Dossier spécial orientation professionnelle

Art, littérature, design

Designer global : Concevoir un projet dans son ensemble

Dans une approche collaborative, le designer global est un facilitateur qui donne la voix aux acteurs concernés par son projet.

Loin d'être réducteur, le designer global réfléchit à une conception cohérente et transversale d'un projet. Il réunit ainsi dans son étude les différents aspects du design. Son but serait d'amener un changement positif centré sur les utilisateurs.

23/03/2016

Le designer global est amené à concevoir dans un même projet le design des produits, le design graphique, le design web, le design d'espace et celui des services. Alors que ces différents domaines constituent des métiers d'habitude distincts, la tendance actuelle les réunit sous un seul label, celui de design global, les estimant interdépendants, ne pouvant exister séparément.
« Grâce à une approche générale, au lieu de trouver une solution immédiate à un problème, un designer global examine celui-ci d'une façon approfondie », explique Vrouyr Joubanian, designer global et membre du comité pédagogique à la section design de l'Alba. En effet, le designer met à pied d'égalité, dans son processus créatif, toutes les dimensions du projet et réfléchit aux problématiques dans leur ensemble.
« Le designer global utilise la méthodologie du design en tant qu'outil créatif de résolution des problèmes organisationnels, sociaux et environnementaux que nous rencontrons dans notre vie quotidienne », ajoute ce designer.


Le champ de travail de ce métier est vaste. Il inclut les secteurs privé et public, celui des services de télécommunications, des transports ou des entreprises, celui des associations, de l'éducation ou de la santé. « Pour un projet d'hôpital, nous avons étudié le trajet d'un patient depuis son entrée jusqu'au moment où il a été installé dans sa chambre. Notre objectif a été de rendre l'expérience plus facile et productive, tant pour le patient que pour l'hôpital », souligne Vrouyr Joubanian. En plus de la circulation et de l'architecture à l'intérieur du local, les designers globaux examinent aussi certains aspects au niveau du service.
Les solutions sont générées, par ailleurs, grâce à l'engagement de tous les acteurs impliqués dans le problème. « Alors que le marketing étudie le marché, le designer global effectue des études auprès de l'usager », ajoute-t-il. La méthode de travail comprend des entrevues et des questionnaires conçus comme des jeux engageants, des jeux de rôle où le designer prend la place de l'usager, ou observe ce dernier, pendant toute une journée, sans s'imposer.


Une fois les informations rassemblées, le designer global les trie, les analyse et en constitue une synthèse. Ensuite, « il crée des idées qui répondent à la question "comment pourrais-je" au lieu de "comment dois-je", ouvrant de nouvelles possibilités et perspectives », note ce designer.
Le processus de design mène, enfin, à une solution adéquate et efficace, en relation avec l'utilisateur. Ce peut être un produit, un site web, un modèle de gestion, de service ou plusieurs à la fois, selon les besoins.
Ce métier se caractérise par un travail d'équipe où des designers globaux forment un groupe de réflexion et collaborent étroitement avec des spécialistes de différentes disciplines, en fonction du domaine, tel des psychologues, anthropologues ou architectes, en plus des personnes concernées par le problème posé.

 

Les difficultés
Le marché ne comprend pas encore la vraie nature de ce métier. Le designer est catégorisé encore sous le label de designer de produit, de bijoux ou d'intérieur, et son objet de design est réduit à un outil esthétique. « Au Liban, il faut expliquer tout le processus du travail, même aux clients qui ont tendance à s'attendre à une solution miracle rapide. Ils ne perçoivent pas la démarche qui mène au résultat », raconte Vrouyr Joubanian.
Vu son champ d'action, le designer global doit s'attendre à rencontrer des situations et des sujets tabous ou même des difficultés au niveau politique.

 

Les qualités requises
« L'empathie est la clé numéro un pour un designer global. Elle lui permet d'être à l'écoute et de comprendre les autres avant de juger et de donner sa perspective. C'est une compétence qui se développe avec le temps et l'expérience », confie le designer. Ceci contribue à acquérir une sensibilité culturelle, et tenir compte des différentes mentalités des groupes sociaux.
Le designer global, par conséquent, doit pouvoir développer la confiance des personnes avec lesquelles il travaille, les mettre à l'aise, dès le début du projet.
En outre, la capacité de réflexion et d'analyse est essentielle dans l'exercice de ce métier, afin de rechercher et de comprendre le problème. Communiquer clairement est tout aussi important dans l'approche.

 

Les débouchés
Le designer global travaille sur des projets, parfois plusieurs en parallèle, qui peuvent durer des semaines ou des années. Au Liban, il peut gagner par projet entre 5 000 et 20 000 dollars, en fonction du client et de la grandeur du projet. À l'étranger, le montant est beaucoup plus élevé, vu que le métier y est beaucoup plus établi.

 

 

Comment devenir un designer global

Au Liban, l'étudiant est formé à ce métier uniquement à l'école des arts décoratifs, section design, de l'Académie libanaise des beaux-arts. Le design global est un master, obtenu après deux ans d'études et un tarif total de 26 400 dollars. Il reçoit des étudiants venant de toutes les spécialisations. « Regrouper des disciplines différentes est très enrichissant et complémentaire. Chacun apportera ainsi sa perspective et son expertise, pour un résultat beaucoup plus complet », estime Vrouyr Joubanian.

 

 

 

 

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué