X

Moyen Orient et Monde

Les enjeux d’une éventuelle intervention militaire turco-saoudienne en Syrie

Éclairage

L'envoi de troupes par Ankara et Riyad semble improbable, mais reste une menace difficile à écarter.

16/02/2016

Depuis plusieurs jours, l'éventualité d'une intervention militaire turco-saoudienne en Syrie se profile à l'horizon. Samedi dernier, 13 février, l'Arabie saoudite a déployé des avions de combat sur la base aérienne d'Incirlik en Turquie, selon le ministère saoudien de la Défense, alors que des avions de la coalition internationale menée par les États-Unis s'y trouvent déjà. Et hier, les forces aériennes turques et saoudiennes ont débuté des manœuvres conjointes au-dessus de la Turquie, exercices programmés de longue date, il est vrai, mais qui interviennent à point nommé. Ils confortent en effet les déclarations d'Ankara et Riyad quant à un envoi possible de troupes en Syrie pour intensifier la lutte contre l'État islamique (EI).
Parallèlement, la Turquie continue de bombarder les Kurdes présents à proximité de la frontière syro-turque dans la province d'Alep, sans pour autant réussir à freiner leur avancée. De leur côté, les troupes du régime syrien, aidées de ses alliés et de l'aviation russe, continuent de progresser dans cette même province, infligeant une cuisante défaite à l'opposition armée encore sur place.

Ces développements sur le terrain surviennent alors que les tentatives de régler diplomatiquement le conflit syrien sont au point mort. L'annonce d'un accord, vendredi 12 février, entre les 17 pays membres du Groupe international de soutien à la Syrie (ISSG), concernant une trêve supposé débuter vendredi et une aide humanitaire accrue à plusieurs villes assiégées, n'aura d'ailleurs pas suscité beaucoup d'espoirs.


(Lire aussi : Escalade verbale dangereuse entre Ankara et Moscou)

 

Vœu pieu
En termes de timing, Riyad et Ankara n'auraient donc pas pu faire mieux. Mais cette coopération entre les deux puissances sunnites, qui pour l'instant n'est qu'un vœu pieu et non une certitude, n'est-elle qu'un bluff ? Nombreux sont les observateurs qui s'accordent à le dire, jugeant que le royaume wahhabite est trop embourbé au Yémen depuis près d'un an, pour se permettre de risquer plus encore. De son côté, la Turquie est dans une position déjà assez délicate, avec la reprise des hostilités avec les Kurdes sur son sol, en Irak et en Syrie. Sa vie politique fragilisée par les scandales à répétition, notamment concernant son aide à Daech (acronyme arabe de l'EI), et ses relations exécrables avec la Russie dont elle a abattu un avion le 24 novembre dernier, ne lui permettent pas d'agir de manière inconséquente, ce qui lui vaudrait d'être encore plus isolée sur la scène internationale. D'autant que la Russie entretient des relations commerciales majeures avec l'Arabie saoudite et la Turquie.

Il serait illusoire de croire que ces deux pays, en cas d'intervention militaire en Syrie, ne viseraient que Daech. Il est évident que des affrontements entre Turcs et Kurdes sont difficilement évitables, comme le seraient des face-à-face entre les forces turques/saoudiennes, et celles du régime de Damas et leurs alliés. Ces derniers sont en outre particulièrement aguerris en matière de stratégies militaires sur le terrain, ce qui n'est pas le cas du royaume; les houthis yéménites, après tout, ne sont pas le Hezbollah, ou les pasdarans iraniens.


(Lire aussi : « Si la Turquie entre en Syrie, il lui faudra éviter à la fois les Russes et les Américains »)

 

Sur le terrain
Les conséquences d'une telle initiative seraient donc désastreuses, à plus d'un niveau. Matériellement et militairement, il n'est pas certain que l'Arabie saoudite et la Turquie puissent enregistrer des succès solides sans coordination parfaite avec le reste de la coalition internationale. Ce qui n'est pas acquis, la Turquie pilonnant sans relâche les Kurdes syriens, soutenus par Washington... et Moscou. Pendant ce temps, ces mêmes forces kurdes reprennent des territoires à certaines forces rebelles (soutenues par l'Arabie, la Turquie, les États-Unis) pour essayer de relier plusieurs cantons kurdes en un seul territoire uni qui longerait la frontière syro-turque. Cela couperait un axe de ravitaillement vital pour Daech, entre le nord syrien et la Turquie, sans oublier les dégâts que subirait le trafic de pétrole dont vit le groupe islamiste. Il est logique de s'attendre à ce que le gouvernement syrien – ou l'un de ses alliés – puisse donc riposter à ce qui représenterait une violation certaine de son territoire.

Les menaces de Riyad et Ankara pourraient donc n'être qu'un moyen parmi d'autres de faire pression sur ses alliés occidentaux, et plus particulièrement Washington, qui semble perdre le goût pour la confrontation dans la région. Son rapprochement avec l'Iran, depuis la signature d'un accord sur son programme nucléaire l'été dernier, et sa proximité, sinon son entente, avec Moscou ont de quoi susciter l'inquiétude de l'Arabie saoudite et de la Turquie. Depuis, ces dernières ont vu leurs relations avec l'allié américain traditionnel se distinguer fortement sur certains dossiers. Entre autres, le départ de Bachar el-Assad du pouvoir, éventualité qui n'est plus, aujourd'hui, une condition sine qua non imposée par l'Occident en vue d'une solution politique en Syrie.

 

Lire aussi
La carte kurde, l’édito d’Émilie Sueur

Quand les relations arabo-kurdes évoluent au gré des violences

Pourquoi la trêve en Syrie est un leurre, le décryptage d'Anthony SAMRANI

Le soutien américain aux Kurdes syriens irrite de plus en plus Ankara

Poutine en train de réussir son pari syrien

"Ce qui se passe en Syrie est une catastrophe, il s'agit d'une troisième guerre mondiale"

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

AIGLEPERçANT

Voilà ce qu'on demande Mme Samia Medawar , des analyses réalistes , vraies , justes et pas faites pour faire plaisir ou faire du tort .Merci .

La défaite du camp turco/saoudo est enclenchée , quoi qu'il advienne , au Yémen on a pas des pasdarans , des combattants du hezb et les armes sophistiquées des russes , en Syrie elles sont là , implantées , et prêtes à servir , la Syrie a déjà par le passé envoyé 2 avions turcs par les fonds marins , la Russie n'était pas encore présente .

Enter en guerre est facile , mais en sortir sera plus difficile , et franchement analysons bien les choses , la Russie NPM et l'Iran NPR , par rapport à la Turquie et aux bensaouds , y a pas photo , les 1ers fabriquent eux mêmes leurs armes , les autres dépendent de fabricants qui voudront bien leur livrer ou pas !

Vous comprenez la différence sur un terrain d'opération militaire ?

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Il est évident que des affrontements entre les forces turques/saoudiennes et celles du régime de Damas et leurs alliés sont difficilement évitables. Ces derniers sont en outre aguerris en matière de stratégies militaires sur le terrain, ce qui n'est pas le cas du royaume ! Les Houthis yéménites, après tout, ne sont pas le Hezbollah ou les pasdarans iraniens !" !
Pourquoi donc ? êtes-vous si sûre que ces Houthis ne sont pas plus aguerris même que ce régime de pacotille, ce héZébbb et ces Pasdarans qui, sans l'intervention russe de dernière minute, auraient déjà mangé la poussière et de Dâhïyéh, et de Téhéran et de Damas et de toutes leurs steppes ?

Pierre Hadjigeorgiou

S'il y a intervention militaire Turco-Saoudienne ce ne sont pas les Saoudiens qui seront en premiere ligne mais les Turcs et eux, c'est pas du gateau car le Hezbollah et les troupes d'Assad font a peine le poids. La question est comment la Russie réagira. Ira-t-elle en guerre ou s’arrêtera-t-elle et demandera a négocier l’arrêt des hostilité pour éviter justement un conflit qui risque de s’étendre avec l'OTAN? La est toute la question: Qui osera quoi, quand et comment!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

INTERVENTION QUI BROUILLERA LES CARTES... REMETTRA LA PENDULE À L'HEURE... ET FERA DU BORDEL ACTUEL UN HYPER BORDEL ET RISQUE SUREMENT DE DÉCLENCHER DE LONGUES GUERRES.... MAIS POURRAIT-ON LAISSER L'INITIATIVE AUX MAINS RUSSO-IRANIENNES Où LE RUSSE SEMBLE ÊTRE À LA TRAÎNE DE L'IRAN QUI LUI PROMET DES CONTRACTS ÉCONOMIQUES ET DÉROGE À L'ENTENDEMENT AVEC L'AMÉRICAIN ? SI GENÈVE 1 ET LES DÉCISIONS DE L'ONU NE SONT PAS RESPECTÉS IMMÉDIATEMENT LA RÉGION BALANCE VERS L'APOCALYPSE !!!

Bery tus

"Pendant ce temps, ces mêmes forces kurdes reprennent des territoires à certaines forces rebelles (soutenues par l'Arabie, la Turquie, les États-Unis) pour essayer de relier plusieurs cantons kurdes en un seul territoire uni qui longerait la frontière syro-turque. Cela couperait un axe de ravitaillement vital pour Daech"

pardon madame mais si cela se réaliserait alors la turquie serait obliger de riposter car vous le savez bien cela constituerait une menaces a son intégrité territorial car les kurdes ne s'arrêteront pas en si bon chemin peut etre sur un court terme mais sur un long terme elle le sera !! c'est pq au debut de la guerre en syrie la turquie avait avertie tout le monde qu'elle ne laissera pas un territoire autonome aux kurdes longeant ses frontières

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants