Dossier spécial orientation professionnelle

Art, littérature, design

Acteur indispensable des expositions artistiques : le curateur d’art

Une oeuvre de Camille Brunel.

Un curateur est une personne qui s'occupe de l'organisation et de la gestion de tous les aspects d'une exposition artistique. Francisé à partir du mot anglais « curator », le curateur a relativement innové dans le domaine de l'art.

23/03/2016

Chargé de la promotion des artistes de tous bords et concevant des expositions hors des sentiers battus, le curateur a gagné en importance avec le phénomène de mondialisation.
« Un curateur est essentiellement un médiateur entre le public et les artistes. Il peut être un curateur d'art, mais aussi d'objets historiques. Tel un conteur, il relate en quelque sorte les histoires de ces œuvres au public », explique Nora Razian, chef de programmes et d'expositions au musée Sursock.
Pour un curateur, il s'agit donc de « raconter », de présenter un point de vue à travers une exposition hors du commun. Celle-ci devient un travail de conception, dont les éléments concourent à faire parvenir une idée ou une ambiance. En même temps, « le curateur réfléchit à la façon dont l'audience perçoit les œuvres d'art, le contexte ou les techniques des pièces, autour desquelles il construit les informations et les présente au public », souligne Nora Razian.
Pour préparer une exposition, l'élément majeur consiste tout d'abord à bien repérer les artistes dont il produira les travaux. En fait, le mot « curateur » vient du latin, « curare », qui signifie prendre soin. Il s'occupera également de la scénographie qu'il composera, telle une mise en scène participant à son discours.
Une large partie du travail couvre les fonctions liées à l'exposition. Multitâche, le curateur doit trouver des solutions aux problèmes qui se posent, rédiger les textes, organiser les débats, planifier le calendrier, coordonner avec les différentes équipes concernées, tels les fournisseurs ou les responsables de la communication, établir le budget et trouver des financements, comme l'explique Nora Razian. « Le curateur travaille avec les artistes pour déterminer l'emplacement de leurs œuvres et organiser leurs interventions, il contacte les fournisseurs qui vont envoyer les matériaux nécessaires pour la production, il collabore avec la communication et avec le designer qui réalise les affiches et les cartes d'invitation », précise-t-elle.
Ce qui caractérise ainsi le curateur, c'est son profil interculturel et sa mobilité au-delà des frontières, rencontrant des artistes internationaux, assistant aux biennales ou aux foires artistiques.

 

Les difficultés
C'est un métier qui suppose des rapports continus avec différents types de personnes. « Comme dans tout travail d'équipe, il faut veiller à préserver les bonnes ambiances et un environnement de travail adéquat. Il faut aussi diriger tout ce monde, car un curateur ne peut pas travailler seul », souligne Nora Razian.
Vu les nombreuses tâches qui lui incombent, un curateur doit savoir gérer son emploi de temps pour ne pas avoir des retards. Enfin, comme pour tout organisme culturel, la difficulté majeure se pose au niveau financier.

 

Les qualités requises
La curiosité est essentielle. Elle incite le curateur à approfondir ses connaissances à travers la recherche, un critère primordial dans ce métier. Celle-ci lui permet de « réfléchir d'une façon interdisciplinaire et d'élargir son esprit dans ce sens », selon la responsable. Le métier nécessite aussi d'être expert dans certains domaines, tels l'histoire de l'art, les mouvements artistiques, les pratiques d'art informelles ou les contextes historiques des œuvres d'art.
Sociable, le curateur doit, par ailleurs, s'informer d'une façon continue sur le milieu artistique. « Il va fréquenter des expositions et des ateliers d'artistes, découvrir ce qui se passe à travers le monde et développer de bons réseaux », relève-t-elle. Constamment en éveil, le curateur doit repérer les artistes émergents, voire encore inconnus, qui insuffleront de nouvelles pensées au domaine. Par là même, il dessinerait les tendances artistiques du moment.
En outre, « se former à travers l'expérience est fondamental pour devenir curateur ». « C'est une spécialisation plus pratique que théorique », indique Nora Razian. Et c'est en débutant tôt dans le métier qu'un curateur se forge un nom et un profil. À cette fin, être passionné est une condition sine qua non.
Un curateur indépendant doit, enfin, savoir lancer ses propres projets, trouver des financements, demander des subventions... Il doit savoir également se créer des opportunités, surtout que l'industrie de l'art se développe dans la région et qu'il y a de plus en plus de possibilités d'ouvertures.

 

Les débouchés
Un curateur débutant peut assister un professionnel jusqu'à ce qu'il ait assez d'expérience pratique, avant de lancer, en tant qu'indépendant, sa carrière.
Ainsi, le freelancer propose lui-même les projets qu'il produit. Son salaire dépend de son expérience et de la grandeur du projet. Au début de son parcours, un curateur pourrait être amené à produire des projets gratuitement.
Il peut en outre travailler dans les musées, les galeries ou dans toute autre institution artistique. « Ce qui est intéressant, c'est qu'on ne fait pas le même travail chaque jour. Tout projet se distingue du précédent, au niveau des artistes qui y participent, des objets exposés... ce n'est pas un travail routinier », relève Nora Razian.
Au niveau de la rémunération, son salaire varie en fonction de son employeur. Ainsi, il gagnerait moins dans le secteur public ou dans une institution à but non lucratif que dans une galerie privée où il toucherait entre 3 000 et 5 000 dollars par mois environ, selon son parcours.
Parallèlement à son métier, un curateur peut exercer la profession de critique d'art, de conseiller artistique ou d'enseignant.

  

Comment devenir curateur

La spécialisation en études curatoriales existe à la faculté des lettres et des sciences humaines de l'Université Saint-Joseph. Tout titulaire d'une licence sera admis dans ce cursus de deux ans, au terme duquel il détiendra un master professionnel en critique d'art et curatoriat.
Pour Nora Razian, il est possible aussi « de se spécialiser dans le domaine de l'art ou des sciences humaines, et d'acquérir sa formation sur le terrain en exerçant ce métier, parallèlement à ses études ». Le curateur débutera avec de petits projets et développera ainsi son portfolio. « Plus il commence tôt à produire, apprendre, développer son réseau, mieux ce sera pour lui », confie-t-elle.

 

 

 

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué