X

Liban

À Roumieh, le tri des déchets n’est plus une option, mais une obligation

Initiative

Avec la crise, le chef de la municipalité de Roumieh a mis en place tout un système de tri. Résultat : plus de bennes ni d'ordures dans les rues de la bourgade.

Nour BRAIDY | OLJ
18/08/2015

Dans les ruelles de Roumieh, entre les maisons de pierre à la toiture rouge, pas de tas d'ordures. Pas de bennes à ordures non plus. Situation pour le moins insolite, alors que de nombreux villages et villes du Liban sont jonchés d'ordures depuis la fermeture du dépotoir de Naamé, le 17 juillet dernier, qui a plongé le Liban dans une énième crise des déchets.
Si les rues de cette localité de 3 000 habitants au nord de Beyrouth sont propres, c'est que la municipalité a décidé de prendre les choses en main, en imposant à ses administrés de trier leurs déchets.
Cette mesure a été mise en place dès le début de la crise par le président du conseil municipal de Roumieh, Louis Abi Habib, qui a fait notamment appel à l'expertise en matière de tri et de recyclage de l'association Terre-Liban (Lire ici).
Pour mener à bien son projet, il a commencé par faire retirer des rues les bennes vertes à ordures de Sukleen. « Cela faisait déjà longtemps que ces bennes me dérangeaient, les ordures qui en débordaient attiraient les chiens et les chats errants, sans parler des mauvaises odeurs... » explique M. Abi Habib à L'Orient-Le Jour.

 

(Infos pratiques : Qui contacter pour recycler les déchets triés)

 

Une grande poubelle et un sac jaune
Ensuite, la municipalité a mis en vente, à 3 500 LL au supermarché du village, des grandes poubelles que les habitants ont placées dans la cour de leur immeuble. Sont également vendus de grands sacs-poubelles jaunes à 500 LL l'unité, pour les déchets recyclables.
Aujourd'hui, « chacun est responsable de sa poubelle », déclare M. Abi Habib, qui préside la municipalité depuis 17 ans.
Pour que le tri entre dans les mœurs et les habitudes, la municipalité a multiplié les initiatives visant à expliquer la démarche et à sensibiliser la population. « Nous nous sommes réunis avec nos équipes de foot féminine et masculine, nous avons demandé l'aide des prêtres qui ont fait des sermons portant sur le respect de la nature et nous avons distribué des circulaires dans toutes les maisons », explique M. Abi Habib avec un bel enthousiasme. « La majorité des habitants ont été réceptifs, en fait il s'agissait seulement de changer leurs habitudes», affirme-t-il, ajoutant que la crise que traverse le Liban a eu un effet catalyseur : « Avec cette crise, les gens ont réalisé que des monceaux d'ordures pouvaient se retrouver juste devant chez eux. »
Désormais, chaque mercredi, des employés de la municipalité collectent les sacs jaunes remplis de déchets non organiques recyclables. Quatre fois par semaines, les employés ramassent les poubelles de déchets organiques. Chaque sac est ouvert et contrôlé.

 

 

Carton rouge
« Si une poubelle est mal triée, nous la laissons à ses propriétaires et nous leur demandons de trier à nouveau. Et comme au foot, nous pouvons aussi leur mettre un carton rouge sur lequel sont rappelées les règles du tri », note M. Abi Habib. Quant aux habitants qui refusent de coopérer, leurs déchets resteront devant leur porte. Aux grands maux, les grands remèdes...
« Même lorsque tous se mettront à trier, nous continuerons à surveiller », prévient le président de la municipalité, qui envisage de mettre en place un système d'amendes pour les mauvais trieurs.
Mais déjà aujourd'hui, le bilan de l'opération est positif, selon lui. « Chaque jour, le nombre de cas de problèmes de tri diminue, et la liste de ceux qui ne trient pas raccourcit », souligne M. Abi Habib.
« Le système est très simple, ce qui est recyclable va dans un sac jaune et le reste dans un sac de toute autre couleur, explique Rachid Antar, propriétaire d'une boulangerie. Nous avons mis un peu de temps à nous habituer, mais c'est une bonne chose et tout le monde devrait s'y mettre. »
Plusieurs habitants de Roumieh interrogés par L'Orient-Le Jour tiennent le même discours, saluant l'initiative de la municipalité. « C'est très simple et très positif pour l'environnement », affirme une dame au seuil de sa porte. « Il n'y a pas plus facile et tout le monde, progressivement, s'est mis à respecter les directives », renchérit Jihad Achkar, propriétaire d'une supérette. « Je suis satisfait de ma municipalité, mais pas de mon pays », poursuit-il, regrettant néanmoins que ce ne soit pas l'État qui s'occupe de « toute cette histoire de déchets au lieu de faire peser ce lourd fardeau sur les épaules de la municipalité ».
Cette initiative a, en effet, un coût pour la municipalité, qui doit employer, pour la gestion du tri, plus d'une douzaine d'employés, pour un total de 450 000 LL (300 USD) par jour. Elle exige aussi beaucoup de temps et d'investissement de la part de M. Abi Habib, mais pour cet ancien ingénieur rentré il y a une vingtaine d'années des États-Unis à Roumieh – sa « grande maison » –, lancer le tri était un devoir, un engagement.

