X

Liban

Présidentielle : le pari du déblocage pèse sur Bkerké

La situation
15/12/2015

Bien qu'amorti, le compromis autour de la présidentielle n'a pas été vain : il a réaffirmé, avec plus de force, l'impératif d'élire un nouveau chef de l'État, indépendamment de la personne du candidat en question, comme s'accordent à le constater des milieux politiques.
En plus d'épargner au pays les retombées sécuritaires directes des conflits régionaux en cours, le souci des diplomates plaidant pour la présidentielle serait de protéger le Liban des possibles violences de groupes radicaux ou terroristes, en réaction aux solutions politiques en vue, notamment en Syrie, expliquent des sources diplomatiques à L'Orient-Le Jour.


C'est cette considération qui aurait défini les « caractéristiques » du futur chef de l'État : « La connaissance des affaires régionales et la capacité de faire face au terrorisme », selon ces sources.
Répondant à ce profil, la candidature du député Sleiman Frangié, issu du 8 Mars, avait en théorie l'avantage supplémentaire de rassurer l'axe irano-syrien, et de briser plus aisément le blocage de la présidentielle par le tandem Hezbollah-Courant patriotique libre (CPL). Ce double pari a révélé ses limites devant la décision officielle du Hezbollah, et avec lui du 8 Mars, de ne pas renoncer pour l'heure à la candidature du général Michel Aoun. L'équation « soit Michel Aoun, soit le vide » demeure.


Mais elle est désormais contrebalancée par une autre : soit Sleiman Frangié, soit un candidat de consensus. Cette équation est défendue par Bkerké, qui serait déterminé à mener jusqu'au bout son forcing pour le déblocage de la présidentielle. L'appel pressant du patriarche aux quatre pôles chrétiens de se réunir pour s'entendre sur le moyen de ce déblocage (c'est-à-dire sur un candidat de consensus) est renforcé par le fait que les quatre leaders ont déjà eu leur chance, et se sont vus opposés respectivement des veto chrétiens à leur candidature.
Quoi que s'abstenant, pour l'heure, de répondre à l'appel du patriarche, les parties chrétiennes du 14 Mars plaident d'ores et déjà pour un candidat consensuel, à travers les réserves qu'ils opposent au compromis autour de la candidature de Sleiman Frangié.
« Nous préconisons une entente sur un projet commun, sur la base duquel nous débattrons de la personne la plus à même d'incarner ce projet », a ainsi déclaré hier le député Georges Adwan, lors d'un entretien télévisé. C'est dans cet esprit que le chef des Kataëb, Samy Gemayel, avait réaffirmé « notre attachement à la Constitution et à nos principes, que nul ne peut nous contraindre à abandonner ».


En exigeant des précisions sur le contour du compromis proposé, notamment sur les lignes directrices de la politique de Sleiman Frangié, les parties chrétiennes du 14 Mars renvoient un double message : celui d'une ouverture, dans la forme, à la perspective de déblocage – c'est ce point positif que retiennent les milieux du Futur au sujet de la position des Forces libanaises (FL), à l'heure où Saad Hariri entendrait réajuster ses rapports avec les FL et réaffirmer la cohésion du 14 Mars ; et celui d'exiger d'un candidat de consensus de prendre position sur la guerre en Syrie et sur les armes du Hezbollah. Or lorsque l'on sait que l'esprit du compromis proposé est de garder en suspens les dossiers litigieux, les réserves que lui opposent les parties chrétiennes trahissent des divergences fondamentales, entre les différentes parties nationales, sur la conception même du compromis.
S'alignant sur une précédente déclaration du député Walid Joumblatt, le ministre Akram Chehayeb a fait assumer hier aux parties chrétiennes et au Hezbollah la responsabilité de « la mise en échec d'une initiative positive ». S'exprimant à l'ouverture d'une conférence sur la gestion de l'eau à l'hôtel Mövenpick, le ministre de l'Agriculture a déclaré : « Nous avons cru dans le compromis, mais ceux qui bafouent les chances se sont entendus sur la mise en échec de cette initiative. »


L'état des lieux est le suivant : d'une part, des parties du 14 Mars craignent un président dont l'appartenance politique est radicalement opposée à leurs principes nationaux ; de l'autre, le 8 Mars affirme que le temps n'est pas opportun pour élire un président. D'ailleurs, le discours du CPL n'a pas changé : « Nous ne cherchons pas d'alternatives, mais appelons à un retour à la volonté populaire et au respect du partenariat national », a ainsi affirmé l'ancien ministre Gaby Layoun à l'agence al-Markaziya.
En théorie, le défi de Bkerké sera donc, d'une part, de décrocher une entente chrétienne sur un candidat non engagé en faveur d'un axe et, de l'autre, de dénoncer nommément ceux qui, parmi les pôles chrétiens, sont responsables du blocage de la présidentielle. Selon une source informée, le patriarcat envisagerait de réunir des députés chrétiens afin de contrecarrer le refus des pôles chrétiens de se réunir pour apporter une solution à la présidentielle.
Mais le fait que certains milieux du Futur, favorables au compromis autour de Sleiman Frangié, continuent d'affirmer qu'il est « maintenu, même s'il se heurte à des difficultés », incite à penser que Bkerké continue d'œuvrer, pour l'heure, en faveur du député zghortiote.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Jean-Luc HEDDE

