda islamiste, contrairement à d'autres mouvements rebelles nés avec le conflit syrien. Un CV d'autant plus intéressant depuis que la lutte contre l'EI est devenue la priorité de la plupart des grandes puissances impliquées dans le dossier syrien.

Les Américains ont bien vu l'opportunité kurde, eux qui, depuis la bataille de Kobané, les soutiennent via l'envoi d'armes mais aussi le déploiement d'un petit contingent de forces spéciales dans leurs régions. Un soutien réaffirmé le 31 janvier dernier, quand l'émissaire spécial de la Maison-Blanche pour la lutte contre l'EI s'est rendu à Kobané. Il s'agissait là de la première visite d'un officiel américain en Syrie depuis 2011.
Aujourd'hui, si la carte kurde est plus tentante que jamais, elle est toutefois plus complexe à jouer pour certains.
Depuis début février, les Kurdes profitent de l'offensive du régime, soutenue par les bombardiers russes, dans la région d'Alep, pour avancer leurs pions sur le terrain. Avec un objectif qui relève du cauchemar pour Ankara : relier les zones qu'ils contrôlent dans le nord syrien, près de la frontière turque. Un scénario catastrophe contre lequel les Turcs ont sorti l'artillerie lourde.

Face à cette situation, les Américains, qui ont appelé ce week-end à l'arrêt des bombardements contre les positions kurdes, sont contraints de faire le grand écart entre l'allié turc et le PYD, considéré comme une organisation terroriste par Ankara. Pour les Européens, l'affaire n'est pas simple non plus. Si Paris a appelé, lui aussi, les Turcs à cesser leur pilonnage, les Européens comptent sur Ankara pour contenir le flux de migrants.
Il est un acteur de la crise qui semble moins gêné aux entournures. Aujourd'hui, Vladimir Poutine semble en bonne position pour faire de la carte kurde un atout dans son jeu.

Dans le nord syrien, les Kurdes sont aujourd'hui, de facto, des alliés face aux rebelles, participant donc par ricochet à la stratégie russe de renforcement du régime syrien. Par ailleurs, tout soutien aux Kurdes – et les bombardements aériens russes le sont, de même que l'ouverture, le 10 février, d'une représentation pour les Kurdes de Syrie à Moscou – est un moyen de faire payer à Ankara sa politique syrienne, et notamment le fait d'avoir abattu, le 24 novembre dernier, un bombardier russe qui avait pénétré dans l'espace aérien turc. Il n'est pas exclu non plus que M. Poutine voit d'un bon œil la Turquie être entraînée dans le conflit syrien, ce qui ne manquerait pas de la déstabiliser.

La question kurde présente aussi l'intérêt, pour Moscou, de mettre en exergue les incohérences et divisions du camp anti-Assad, qui pèseront assurément sur la reprise, prévue dans dix jours, des pourparlers de Genève suspendus le 3 février. Début février, sous la pression des Saoudiens et des Turcs, les Kurdes n'avaient pas été invités à ces pourparlers.
Leur écartement pourrait-il pousser les Kurdes vers le giron russe ? Si cette éventualité aggraverait un peu plus encore l'impuissance des Occidentaux sur le dossier syrien, le maître du Kremlin aurait tort de se réjouir trop vite : en matière d'alliance, les Kurdes de Syrie sont non seulement fluctuants, mais aussi de vrais stratèges.

 

Lire aussi
Les enjeux d'une éventuelle intervention militaire turco-saoudienne en Syrie

Quand les relations arabo-kurdes évoluent au gré des violences

Le soutien américain aux Kurdes syriens irrite de plus en plus Ankara

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Qu'allâh yésstorre ces kurdes des Grands-Turcs !

Ma Fi Metlo

Très belle analyse Mme Sueur , même dans sa conclusion !

Par contre je ne suis pas aussi sûr que ça quand vous dites :

" Outre leurs faits d'armes, ces forces kurdes de Syrie présentent le gros avantage, aux yeux des Occidentaux, d'avoir un pedigree connu. Et, cerise sur le gâteau, elles ne peuvent être soupçonnées d'avoir un agenda islamiste, contrairement à d'autres mouvements rebelles nés avec le conflit syrien ".

Parce que les islamistes en question ont un pedigree connu et "accepté" des occidentaux .
Pour la simple et bonne raison que les turcs bombardent les kurdes pour les empêcher de l'emporter sur les islamistes , plus que sur aucune autre force en conflit.

Le cocufiage est devenu une règle dans cette guerre boîte de pandore , après l'accord avec les iraniens , voilà un accord avec les kurdes , tous les 2 dirigés contre les turcs , les bensaouds et leurs bactéries salafowahabites .

Quel avenir pourront avoir ces 2 cocus de l'histoire qui vont se voir dépecer comme on le voit pour la Syrie et d'autres qui vont sûrement suivre .
On savait tous que les russes , par nature froid , prépare des revanches qui feront payer cher les fautifs . Le kurdistan entrera en guerre contre les turcs , et que cela présage une stratégie ou une fluctuation , elle ira jusqu'au bout !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET UN KURDISTAN À L'IMAGE DE CELUI D'IRAK NAÎTRA SUR LES FRONTIÈRES TURQUES AVEC LA SYRIE... ET LE PRINTEMPS KURDE EN TURQUIE S'ÉPANOUIRA... LE TURC ET LES ARABES AURAIENT DÛ INTERVENIR EN SYRIE AVANT LES RUSSES...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"En matière d'alliance, les Kurdes de Syrie sont non seulement fluctuants, mais aussi de vrais stratèges." !
Ils sont plutôt plus fluctuants que stratèges, ne fut-ce que lors du massacre des arméniens quand ils étaient les véritables porte-flingues des ottomans....

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Rencontres

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.