 

(Lire aussi : « Il faut tout miser sur les municipalités », estime un activiste de Terre-Liban)

 

Où vont les ordures?
Après le ramassage, les déchets organiques sont répandus sur un terrain où ils sèchent pendant deux jours avant d'être recouverts d'une couche de sable. Les déchets non organiques sont retriés sur un autre terrain par des employés de la municipalité et des volontaires de l'association L'Écoute. Cette association, présidée par le père Jean-Marie Chami, se charge ensuite de vendre les déchets recyclables aux usines spécialisées. M. Abi Habib est toutefois conscient que, bientôt, l'association ne pourra pas, à elle seule, gérer les déchets recyclables de la bourgade. « Il faudra alors passer à une nouvelle étape et conclure un accord avec une société de recyclage », explique le chef de la municipalité.
Aux défis, nombreux, M. Abi Habib oppose sa détermination. « Nous allons continuer, ainsi nous réduirons le volume de déchets gérés par le gouvernement qui a déjà beaucoup payé à Sukleen. Je ne laisserai plus jamais Sukleen revenir et collecter les déchets », assure-t-il.

 

Lire aussi
Bou Faour met en garde contre « une grande catastrophe sanitaire »

Des habitants de Raboué se plaignent d'une « décharge improvisée »

Le Kesrouan face à la crise : mesures « exceptionnelles » et désaccords

À Zouk Mosbeh, une installation de tri éphémère pour donner l'exemple

 

 

Repères
Décharges et incinération : le décryptage de deux écologistes

Comment, en pleine crise, réduire le volume des ordures chez soi

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LIBAN D'ABORD

vous verrez que certains s'opposeront a cette initiative car elle ne ramene plus de l'argent aux divers interresses
pourquoi cela n a t il pas ete fait comme partout depuis des annees? A qui Sukuleen payer pour cela et ne trier pas comme l'offre l'exiger pourtant sans diminuer sa facture des frais non encourus par ce non triage , qui d'ailleurs aurait permis a Naame de durer encore des dizaines d'annees
le profit immediate a prime sur le profit permanent et future
BRAVO M ABI HABIB ET TOUTES LES PERSONNES CONCERNES PAR CE BEAU RESULTAT

LS

Bravo pour cette belle initiative. C'est encouragé et encourageant

George Khoury

ca fait chaud au coeur, ca devait passer dans la rubrique "bonne nouvelle du lundi"
est-ce que l'OLJ peut nous dire quelle sont les municipalites qui ont commence a obliger les citoyens a trier, surement il y a d'autres exemples.

Irene Said

Voici la preuve éclatante que quand on veut, on peut !

Merci Monsieur Louis ABI HABIB de montrer l'exemple à nos IRRESPONSABLES-INCAPABLES
et
merci Monsieur Paul ABI RACHED de TERRE LIBAN, de nous prouver que nous avions raison de croire en vos capacités,

MILLE MERCI et bon courage !!!

Il en faut pour ramer à contre-courant dans un pays où le fleuve de la corruption, de la bêtise et de la négligence enfle de plus en plus !

Irène Saïd

NAUFAL SORAYA

Magnifique!!! En fait, tout est une question de volonté et de discipline

George Sabat

EXCELLENT! BRAVO, TROIS FOIS BRAVO! Enfin une initiative intelligente. Maintenant il ne reste plus qu'a obtenir des 963 autres maires de municipalites d'en faire de meme et d'inventorier toutes les usines de recyclage au Liban pour evaluer les quantitees de dechets qu'elles peuvent recycler. J'en reviens a ma demande initiale:
"UN CONGRES DES MAIRES DE MUNICIPALITES, UNE ASSEMBLEE DES DIRECTEURS D'UNIVERSITES, ET UNE REUNION AVEC TOUS LES RECYCLEURS AU LIBAN."Ce nést pas si difficile que cela, apres tout.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants