X

Moyen Orient et Monde

Dans quelles arènes vont désormais se battre Riyad et Téhéran ?

Décryptage

En exécutant le cheikh Nimr Baqer el-Nimr, l'Arabie saoudite veut montrer qu'elle reste le défenseur des sunnites et qu'elle ne tolère aucune contestation de son pouvoir.

04/01/2016

Au Moyen-Orient, rien ne ressemble davantage à ce début 2016 que... l'année 2015. Les espoirs d'une période d'apaisement dans la région ont fait long feu. Dès le samedi 2 janvier, l'Arabie saoudite a donné le ton en exécutant 47 personnes accusées d'actes de terrorisme, une quarantaine de jihadistes liés à el-Qaëda dans la péninsule Arabique (Aqpa), ainsi que le cheikh Nimr Baqer al-Nimr, dignitaire chiite et figure de la révolte contre les Saoud.
Ces exécutions s'inscrivent dans un double contexte : celui de la crise au sein du monde sunnite, favorisant l'expansion de mouvements radicaux qui menacent et concurrencent Riyad, et celui de la guerre froide qui oppose les deux théocraties du Golfe et instrumentalise les appartenances communautaires dans toute la région. C'est au regard de ce qu'il perçoit comme deux menaces, l'une sunnite et l'autre chiite, qu'il faut comprendre la décision de Riyad. Le royaume se retrouve en effet face à un dilemme : comment contrer les mouvements radicaux sunnites, qui séduisent une partie non négligeable des Saoudiens du fait de leur animosité envers les chiites, sans donner l'impression de faire le jeu de l'Iran ? Et inversement, comment contrer ce qu'il perçoit comme une expansion iranienne dans toute la région sans pour autant favoriser les jihadistes sunnites ?

(Reportage : « Ne croyez surtout pas que ces fanatiques représentent la majorité pacifique de l'Iran ! »)

 

Le choix d'Aqpa
En ôtant la vie à une quarantaine de terroristes sunnites, Riyad veut montrer qu'il participe activement à la lutte contre le terrorisme à un moment où il est de plus en plus critiqué par les Occidentaux pour son laxisme à l'égard des mouvements jihadistes sunnites. Cette décision s'inscrit dans la continuité de l'annonce, au mois de décembre, de la création d'une coalition islamique, mais interroge quant à la réaction d'Aqpa, qui avait menacé le royaume de représailles en cas d'exécution de ses membres. Si le royaume combat fermement cette branche d'el-Qaëda sur son territoire depuis une dizaine d'années, il collabore avec elle, de façon circonstancielle, dans sa guerre contre les houthis au Yémen. L'exécution de ses membres oblige Aqpa à faire un choix : soit ils réagissent et seront combattus par le royaume au Yémen, soit ils ne font rien et perdent une partie de leur crédibilité au profit de l'organisation concurrente, l'État islamique (EI).
« Les Saoudiens craignent les terroristes sunnites, mais ils pensent qu'ils sont capables de les mater », confie un diplomate arabe de haut rang à L'Orient-Le Jour. Au sein du triumvirat saoudien, les tâches sont partagées. Le prince héritier, Mohammad ben Nayef, neveu du roi, mène la lutte contre le terrorisme, tandis que le vice-prince héritier, Mohammad ben Salmane, fils du roi, est en charge de la guerre au Yémen. « Il y a une concurrence entre les deux hommes, mais ben Nayef est indispensable et il est pleinement soutenu par les Américains. Ben Salmane aura du mal à l'écarter », indique le diplomate.


