X

À La Une

Place Riad Solh, le "mur de la honte" n'aura duré que 24 heures

#LaRépubliquePoubelle
N.B. | OLJ
25/08/2015

C'est sous les applaudissements des personnes présentes mardi place Riad Solh que les blocs de béton formant un rempart en face du Grand Sérail ont été retirés. Ce rempart, baptisé "mur de la honte" sur les réseaux sociaux, n'aura tenu qu'une journée. Il avait rapidement été couvert de messages et de graffitis.

Sur les réseaux sociaux, le mot-clé #جدار_العار (mur de la honte) a été créé par les internautes qui ont partagé leurs photos et leurs avis.

Félicitations pour le retrait du mur de la honte qui sépare les bourgeois des pauvres mais il reste le véritable mur, celui qui est dressé entre le pouvoir et le peuple. En espérant qu'il soit bientôt retiré.

 

 

Selon la chaîne LBC, le montage du mur, qui aurait été ordonné par le ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, aurait coûté 30.000 dollars. Le sort des blocs est toujours inconnu.

 

Les forces de l'ordre avaient érigé ce mur lundi dans le but de protéger le siège gouvernemental d'éventuelles émeutes, suite à celles qui ont eu lieu durant le weekend. Dimanche, pour la deuxième journée consécutive, des Libanais s'étaient rendus par milliers dans le centre-ville de Beyrouth pour réclamer la démission du gouvernement qui jusque-là a échoué à trouver une solution à la crise des déchets. Mais la manifestation avait fini par dégénérer. Des agitateurs ont lancé des cocktails Molotov sur les forces de l'ordre présentes sur la place Riad el-Solh et ces derniers ont riposté à coup de jets d'eau et de bombes fumigènes et lacrymogènes.

Mardi, lors de la séance extraordinaire du Conseil des ministres, le Premier ministre Tammam Salam a finalement donné des directives afin que les blocs de bétons soient retirés. Le gouvernement a également décidé d'annuler les appels d'offres pour la gestion des déchets. Une décision qui a été favorablement accueillie par des militants écologistes et d'autre citoyens observant un sit-in place Riad Solh.

Le ministre de l'Intérieur Nohad Machnouk a par ailleurs donné ses instructions pour laisser les manifestants de la société civile poursuivre leur mouvement partout au Liban tant que ce mouvement reste pacifique et respectueux de la loi.

 

Lire aussi
They have a dream, l'édito de Ziyad Makhoul

Transformé en forteresse, le centre-ville de Beyrouth émerge lentement, le reportage d'Anne-Marie el-Hage

Le spectre de la Constituante derrière l'escalade de la tension à Beyrouth, l’éclairage de Philippe Abi-Akl

 

Pour mémoire
À Roumieh, le tri des déchets n'est plus une option, mais une obligation

Des habitants de Raboué se plaignent d'une « décharge improvisée »

Le Kesrouan face à la crise : mesures « exceptionnelles » et désaccords

À Zouk Mosbeh, une installation de tri éphémère pour donner l'exemple

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà du ton violent, Nasrallah et Hariri maintiennent entrouverte la porte des négociations...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué