X

Liban

Salam promet de faire face avec fermeté et dureté aux agressions et aux atteintes contre les biens

Réactions
OLJ
10/10/2015

Le Premier ministre Tammam Salam a exprimé hier « la volonté de l'État de faire face avec fermeté, et de la manière la plus dure autorisée par la loi, aux violations de la loi, aux agressions contre les forces légales et aux atteintes contre les biens publics et privés ».
M. Salam a assuré hier un suivi avec le ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, ainsi qu'avec les responsables sécuritaires, de la situation à Beyrouth au lendemain des affrontements entre les Forces de sécurité intérieure (FSI) et les manifestants du mouvement civil dans le centre-ville.
Il a également reçu le procureur général près la Cour de cassation, Samir Hammoud, dont il a pris connaissance des derniers résultats de l'enquête sur les actes de vandalisme survenus jeudi.
Tammam Salam a donné ses directives « pour que les forces de l'ordre continuent de faire preuve de sagesse dans leur comportement avec les manifestants et veillent à préserver leur droit à s'exprimer librement par les moyens pacifiques ». Il les a également appelées à « faire preuve de fermeté dans l'application de la loi contre tous ceux dont l'implication dans l'agression contre les forces de l'ordre ou dans des actes de vandalisme serait prouvée ».
Dans une déclaration, le Premier ministre a déploré la tournure prise par la manifestation de jeudi. « Il est clair que certaines parties tentent de faire dévier le mouvement civil de sa trajectoire et de l'exploiter à des fins qui ne servent pas l'intérêt général des Libanais, ni les objectifs pour lesquels le mouvement populaire est né il y a près de deux mois », a-t-il affirmé.
« Dès les premiers instants, nous avons dit que ce mouvement exprimait la souffrance des Libanais et une juste colère de la rue, et que la Constitution garantit le droit à la manifestation. Ce dont nous avons été témoins, cependant, comme actes de vandalisme lors de la dernière manifestation, est sorti du cadre de l'expression pacifique de l'opinion et s'est transformé en actes démagogiques qui suscitent beaucoup de questions concernant l'objectif derrière le fait de répandre un chaos itinérant dans le pays », a-t-il poursuivi.
« Nous appelons nos fils qui font partie de ce mouvement populaire, et qui sont dotés de bonnes intentions et mus par des motifs nationaux purs, de préserver l'ordre général et de ne pas se laisser entraîner sur la voie de la déprédation gratuite, qui porte atteinte au pays et dessert le mouvement civil », a noté M. Salam.
M. Salam ainsi que le ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, ont par ailleurs reçu une délégation de familles de Beyrouth qui leur a exprimé leur soutien, déplorant les actes de vandalisme perpétrés contre le centre-ville jeudi.

Hamadé
Plusieurs voix se sont par ailleurs élevées pour déplorer la dérive du mouvement de protestation, jeudi.
Parmi ces voix, celle du député Marwan Hamadé, qui a affirmé, à l'issue d'un entretien avec l'ancien président de la République, hier, à Yarzé : « J'étais aujourd'hui (hier) devant l'immeuble d'an-Nahar et l'hôtel Le Gray. Je déplore fortement la profanation qui a eu lieu à la place des Martyrs, dont une partie sous les portraits des martyrs Gebran Tuéni et Pierre Gemayel ». « Aucun mouvement ne devrait se transformer en dynamique de vandalisme. Il est nécessaire de purifier les rangs pour préserver les objectifs nobles que réclamaient ceux qui étaient à l'origine de ce mouvement », a-t-il noté.
« Je souhaite rappeler que nous avons fait face à des manifestations continues de la part du Hezbollah durant un an et demi. J'étais encerclé au Grand Sérail. Auparavant, nous avons organisé une manifestation d'un million de personnes, le 14 mars 2005, à la place des Martyrs. Cette place et celle de Riad el-Solh sont restées protégées. Le peuple libanais doit préserver ses symboles, sa capitale, sa réputation et son image », a ajouté Marwan Hamadé.
Le député du Rassemblement démocratique a ensuite appuyé les efforts déployés par le ministre Akram Chehayeb pour régler la crise des ordures ménagères, félicitant le ministre de l'Intérieur et le directeur des FSI par intérim d'avoir tenu bon jeudi soir face aux actes de vandalisme. « Une telle bataille, si elle avait eu lieu en France ou aux États-Unis, aurait fait des tués. Heureusement que tout s'est bien terminé. Toute attaque contre le général Basbous est déplacée. Il tient bon, avec les FSI, depuis trois mois et absorbe tout ce dont il est victime, alors qu'il protège les institutions, ainsi que les biens privés et publics », a-t-il ajouté.

Hennaoui et Majdalani
De son côté, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Abdel Mouttaleb Hennaoui, a appelé le mouvement « à ne pas transformer sa lutte en bataille entre deux camps pauvres, en l'occurrence les forces de l'ordre et la dynamique de contestation, à préserver le caractère pacifique des rassemblements et à ne pas permettre aux fauteurs de troubles de les gâcher ».
Le député Atef Majdalani a lui aussi déploré, dans un entretien à la Future TV, que « ce mouvement soit détourné de sa trajectoire réelle honorable, en l'occurrence la manifestation pacifique en faveur de revendications justes, et se transforme en actes de vandalisme ». M. Majdalani a félicité les forces de l'ordre pour leur patience et salué le ministre de l'Intérieur, « qui a veillé à ce que les lignes rouges ne soient pas franchies ».
« Les places sont pour tout le monde, mais il y a des fauteurs de troubles, et cela était visible hier. S'ils arrivent à la place des Martyrs, se contenteront-ils d'effectuer un sit-in ou tenteront-ils de briser les portes du Parlement pour l'occuper ? Que se produira-t-il alors ? Les forces de l'ordre ont porté le fardeau et absorbé tous les actes de violence. Certains responsables du mouvement sont incapables de le gérer ou de se débarrasser des vandales dont le nombre augmente d'une manifestation à l'autre », a-t-il ajouté.