(Repère : L'Arabie saoudite, un pays qui exécute de plus en plus)

 

Raviver le feu
En exécutant le cheikh Nimr Baqer el-Nimr, Riyad veut montrer qu'il reste le défenseur des sunnites et qu'il ne tolère aucune contestation de son pouvoir. « Nimr Baqer el-Nimr est un grand agitateur, un tribun. On peut l'accuser de violences verbales, mais, a priori, pas de violences réelles », estime le diplomate. « Tous les régimes autoritaires, quelles que soient leurs idéologies politiques, accusent leurs opposants d'être des terroristes. L'Arabie saoudite a l'habitude de le faire », ajoute-t-il.
En appliquant la même peine à un opposant politique chiite et des jihadistes sunnites, Riyad contribue à polariser davantage les communautés sunnite et chiite, non seulement dans la région mais également à l'intérieur du royaume. « Ils pouvaient très bien le garder en prison. En l'exécutant, les Saoudiens ont ravivé le feu dans la région-est du royaume, majoritairement chiite, alors que la situation s'était apaisée il y a quelques mois », note le diplomate arabe.
L'exécution du cheikh Nimr Baqer el-Nimr s'inscrit dans la continuité de la politique anti-iranienne menée par l'Arabie depuis l'arrivée au pouvoir du roi Salmane, dont l'épisode le plus spectaculaire a été l'intervention au Yémen. La menace iranienne est clairement perçue comme prioritaire par rapport à la menace des jihadistes sunnites. « Il y a comme une paranoïa au sein de l'establishment saoudien quant à la menace iranienne. Comme si la flotte iranienne était toute proche de leurs côtes et que l'armée iranienne s'apprêtait à les envahir. Les Saoudiens se sentent abandonnés par les Américains, ce qui n'est pas tout à fait faux. Le paradoxe, c'est que les Iraniens, de leur côté, sont moins tendus et moins agressifs depuis la signature de l'accord nucléaire avec les 5+1. Les Saoudiens sont complètement irrationnels quand il s'agit de l'Iran. Mais la peur a tendance à accélérer l'avènement de ce dont on a peur », analyse le diplomate.


(Lire aussi : De l'exécution de Nimr en Arabie saoudite... à la paralysie présidentielle au Liban)

 

Rohani grand perdant
La réaction de Téhéran à l'exécution du dignitaire chiite ne s'est pas fait attendre. L'ayatollah Ali Khamenei a affirmé que les dirigeants saoudiens devraient s'attendre à une vengeance « divine ». Des manifestations ont ensuite éclaté en Iran, où l'ambassade d'Arabie saoudite a été attaquée, en Arabie, au Yémen, au Liban, à Bahreïn, en Irak, au Pakistan, au Cachemire indien, donnant une réelle dimension politique, au moins pour un temps, à la notion controversée de croissant chiite. L'exécution de l'opposant politique chiite fait le jeu de Téhéran en ce qu'elle accrédite sa position de défenseur des minorités chiites dans tout le Moyen-Orient. « La réaction iranienne est excessive. Les Iraniens ont pleinement intériorisé le fait qu'ils sont les protecteurs des minorités chiites dans le monde arabe. Tout ce qui est de nature à opprimer ces minorités est devenu une affaire de sécurité nationale », explique le diplomate.
Le président iranien Hassan Rohani s'est quant à lui montré beaucoup plus mesuré à l'égard de Riyad. S'il a condamné l'exécution de Nimr Baqer el-Nimr, il a jugé hier « totalement injustifiables » les attaques menées samedi soir contre l'ambassade d'Arabie saoudite à Téhéran. À moins de deux mois des élections législatives iraniennes, M. Rohani, chef du clan des modérés, pourrait être le grand perdant d'une exacerbation de la crise entre Riyad et Téhéran.


(Lire aussi : L'Arabie saoudite rompt ses relations diplomatiques avec l'Iran)

 

Exacerbation des crises
La tension est encore montée d'un cran hier soir, puisque Riyad a annoncé la rupture de ses relations diplomatiques avec Téhéran. « Il n'y aura sans doute pas de réactions militaires de la part de Téhéran, mais des risques d'exacerbation des crises au Liban, à Bahreïn et en Irak. Il risque d'y avoir un raidissement de la part du Hezbollah », estime-t-il. Déjà en pleine guerre par procuration en Syrie et au Yémen, Riyad et Téhéran pourraient être tentés de poursuivre leur affrontement sur d'autres théâtres afin de conquérir l'hégémonie régionale, qui se traduit par le monopole de la légitimité politique et religieuse. La crise entre les deux théocraties du Golfe risque également de compromettre toute chance de résolution des conflits en Syrie et au Yémen. « En Syrie, le processus est en panne. Au Yémen, on cherche à sauver la face de chacune des parties. On est loin de compromis politiques », confie le diplomate.
La division sunnites-chiites n'est certes pas le seul facteur d'instabilité dans la région. Mais la politique menée actuellement par Riyad et par Téhéran contribue à en faire la principale source de tensions dans tout le Moyen-Orient. Au grand bonheur de l'État islamique, qui instrumentalise les contradictions de ce conflit et se glisse dans chacune de ses failles.

