Liban

Sanctions contre Merhi Bou Merhi, accusé de financer le Hezbollah

États-Unis
OLJ
03/10/2015

Le département américain du Trésor a gelé hier les avoirs de l'homme d'affaires Merhi Bou Merhi, dirigeant de plusieurs sociétés commerciales regroupées en holding et présentes au Liban, en Jordanie, au Nigeria et en Allemagne.
L'homme a été accusé de faciliter le trafic de drogue et le blanchiment d'argent, au profit du Hezbollah, en raison de ses liens d'affaires avec le Libano-Colombien Aymane Saïd Jomaa, bien connu du Trésor américain pour ses opérations de blanchiment et sa sympathie pour le parti chiite.
Cinq autres noms de la famille ou du groupe sont touchés par cette mesure : Wajdi Youssef Nasr, Ahmad Bizri, Atef et Hana Merhi Bou Merhi et Houeyda Nassereddine.
Le groupe Bou Merhi, qui gère des compagnies de fret maritime, de navigation de plaisance, des agences de voyages, des stations d'essence (Qeens), des sociétés immobilières et des grandes surfaces, notamment à Saïda, a été mis sur la liste noire pour ses liens d'affaires avec Aymane Jomaa et son associé Hassan Ayache.
Le nom d'Aymane Jomaa avait déjà éveillé des soupçons du Trésor américain à l'encontre de la Banque libano-canadienne, en 2011, qui avait été accusée de blanchiment.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué