Rechercher
Rechercher

Partenariat

Les archives culturelles en voie d’être sauvées ?

La collection d'enregistrements et de films du ministère de la Culture sera restaurée et digitalisée en collaboration avec les universités de l'Usek et de la NDU. Rony Araiji s'explique pour « L'Orient-Le Jour ».

Les archives de Studio Baalback, sauvées de la destruction par Umam DR, sont désormais en possession du ministère de la Culture.

Le ministre de la Culture Rony Araiji a récemment signé, à la Direction générale des antiquités, deux accords de coopération avec Notre Dame University et l'Université Saint-Esprit de Kaslik, dont le but est de numériser les enregistrements vocaux et cinématographiques de la collection du ministère.

«Les deux accords sont similaires, mais de matière différente», précise Rony Araiji à L'Orient-Le Jour. «Le ministère est propriétaire d'une collection d'enregistrements de chansons et d'interviews, ainsi que de films et de petits documentaires réalisés depuis très longtemps et dont le format n'est plus utilisable aujourd'hui», ajoute-t-il en déplorant le fait que cette collection était, jusqu'aujourd'hui, très mal conservée, dans des conditions d'insalubrité totale. «Cela fait mal au cœur de voir une partie de notre patrimoine culturel délaissée ainsi», avoue le ministre qui, lors de ses visites dans les universités du pays, avait remarqué les ateliers de restauration dont certaines étaient dotées. Il a ainsi contacté Notre Dame University et l'Université Saint-Esprit de Kaslik. «Très coopératifs, les présidents respectifs de ces deux institutions ont accepté de se charger de cette mission à titre de donation pour le ministère.»

À la collection du ministère, s'ajoute le fameux fonds de Studio Baalback, qui avait été sauvé de la destruction par Umam DR. «La Banque du Liban et Intra Holding (les propriétaires de cette collection) ont ainsi confié leurs archives au ministère qui se charge de les restaurer. Nous avons également obtenu le droit de poursuivre des individus en justice s'ils sont en possession illégale d'une partie de la collection.»
La restauration, la numérisation et l'archivage des
données vocales se feront à l'Usek. Le matériel filmique sera envoyé à la NDU.
En faisant appel au secteur privé, le ministre Araiji assure contourner les problèmes de budget et le manque de ressources humaines tout en créant une compétition positive.

Les archives Dunand
«Dans ce registre, nous sommes actuellement en négociation avec la Lebanese American University pour archiver et digitaliser les archives du fonds Dunand.» Rappelons que les archives de Maurice Dunand (1898-1987), célèbre archéologue français qui, de 1926 au milieu des années 1970, a dirigé les fouilles de Byblos, étaient en possession de l'Université de Genève. Le Liban a obtenu le droit de restitution à condition de les restaurer et de les numériser.
Ces archives contiennent des plans de Byblos, des croquis de synthèse, des milliers de dessins et photographies inédits, ainsi que 25 000 fiches originales et uniques de description d'objets issus des fouilles.

Pour conclure, Rony Araiji souligne l'importance «de sauvegarder le patrimoine culturel national, témoin d'une ère importante de l'histoire du Liban et de la société libanaise», insistant sur l'urgence «de donner aux chercheurs la capacité d'effectuer des études artistiques, sociales et humanitaires ainsi que cinématographiques et musicologiques».
Affaires à suivre, donc.

 

Pour mémoire
La collection d'art moderne du ministère de la Culture enfin accessible au public

Le Musée national de Beyrouth, en poche !


Le ministre de la Culture Rony Araiji a récemment signé, à la Direction générale des antiquités, deux accords de coopération avec Notre Dame University et l'Université Saint-Esprit de Kaslik, dont le but est de numériser les enregistrements vocaux et cinématographiques de la collection du ministère.

«Les deux accords sont similaires, mais de matière différente»,...

commentaires (1)

Les archives de Studio Baalback ainsi que celles de Tele-Liban et Radio Liban ont ete pillees et vendues depuis bien longtemps. On connait les coupables, mais aucune loi ne peut les atteindre, puisqu'elles n'existent pas.

Gerard Avedissian

11 h 16, le 22 décembre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Les archives de Studio Baalback ainsi que celles de Tele-Liban et Radio Liban ont ete pillees et vendues depuis bien longtemps. On connait les coupables, mais aucune loi ne peut les atteindre, puisqu'elles n'existent pas.

    Gerard Avedissian

    11 h 16, le 22 décembre 2015