Rechercher
Rechercher

They have a dream

Parce que tout ou presque dans cette décharge à cieux ouverts de 10 452 km² est désormais pourriture(s), tout se mélange. Tout se nivelle. Tout se dilue. Tout suinte. Et tout pue. Entre les ordures qui font les trottoirs, le partage nauséabond et ubuesque du gâteau des appels d'offres pour la gestion des déchets, la (très) sale chienlit lâchée dans les rues, la fange dans laquelle se vautre une immense partie de la classe politique, la saleté morale des bloqueurs d'institutions, ce n'est plus un pays. C'est une porcherie.

Mais sur chaque tas de fumier, aussi tenace, aussi imposant soit-il, il y a toujours l'insensée possibilité d'une rose. Somptueuse. Un rai de lumière. D'espérance. Même si c'est la fange qui les a finalement fédérés, dépassant tous les clivages socioculturels, toutes les appartenances politiques et communautaires, l'union nationale de ces Libanais qui étouffent littéralement reste une des choses les plus fascinantes de ces dernières années. Oubliant leur méfiance endémique de la rue, galvanisés par l'urgence de ce faire-ensemble ressuscité par la pestilence des déchets ménagers cramant au soleil et privés depuis longtemps du choix des urnes, ces Libanais ont investi le bitume pour demander à la seule institution encore plus ou moins sur pied de mettre un terme à la gestion atrocement scandaleuse des ordures ménagères. Rien de plus, rien de moins.

Ils l'ont investi simplement, fièrement, courageusement. Mais naïvement aussi, tellement concentrés sur leur ouvrage, magnifiques petits maçons, une rose blanche à la main pour les forces de l'ordre, qu'ils ont oublié que dans cette porcherie, tout se dévoie, tout se souille, tout s'infiltre, tout suinte et tout pue. Même la plus belle des intentions. Qu'ils ont oublié ces autres, aussi libanais qu'eux, mais qui se moquent bien des ordures, affamés de chaos, de KO, uniquement pressés de défoncer le système et le régime à la fois. Qu'ils ont oublié ces autres, aussi libanais qu'eux, à l'initiative de Vous puez ! , et qui n'ont pas nécessairement des intentions aussi blanches, aussi pures qu'eux. Qu'ils ont oublié ces autres, aussi libanais qu'eux, mais qui n'ont aucun état d'âme, criminels forcenés, à lâcher leurs meutes, leurs Huns, leurs chiens, toutes communautés confondues, pour détruire, tout saccager, à commencer par le rêve d'un peuple : obliger enfin, pacifiquement, tranquillement, démocratiquement, le gouvernement à faire ce pour quoi il est (grassement) payé. Qu'ils ont oublié que non seulement Tammam Salam est l'un d'eux, mais qu'il reste, aujourd'hui, le dernier rempart.

Il y a deux mois, dans un pays obsédé par le bonheur de celles et ceux qui l'ont fait, s'est construit quelque chose d'inouï et de fondamental. L'histoire est sublime – un crève-cœur pour tous les citoyens de troisième zone aux quatre coins de la planète. Cela se passe aux Pays-Bas. La justice néerlandaise a condamné le gouvernement néerlandais à réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays de 25 % par rapport à 1990, d'ici à 2020. C'est un tribunal de La Haye qui a donné raison à la demande de neuf cents citoyens qui avaient porté plainte avec l'aide d'une ONG contre leur gouvernement pour combattre le réchauffement climatique.

Entre une porcherie et un palace cinq étoiles, il doit bien y avoir un stade intermédiaire, un juste milieu. En réalité, cela existe depuis des siècles. Cela a même un nom, finalement très commun. Cela s'appelle un pays.
Un quoi ?


Lire aussi
Transformé en forteresse, le centre-ville de Beyrouth émerge lentement, le reportage d'Anne-Marie el-Hage

Le spectre de la Constituante derrière l'escalade de la tension à Beyrouth, l’éclairage de Philippe Abi-Akl


Parce que tout ou presque dans cette décharge à cieux ouverts de 10 452 km² est désormais pourriture(s), tout se mélange. Tout se nivelle. Tout se dilue. Tout suinte. Et tout pue. Entre les ordures qui font les trottoirs, le partage nauséabond et ubuesque du gâteau des appels...

commentaires (5)

"Cela s'appelle un pays. Un quoi ?" ! Oui, OK, mais ceci ne s'applique pas ici ! Des multiples Sous-nations en négation ne forment pas une Nation.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

15 h 24, le 25 août 2015

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • "Cela s'appelle un pays. Un quoi ?" ! Oui, OK, mais ceci ne s'applique pas ici ! Des multiples Sous-nations en négation ne forment pas une Nation.

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    15 h 24, le 25 août 2015

  • La priorité des priorités c'est l'élection d'un nouveau Président de la République. Le Président est la clef de voûte des Institutions. Un Président neutre, libre de tout engagement que ce soit vers l'Est ou vers l'Ouest. La politique de l'obstruction tous azimuts prônée par le Hezbollah et ses supplétifs du CPL n'a donné que des déchets. Les Tartarin, arrêtez votre mascarade qui ne trompe plus personne.

    Honneur et Patrie

    13 h 42, le 25 août 2015

  • LE PAYS DANS SES 10452 KM2 EST PARTAGÉ AUJOURD'HUI EN ÉTABLES... QUI SERA L'HERCULE QUI LES NETTOYERA ??? DANS LES PAYS Où LA POURRITURE ARRIVE À CE POINT... IL NE RESTE QU'UN HERCULE ! QUAND EST-CE QUE SE MOUVRA-T-IL ???

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 33, le 25 août 2015

  • On vient de lire à peu près ce que Scarlett disait hier des braves gens qui sont descendus dans la rue pour faire bouger les choses , et surprise , pas de réactions ( encore) sur la méfiance qu'il faut avoir des manifestants !! En conclure que Ziad ne peut plaire que s'il s'attaque au hezb résistant , désolé il ne l'a pas fait cette fois ci , mais il n'en pense pas moins ! Les casseurs étaient du bord des salauds qui ont voulu faire capoter une manif qui prenait le bon chemin , et on sait tous qui ils sont , ces jaloux !

    FRIK-A-FRAK

    11 h 25, le 25 août 2015

  • Splendide, ce "un quoi?", Ziyad! Il vaut tout l'article qui est pourtant brillant de par lui-meme. Gardons nos "fingers crossed", dans l'espoir, aussi tenu fut-il, que nous puissions voir, au sein de notre cher Liban, et dans un avenir pas trop lointain, le probleme des dechets, vieux de vingt deux ans, se resoudre comme par enchantement, grace au pouvoir magique d'un peuple transforme inexplicablement en un Merlin du vingt et unieme siecle.

    George Sabat

    05 h 28, le 25 août 2015