Bonsoir,

Né au Liban de parents français, je me mêle sans doute de ce qui ne me regarde pas, mais considérant le parcours des précédents chefs de l'Etat de la République Libanaise et la haute considération de la population pour un ancien général à la retraite, supposant que celui-ci est chrétien maronite puisque gendre du sulfureux général Aoun, je vous suggère d'envisager de proposer la candidature du général Chamel Roukoz.

Avec mes cordiales salutations

Jean-Luc Hedde

LIBAN D'ABORD

Solution
un President pour 2 ans seulement
une nouvelle loi electorale
vote d'un nouveau President a la majorite des presents . Sinon que le meilleur gagne

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Alors que c'était son grand-père qui était président en 75-76 !

Gebran Eid

LE PATRIARCHE QUI CHANGE SA VESTE TOUTES LES MINUTES. ON N'A JAMAIS COMPRIS CE QU'IL VEUT. IL SUIT LE VENT À L'AVEUGLETTE. IL AURAIT DU DESCENDRE DANS LA RUE DEPUIS QUE LES "DÉPUTÉS" FANTOCHES ONT REFUSÉS D'Y ALLER VOTER POUR CRAINDRE L'ÉLECTION ASSURÉE DE GEAGEA. C'EST LÀ QU'IL FALLAIT CRIER ET DESCENDRE DANS LA RUE. MAINTENANT IL NOUS PROPOSE SLEIMAN 2 COMME SI ON SAVAIT PAS QUI EST CETTE PERSONNE. C'EST INCROYABLE ! MÊME UN AGENT ANTI PAYS N'OSERAIT PAS NOUS PROPOSER UN TEL PRÉSIDENTIABLE. C'EST FOU CE QU'ON VOIT.

Halim Abou Chacra

"Le patriarche maronite usera-t-il de son pouvoir moral pour mettre fin au blocage présidentiel", dit la légende de l'une des deux photos au sommet de l'article. Durant 18 mois "le pouvoir moral du patriarche maronite" n'a rien pu faire avec les bloqueurs de la présidentielle et leur entêtement. Et le dicton populaire libanais dit : s'il allait pleuvoir on aurait eu des nuages. لو بدها تشتى غيمت

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUT DÉPEND DU GÉNÉRALISSIME PARAVENTISSIME QUI REçOIT SES ORDRES DES PERC(S)ÉES RÉGIONALE ET LOCALE... ET QUI CAUSE ÉNORMÉMENT DU TORT À TOUS LES CHRÉTIENS LIBANAIS... ET NON SEULEMENT... MAIS À TOUS LES LIBANAIS... ET MÈNE LE PAYS DE CATASTROPHE EN CATASTROPHE !

Henrik Yowakim

C'est cette considération qui aurait défini les « caractéristiques » du futur chef de l'État : « La connaissance des affaires régionales et la capacité de faire face au terrorisme

REJOUYISSEZ VOUS LIBANAIS .ZORRO EST EN ENFIN ARRIVEE :SOLIMAN LE MINIFIQUE SERAIT DONC CE GRAND CONNAISSEUR DES AFFAIRES REGIONALES,CET EXPERT PATENTEE EN GEOSTRATEGIE/GEOPOLITIQUE ET CE FIN SPECIALISTE DE LA LUTTE ANTITERRORISTE

APRES KE GRAND GUIGNOL DE LAHOUSS ET LA FARCE DE SOLIMAN LE AMCHITIQUE LE LIBAN AURA SON PAIN FRANGI DES AFFRES POLITIQUES

Henrik Yowakim

le souci des diplomates plaidant pour la présidentielle serait de protéger le Liban des possibles violences de groupes radicaux ou terroristes

ASSEZ D'ILLOGISMWES ET DE PHARISAISMNE DE LA PART DES 'DIPLOMATES' DEVENUS HUMANISTES ET LIBANOPHILES

LOIN DE PROTEGER LE LIBAN , L'ELECTION A LA TETE DE L'ETAT D'UN CONDIDAT DU 8 MARS DONC APPARTENANT AN L'AXE SYRO/IRANIEN NE FERAIT QUE STIMULER LA RAGE ET LA HAINE DES GROUPES RADICAUX OU TERRORISTES PAR DEFINITION ENNEMIS JUREES DE CET AXE INFERNAL.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le commandant en chef de l’armée et l’agenda politique

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants