X

À La Une

Nimr Baqer el-Nimr était aussi un farouche opposant au régime de Bachar el-Assad

Eclairage

"La famille Assad en Syrie est injuste. Le chiisme ne les reconnaît pas", martelait le dignitaire chiite saoudien.

M.K. | OLJ/Agences
05/01/2016

La mise à mort par Riyad, le 2 janvier, du dignitaire chiite saoudien Nimr Baqer el-Nimr a exacerbé les tensions entre l'Arabie saoudite sunnite et l'Iran chiite.

L'exécution de ce religieux, virulent critique de la famille Al-Saoud, a été en grande partie abordée sous le prisme confessionnel, présentant le dignitaire comme inféodé à l'Iran, influent défenseur de la minorité chiite et opposé au camp sunnite au Moyen-Orient.

Pourtant, Nimr al-Nimr était également un farouche opposant au régime syrien du président Bachar el-Assad, de confession alaouite (branche du chiisme) et proche allié de Téhéran. Dans une vidéo publiée sur YouTube en juillet 2012 et intitulée "De l'obligation de soutenir l'opprimé, qu'il soit sunnite ou chiite", le cheikh Nimr affirmait en allusion à Assad : "L'oppression est refusée. Tu es chiite, n'opprime pas le sunnite (...) Si tu opprime le sunnite, Dieu ne t'aimera pas". Et de poursuivre sur un ton remonté : "Gare à l'opprimé s'il devient oppresseur". "La famille Assad en Syrie est injuste. Le chiisme ne les reconnaît pas", ajoute-t-il. "Nous ne défendons pas les oppresseurs, quels qu'ils soient".

 

 

Sur le site de l'Express, un article daté du 2 janvier et signé Catherine Gouëset rappelle que le cheikh Nimr niait les accusations des autorités saoudiennes d'être un agent de l'Iran. "Il dénonçait à la fois les dynasties sunnites de son pays, de Bahreïn, mais également le régime syrien (...)".

Pour le journaliste et analyste Wassim Nasr, malgré son opposition au régime Assad, le cheikh Nimr a réussi à galvaniser les chiites de la région qui ont unanimement condamné sa mise à mort.

 

 

Des mouvements de colère ont en effet secoué la rue chiite, notamment en Iran, au Bahreïn, en Irak, au Liban, mais également en Arabie saoudite.

 

Infographie
Quelques clés pour comprendre l'affaire Nimr al-Baqer el-Nimr)

 

Repères
Entre sunnites et chiites, les divisions remontent à loin

L'histoire troublée des relations entre Riyad et Téhéran

 

Lire aussi
Crise Iran-Arabie saoudite : Washington en porte-à-faux

Les fragiles tentatives de solution en Syrie compromises par l'escalade entre Riyad et Téhéran

Dans quelles arènes vont désormais se battre Riyad et Téhéran ?, le décryptage d'Anthony Samrani

Crise Iran-Arabie : des secousses ressenties à Beyrouth

« Ne croyez surtout pas que ces fanatiques représentent la majorité pacifique de l'Iran ! »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL CRITIQUAIT LA FAMILLE ASSAD EN TANT QUE TELLE ET NON EN TANT QUE ALAOUITE/CHIITE... COMME ON NOUS LE
CHANTE...

Bery tus

C'était juste de la lapalissade !! Je ne crois pas qu'il allait s'impliquer ou aller encore plus loin dans son prêche contre le régime Assad !!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

GARE A L,OPPRIME S,IL DEVIENT OPPRESSEUR... PAROLES D,OR DE FEU CHEIKH NIMR... DONT L,EXECUTION QUOI QU,ON EN DISE EST UNE ERREUR MAJEURE...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué