X

Liban

Beyrouth dans l’impasse, à la recherche d’une décharge

Déchets ménagers

La journée d'hier n'était pas propice aux solutions dans le dossier explosif des déchets ménagers, qui continuaient à inonder les rues de la capitale et des autres villes.

23/07/2015

Depuis le matin du 17 juillet où la décharge de Naamé a été fermée par un sit-in populaire, chaque jour qui passe met les habitants du Grand Beyrouth et du Mont-Liban face aux montagnes de déchets qu'ils produisent quotidiennement. Partout, les rues sont inondées de sacs-poubelles, une puanteur s'en dégage, à peine masquée par la chaux. Dans plusieurs régions, on constate la recrudescence de la pratique de l'incinération sauvage à l'air libre, particulièrement dangereuse pour l'environnement et la santé. Dans les environs de la capitale, seule la banlieue sud semble avoir trouvé une solution temporaire consistant à stocker les déchets dans un terrain près de l'aéroport (selon les informations de l'agence al-Markaziya).
La situation est particulièrement désastreuse dans la ville de Beyrouth, sans perspective de création de décharge, puisque aucun terrain ne pourrait être disponible pour accueillir les tonnes d'ordures dans son périmètre. Mardi, le président du conseil municipal Bilal Hamad avait demandé au gouvernement et au Conseil du développement et de la reconstruction (CDR) de renouveler le contrat de Sukleen pour le ramassage et le transport dans le Beyrouth administratif, révélant qu'un contrat séparé devait être signé avec une autre société commerciale chargée de débrouiller un terrain hors de Beyrouth pour l'enfouissement.

« Mentalité étroitement locale »
Or, c'est le choix de ce terrain qui pose problème, étant donné la multiplication des réactions négatives des autorités locales de plusieurs régions, notamment le Akkar, Nabatiyé, Saïda et, une fois de plus, Hbéline (Jbeil). Dans la matinée d'hier, une réunion a eu lieu au bureau du Premier ministre Tammam Salam avec les députés de Beyrouth. Le député Mohammad Kabbani, du bloc du Futur, a indiqué à L'Orient-Le Jour que « la capitale est toujours dans l'impasse, aucune solution n'ayant encore été trouvée ». Il a exprimé sa révolte contre les refus manifestés dans les régions. « Beyrouth accueille tout le monde, éduque tout le monde, soigne tout le monde, et le jour où la ville a besoin d'un terrain pour sortir d'un pétrin, personne n'accepte d'y pourvoir, dit-il. Que deviendra le Liban si son peuple réfléchit uniquement en termes de mentalité étroitement locale ? »
Mouïn Merhebi, député du Akkar, pourtant du même bloc parlementaire que Mohammad Kabbani, n'est pas de cet avis. Il s'insurge contre les tentatives d'envoyer les déchets de la capitale au dépotoir de Srar, dans le Akkar, et menace de fermer la route aux camions si tel sera le cas. « Ils nous oublient dès qu'il est question de dépenser un budget pour le développement équilibré, mais se souviennent soudain de nous quand il s'agit de se débarrasser des ordures, dénonce-t-il. Nous n'avons même pas une branche de l'Université libanaise (UL), ni d'hôpital gouvernemental fonctionnel, ni d'eau dans les foyers... »
La position de M. Merhebi est confortée par la réaction d'un autre député du Akkar, Khaled Zahramane, également du même bloc. Celui-ci a annoncé, dans un entretien à la radio, que « le Akkar et ses habitants ne resteront pas les bras croisés face à ce projet ». « Cette crise ne peut être réglée par des décisions arbitraires et par la répartition des déchets dans les régions », a-t-il poursuivi. Le point de vue des deux députés a été corroboré par un communiqué publié hier par la Fédération des municipalités du Akkar, qui « refusent totalement l'envoi de tonnes de déchets au caza ».

 

À Sanayeh, un éboueur désœuvré face à une montagne d'ordures. Photo Sami Ayad

 

Coût financier et écologique
Concernant le dépotoir de Srar, M. Merhebi indique à L'Orient-Le Jour qu'il est totalement sauvage, sans aucune surveillance de la part du ministère de l'Environnement ni d'aucune autre instance. « Ce site dessert une centaine de villages du Akkar, et accueille 70 % de ses déchets, poursuit-il. Il n'y a ni usine de compostage ni centre de tri. Mais nous nous débrouillons comme nous pouvons avec le volume de nos déchets. Ce ne sera pas le cas si on nous envoie des centaines de tonnes en plus. »
Le député soulève un autre problème auquel il semble que les responsables n'aient pas prêté attention. « Vous imaginez quel serait le coût financier et écologique du ballet de camions sur cent kilomètres, de Beyrouth au Akkar ? dit-il. Notre région ne sera pas la seule à subir les dégâts de cette solution bâclée. Et je ne crois pas que les autres localités l'accepteront elles aussi. » Il affirme préconiser « des solutions locales avec construction de centres de traitement dans les régions », et espère que « les députés de son bloc soutiendront la volonté des habitants du Akkar ».
Ce sentiment n'est pas partagé par Mohammad Kabbani. « C'est une honte, dit-il. Accepteraient-ils que la capitale, où vivent des personnes originaires des quatre coins du Liban, les renvoie dans leurs villages d'origine ? » Que comptent faire les députés de Beyrouth ? « Nous ne pouvons que continuer à revendiquer des solutions, dans l'espoir que cette crise prenne fin », répond-il.

(Lire aussi : Littéralement submergés par les déchets, les Libanais se déchaînent sur Twitter)

 

C'est « non », du nord au sud
De leur côté, les habitants de Kfour, un village de Nabatiyé où se trouve un dépotoir, également pressenti pour accueillir les déchets de la capitale, ont effectué hier un sit-in pour fermer la route aux camions se dirigeant vers ce site qui dessert le caza. Les manifestants ont affirmé qu'ils restaient sur place « jusqu'à la fermeture définitive de ce dépotoir qui empoisonne la vie des habitants à des kilomètres à la ronde, et qui a déjà condamné de multiples champs agricoles et arbres fruitiers ». À ce propos, le député Yassine Jaber (bloc Berry) a rappelé qu'« une usine de tri a été construite pour les déchets venant de Nabatiyé, grâce à un don de l'Union européenne (UE) ». « Il est dommage qu'elle ne soit pas encore opérationnelle, il faut qu'elle soit mise en service au plus tôt », a-t-il ajouté.
De même, les habitants de Hbéline, un village de Amchit où sont enfouies les ordures du caza de Jbeil, ont renouvelé leur refus de l'enfouissement de déchets d'autres régions dans la décharge de la localité. Fadi Martinos, président de la Fédération des municipalités de Jbeil, a souligné, à l'issue d'une réunion avec l'ancien président de la République Michel Sleiman, que le site, géré par la fédération, était tout simplement inapte à recevoir un tonnage supplémentaire.
Du côté de Saïda, qui a longtemps souffert de la présence d'un dépotoir côtier et qui dispose de sa propre usine de traitement, la grogne monte aussi. Le Rassemblement national démocratique a publié un communiqué dans lequel il appelle « tous les habitants de Saïda à refuser que la ville se transforme en un dépotoir pour tout le Liban, et que la crise actuelle des déchets soit réglée à ses dépens ».
En attendant le Conseil des ministres qui se tient aujourd'hui, et sur lequel pèsent des espoirs peut-être vains, l'impasse restait le maître mot de la situation hier. Les Libanais n'ont plus qu'à se boucher le nez...

 

Des ordures fumantes à Choueifate. Photo Sami Ayad

 

 

« Éviter à tout prix le danger mortel de l'incinération sauvage ! »

Çà et là, les habitants, à Beyrouth et ailleurs, commencent à sentir les odeurs caractéristiques des déchets qu'on incinère sans aucune précaution dans les rues. Des municipalités y ont recours, comme l'a confirmé hier un responsable dans un reportage de la chaîne MTV. Or cette incinération sauvage a des répercussions extrêmement graves sur l'environnement comme sur la santé (sur ce dernier point, voir l'article « Les déchets, un enjeu de santé publique sur le long terme », paru dans notre édition du 22 juillet).
Naji Kodeih, expert écologiste, explique à L'Orient-Le Jour pourquoi il faut éviter l'incinération dans les rues, et lance un appel urgent contre cette pratique.
« Les déchets que nous voyons dans les rues sont appelés ordures ménagères, il est vrai, mais cela n'empêche qu'ils contiennent une certaine proportion de matières dangereuses, explique-t-il. Ces déchets peuvent provenir de cliniques de médecins, de cabinets de dentistes, d'industries... Même dans les poubelles des foyers, on trouve certains produits potentiellement dangereux comme les médicaments périmés, les nettoyants chimiques, les insecticides, etc. »
Ce mélange ne doit en aucun cas être brûlé, insiste l'expert. « Quand on incinère des déchets dans la rue, on provoque une combustion incomplète dont résulte une longue liste d'émanations de composés chimiques et de gaz de compositions diverses, à propriétés toxiques très élevées, poursuit-il. Il ne faut pas non plus oublier les gaz qui se dégagent suite à la combustion du plastique, notamment les dioxynes et les furanes, des composés chimiques complexes. Tous ces polluants sont extrêmement dangereux pour l'environnement et pour la santé humaine. Qui plus est, leur toxicité est persistante, c'est-à-dire qu'elle dure très longtemps dans l'environnement comme dans l'organisme, provoquant une longue liste de pathologies allant des maladies respiratoires au dérèglement hormonal... »
Naji Kodeih souligne le fait que ce type d'incinération est pratiqué dans des zones densément peuplées. « Parmi les habitants, il y a des individus plus vulnérables que d'autres comme les malades, les personnes du troisième âge, les enfants et les nourrissons, les femmes enceintes, les asthmatiques..., dit-il. J'ai bien peur que les cas extrêmes de décès ne soient pas à écarter. »
Il appelle « à n'incinérer ces déchets sous aucun prétexte ». « Souffrir leur vue et leur odeur est déjà assez pénible, mais il faut garder à l'esprit que leur incinération est des milliers de fois plus nuisible », assure-t-il. Le militant écologiste fustige l'irresponsabilité des autorités qui ont laissé un tel « crime écologique » avoir lieu.

 

Une saison touristique très touchée

« Je suis scandalisé. Quand ce ne sont pas les frappes israéliennes, ou l'impact de la guerre en Syrie, ce sont les déchets dans les rues qui affectent la saison touristique. » C'est ainsi que s'exprime Georges Boustany, propriétaire du Lazy B, un complexe balnéaire à Jiyeh (sud de Beyrouth), interrogé par L'Orient-Le Jour. « La fin du mois de ramadan coïncide, pour nous, avec un boum touristique, explique-t-il. Quelle image reflète-t-on du Liban aux touristes en visite ? Que pensent-ils quand ils observent toutes ces bennes inondées d'ordures sur leur route ? »
L'établissement, dont l'objectif est de répondre aux normes écologiques, produit quotidiennement un grand nombre de sacs-poubelles du fait de la fréquentation du lieu. « Pour maintenir la propreté, nous avons eu recours à des particuliers que nous avons chargés de transporter ces sacs vers un terrain géré par la municipalité de Jiyeh », explique-t-il.
Interrogé sur la question, Georges Nader Azzi, président du conseil municipal de Jiyeh, confirme que la collecte des déchets de la ville est effectuée par la municipalité. « Nous nous débrouillons comme nous pouvons, poursuit-il. Nous avons consacré un terrain de la municipalité où nous stockons simplement les sacs-poubelles, en attendant une solution. »
M. Azzi nous apprend qu'une réunion s'était tenue la veille au siège de la Fédération des municipalités du Chouf pour envisager la construction d'une usine de tri et de traitement, au cas où la réunion du Conseil des ministres d'aujourd'hui s'avérait totalement infructueuse.
Entre-temps, au Lazy B comme ailleurs, on ressent déjà l'effet de l'amoncellement des déchets dans les rues. « Il y a énormément de mouches et d'insectes, nous sommes obligés d'employer des insecticides puissants, alors que nous voulions préserver le milieu aussi naturel que possible », déplore Georges Boustany.