Souhaid et le PNL
Le coordinateur général du 14 Mars, l'ancien député Farès Souhaid, a pour sa part appelé le Premier ministre Tammam Salam à tenir une conférence de presse pour clarifier les derniers développements concernant le mouvement civil et la crise des déchets. Dans un entretien à l'agence al-Markaziya, M. Souhaid a condamné les actes de vandalisme commis par certains éléments infiltrés, estimant que le Premier ministre doit demander aux ministres de l'Agriculture, de l'Environnement et de l'Intérieur à tenir l'opinion publique au courant de la progression du dossier des déchets. « Lors des discussions sur le sujet, il faut dévoiler ceux qui font de l'obstruction et appeler les choses par leurs noms », a souligné M. Souhaid.
« Les limites du chaos dans la rue sont déterminées par le Hezbollah, qui est le chef d'orchestre. C'est lui qui décide quand, comment et pourquoi, et dans l'intérêt de qui l'État doit s'effondrer au Liban », a-t-il ajouté.
Quant au Parti national libéral, il a estimé au cours de sa réunion hebdomadaire hier que « les actes de vandalisme qui ont accompagné la manifestation n'ont absolument rien à voir avec l'expression démocratique garantie par la Constitution ».
« Ce qui est requis, c'est de combattre ce phénomène violent, en empêchant les fauteurs de troubles d'agir, afin de préserver le prestige de l'État, incarné par le respect des forces de l'ordre qui remplissent leurs devoirs, notamment celui de protéger les manifestants eux-mêmes », a indiqué le PNL.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

MERCI MR HAMADE D'AVOIR RAPELER AU MONDE CE QU'EST ETRE UNE SOCIETE CIVILE ... QUAND ON PRATIQUE LA DESOBEISSANCE CIVILE ALORS C'EST CONDAMNABLE PAR LA LOIE ET IL FAUT Y SOUMETTRE TOUT LE MONDE et

merci au 14 marsiste car NOUS AVONS L'EXPERIENCE DE LA RUE AU TEMPS LES PLUS EFFEMERES QUE LE LIBAN AIT JAMAIS CONNU SOUR L'OCCUPATION SYRIENNE

MAINTENAN TU PEUX SAVOIR APRES 24H OU SONT PASSER VOS ENFANTS ... MAIS AVANT LES MANIFESTANTS ETAIENT KIDNAPPER ET ENVOYER EN SYRIE POUR PLUSIEURS SEMAINES ET DESFOIS ILS REVENAIENT AVEC UN PB MENTALE ..

CA NOUS NE L'OUBLIERONS JAMAIS, NOUS PARDONNONS MAIS N'OUBLIERONS JAMAIS COMME ON FAIT LES AOUNISTE !!!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES MANIFESTATIONS DERAPENT... CAR LES QUELQUES CITOYENS DE BONNE FOI... SI IL Y EN A PARMI... SONT SUBMERGES PAR LES PARTISANS INFILTRES ET MANIPULES POUR LE COMPTE DES MANIPULATEURS QUI VEULENT GARDER LE PAYS OTAGE DE L,INSECURITE ET DU CHAOS !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Marwan Hamadé : Je déplore fortement la profanation qui a eu lieu à la place des Martyrs. Aucun mouvement ne devrait se transformer en dynamique de vandalisme. Il est nécessaire de purifier! (ethniquement? ou genre ex-système sécuritaire, äâïynéh ?) les rangs pour préserver les objectifs nobles que réclamaient ceux (ils les connait si bien ? Ce sont des amis à lui,) qui étaient à l'origine de ce mouvement. Je souhaite rappeler que nous avons organisé une manifestation d'un million de personnes à la place des Martyrs. Cette place est restée protégée. Le Libanais(h) doit préserver ses symboles, sa capitale, sa réputation et son image." ! Il est devenu ou trop lisse ou carrément dépassé.... ou plutôt les deux !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Yâ salâm chî tamâm a exprimé la volonté de faire face avec fermeté, et de la manière la plus dure autorisée par la loi, aux violations de la loi, aux agressions contre les forces légales et aux atteintes contre les biens publics et privés. Il a donné ses directives pour que les forces de l'ordre fassent preuve de fermeté dans l'application de la loi contre ceux dont l'implication dans l'agression contre les forces de l'ordre ou dans des actes de vandalisme serait prouvée.". Quel zèle ! Si au moins il l'appliquait, ce tant de zèle, aux Chemises Noires Chiffonnées à Dâhïyéh, à Laboûéh, à Saksakïyéh ou à Nabbattïyéh, yâ hassértéééh ce Baïyroûtéh Sénnéh des beaux quartiers de M'ssaïyétbéh !

Kaldany Antoine

Le coordinateur du 14 Mars a encore rate une occasion de se taire...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Hariri et Bassil, l’entente vacille, mais ne tombe pas

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué