X

Économie

Speed accélère sa première promotion de start-up

Liban - Économie numérique
S. R. | OLJ
30/09/2015

Speed, l'unique accélérateur de start-up technologiques au Liban, s'est réuni hier soir pour fêter le démarrage, la semaine dernière, de sa première promotion de jeunes entrepreneurs. Lancé opérationnellement le 29 juillet dernier après quelques mois de flottement, Speed est soutenu par les fonds d'investissements Berytech Fund II et Middle East Venture Partners (MEVP), les programmes de soutien IM Capital et Bader, et le réseau « Lebanon for Entrepreneurs ». Mission affichée : stimuler l'écosystème libanais en investissant dans des start-up à fort potentiel, à travers un programme quinquennal de deux cycles d'accélération de trois mois par an.

Sans toutefois donner de chiffres exacts, Speed s'enorgueillit d'un nombre élevé de candidatures reçues. Sept projets, tous spécialisés dans l'économie numérique, ont été sélectionnés, composés de deux à trois personnes en moyenne. Initialement, l'accélérateur devait accueillir dix start-up, mais difficile de trouver des entrepreneurs qualifiés en informatique prêts à dédier trois mois à l'accélérateur. Du coup, ce dernier a dû prendre les devants : « On a été approché il y a deux semaines lors d'une cérémonie de remise de prix que nous avons gagné », explique Mohammad Nabaa, qui a cofondé une start-up dédiée au covoiturage intelligent entre étudiants.

En règle générale, la sélection repose essentiellement sur deux critères. D'abord, être basé au Liban tout en ayant un fort potentiel de développement international. « Nous voulons d'abord nous lancer à Dubaï, puis Beyrouth », explique Ahmad Wehbé, dont la start-up Rafiqi permet aux utilisateurs de se retrouver pour des activités sociales via une application mobile. Ensuite, avoir au moins un membre de l'équipe doté d'une solide formation technique. De fait, les entrepreneurs sont en majorité de jeunes ingénieurs en informatique. « J'espère vraiment que ce programme me permettra de développer des connaissances en affaires », souligne Rida Sadek, fondateur de Rational Pixels, une société d'optimisation numérique de placements de produits dans l'audiovisuel.

Speed assure que le programme s'adaptera aux besoins de chacun, avec plusieurs ateliers dans les domaines financier, juridique ou publicitaire. Une cinquantaine de mentors ont été sélectionnés, de grandes entreprises internationales telles que Facebook, Skype ou Microsoft, qui interviendront en personne ou à distance si basées à l'étranger. Cerise sur le gâteau : les deux meilleures start-up bénéficieront d'un suivi postprogramme avec un séjour dans la Silicon Valley dont les coûts seront couverts par Speed. « C'est la crème de la crème ! J'aimerais avoir un pied là-bas tout en étant basé à Beyrouth », confie Karim Mneimneh, qui a développé une application de géolocalisation pour que les enfants puissent alerter leurs parents sur leurs déplacements.

En sus des prestations de soutien entrepreneurial, Speed investit 30 000 dollars dans chaque start-up, contre 10 % de son capital, ce qui les valorise à 300 000 dollars. Le budget du programme se situe entre 5 et 6 millions de dollars, financé par Berytech Fund II, MEVP et IM capital. Les deux premiers sont soutenus par la Banque du Liban à hauteur de 75 % dans le cadre de sa circulaire 331 de 2013 qui permet aux banques commerciales d'investir dans une entreprise technologique, tandis que les fonds d'IM Capital proviennent de l'agence des États-Unis pour le développement international (USAid).

 

Lire aussi
Les programmes de microcrédit innovent pour les créateurs de start-up au Liban

Les start-up, principal moteur de la création d'emplois

 

Pour mémoire
Leap Ventures, un nouveau fonds de 71 millions de dollars pour les sociétés technologiques

Berytech Fund II : plus de 50 millions de dollars pour les start-up technologiques

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.