 

Lire aussi
Nasrallah : Le sang du cheikh Nimr poursuivra les Saoud dans ce monde et dans l'au-delà

Hariri accuse le Hezbollah de s'en prendre aux souverainetés des pays arabes


Pour mémoire
Droits de l'homme : la voie saoudienne, l’édito d'Emilie Sueur

La famille du jeune Saoudien Ali al-Nimr craint une exécution imminente

 

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Chammas frederico

Politique et Islam...un duo désaccordé, générateur potentiel de conflits et guerre?
A quand le dépouillement de l'Islam Sainte Religion, des oripeaux de la Politique?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C'EST UN COMBAT CHIITO/SUNNITE SUR LES ARÈNES ARABES INITIÉS PAR LES PERSES ET LEURS ACCESSOIRES ET SUIVIS PAR LES ARABES ET LEURS ACCESSOIRES...

M.V.

La bonne nouvelle ...! dans cette situation de schisme anxiogène, c'est qu'ils ne peuvent pas se battre à coups d'atomes divins....

ON DIT QUOI ?

Comme dab un article ou on hurle avec les loups.

L'Iran NPR, soutient bien le Hamas sunnite et les talibans afghans sunnites et on le dit pas pourtant.

Juste bon à enflammer labrutocratie des défenseurs de la thèse du conflit chiite sunnite pour faire des amalgames où on mettra tous les régimes aussi bien alliés de l'occident ou contre cet occicon dans le même sac, alors qu'en fait les gros contrats d'armées ne se signent qu'avec les enfants de saoud et pas avec l'Iran NPR ! Parce que l'Iran fabrique ses propres armes balistiques et ça ne plaît pas à ses sponsors sio/occicon.

D'où le rôle qui avait été dévolu à saddam à été remis aux enfants de saoud.

Seulement comme toute ressemblance ne sera que fortuite on sait comment saddam à fini après avoir pendu un dignitaire chiite.
Le père de Moqtada SADR.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CHACUNE DES DEUX FACES DE LA MÊME MONNAIE NE PEUT PAS VOIR L'AUTRE... POURTANT ILS SONT UNE MÊME MONNAIE !!!

Halim Abou Chacra

"Les deux théocraties du Golfe", dîtes-vous, M Samrani ? Les deux diablicraties du Golfe, plutôt. Le Daech sunnite qui a réussi et le Daech chiite qui a réussi, dirait le prestigieux écrivain Kamel Daoud. Les deux régimes les plus obscurantistes et les plus rétrogrades, qui nuisent à l'islam d'une manière incommensurable, le présentant au monde comme la religion de la haine, de l'injustice, de la négation des valeurs de la vie humaine et des droits de l'homme. Quatorze siècles de conflits, de divisions, de guerres, de massacres, d'hécatombes sunnites-chiites ne suffisent pas à ces deux régimes arriérés. Ils sont en fait la honte de l'islam. Leur rivalité obsessive, maladive, vile, finit par aboutir à la destruction de la Syrie par la tyrannie exécrable de ce pays, la destruction de l'Irak, la destruction du Yémen et la désintégration du Liban par le biais de leurs petits laquais stupides. "Dans quelles arènes vont-ils désormais se battre" ? Le meilleur pour l'islam et pour le Moyen-Orient, que leurs guerres par procuration ont transformés en théâtre des monstruosités et des barbaries des Daech, est que ces deux diablocraties aillent se battre en enfer.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La déception de Berry et le retour du clivage entre 14 et 8 Mars

Billet de Anthony SAMRANI

Silence, on tue !

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants