François Abi Saab, ce « héros qui s’ignore »

André Parant : Un ami très cher

OLJ
07/08/2015

J'ai rencontré François Abi Saab au milieu des années 90, à l'occasion de missions à Beyrouth. Je l'ai ensuite retrouvé au ministère des Affaires étrangères à Paris, où il a servi quelques années, au tournant des années 2000.
Mais c'est surtout lors du séjour que j'ai effectué au Liban de 2007 à 2009, en qualité d'ambassadeur de France au Liban, que j'ai vraiment appris à le connaître et à l'apprécier.
Pendant ces deux années, sa connaissance intime du Liban, du personnel politique libanais, de la société libanaise m'a été particulièrement précieuse. Je le consultais souvent sur toutes sortes de sujets et j'ai grandement bénéficié de ses conseils, toujours empreints de beaucoup d'intelligence, de sensibilité et d'objectivité.
Quand François disait quelque chose, je savais que ce n'était pas en fonction de ses sentiments personnels ou par désir de plaire, mais en fonction de que lui dictait sa conscience et par souci de toujours servir au mieux l'amitié entre la France et le Liban. Il s'est toujours montré envers moi d'une totale loyauté et j'avais entièrement confiance en lui.
Au-delà du collaborateur, j'ai aussi appris à apprécier l'homme, dont j'ai découvert la profondeur, la culture, l'humour, la fidélité, la gentillesse. Au fil du temps, il est devenu un ami cher. Nous sommes restés en contact et nous nous revoyons régulièrement, toujours avec un très grand plaisir.
À l'issue d'une carrière commencée voici 47 ans (!), le temps est venu pour lui de prendre un repos largement mérité. Je lui souhaite beaucoup de bonheur dans cette nouvelle phase de son existence auprès de sa chère et fidèle Gaby, entouré de l'affection de ses très nombreux amis libanais et français.
Merci François pour tous les services que vous avez rendus à la cause de la relation entre la France et le Liban, vos deux patries, y compris dans des temps difficiles et qui demandaient de la force de caractère et du courage. Merci pour le soutien que vous m'avez apporté durant ma mission au Liban. Et merci pour votre amitié, qui m'honore.

À la une

Retour au dossier "François Abi Saab, ce « héros qui s’ignore »"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le casse-tête des alliances électorales...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.