 

Lire aussi

La République-poubelle

Face à la menace de démission de Salam, la situation pourrait rester sous contrôle

Le PDG de Sukleen fait porter au gouvernement la responsabilité de trouver une décharge

Pharaon déplore « une image peu encourageante pour la saison touristique »

Samy Gemayel se déchaîne contre Sukleen, accusée de « vol » et d'« extorsion »

Le 14 Mars appelle le gouvernement à trouver des solutions sans tarder

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QU'ON LA DÉCHARGE... ET QU'ON SOUFFLE ENFIN !

Irene Said

Mais bon sang, pourquoi toujours chercher midi à quatorze heures et vouloir contenter tout le monde ?
Messieurs les RESPONSABLES, qu'attendez-vous pour enfin mettre en route la construction de centres de traitement des déchets dans les regions où c'est faisable ? Comme cela se fait dans tous les pays civilisés ?
Les décrets ministeriels, à quoi ça sert ?

Vous qui avez su vous rendre...tous !!!...au Parlement pour reconduire vos mandats...où êtes-vous maintenant pour défendre la solution en urgence d'un problème de santé publique ???

Irène Saïd

M.V.

Les politichiens irresponsables ...vont se faire chasser à coup ....de décharge de chevrotine...!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Plutôt, Beyrouth déjà à elle seule une décharge, et donc carrément pire que dans une impasse....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET LES VIRUS GUETTENT !

George Khoury

Moi je ne suis pas mecontent de la situation des dechets, deja ca arrete de faire dire aux idiots et autre cretins une phrase assez dangeureuse: Le Liban c'est le plus beau pays du monde. 1- On ne realise pas combien on a detruit ce pays. 2- On sous entend qu'il y a de la marge pour le defigurer encore plus.
Et puis on vis dans une bulle sans realiser tout les problemes qu'on a. Parceque au liban avec un petit billet de $100 on peut regler bcp de problemes. Mais la l'iceberg n'est pas pret de disparaitre et nos politiciens de m*rde se disputent depuis 10 ans sur le sexe des anges, alors que le pays est a l'arret total. Je fais porter une grosse responsabilite a michel aoun, parcequ'au lieu de s'occuper a gagner de la sympathie en reglant des dossiers, il fait du populisme crasseux et creux. J'ai cru en lui, j'ai cru qu'il pourra venir et travailler proprement et amener des resultats, parceque je ne croyais pas les hariri et saniora. gebran bassil a eu son ministere de l'electricite, il a eu son financement exceptionel, il a promis et il a echouse magitralement. Je suis maronite mais je m'en fou du droit des chretiens, surtout si pour defendre ce droit c'est celui qui a fui en france et nous a laisse nu au liban.
Je propose qu'on ouvre une grosse decharge a dahiyeh et a rabieh. Que toutes nos ordures soient jetee la bas. Ils nous promettent monts et merveilles. Eh bien reglez nous ce probleme des dechets et puis on votera pour vous.

Le Herisson

Voyons les choses du bon cote!

au lieu de prendre l'avion, faire des depenses pour aller escalader des montagnes en Suisse, nous pouvons a present, a domicile escalader les montagnes.... d'ordures!

ne dit-on pas, au fond que le liban est la Suisse du moyen-orient?

NAUFAL SORAYA

C'est vraiment une honte d'en arriver là! On peut comprendre que les municipalités soient réticentes à entasser chez elles toutes les ordures du pays, mais comment font les autres pays? Il y a bien une solution nationale et efficace...

Depuis le temps qu'on parle de ce problème, et compte tenu des initiatives intelligentes d'ONG et de particuliers sur le plan du recyclage et du respect de l'environnement, pourquoi le gouvernement s'est montré incapable, une fois de plus, de se montrer prévoyant et responsable?

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

L’arnaque

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants