Liban

Le 14 Mars appelle le gouvernement à trouver des solutions sans tarder

OLJ
23/07/2015

Le secrétariat général du 14 Mars a estimé hier que « la question des déchets est nationale par excellence, loin des surenchères politiques et régionales », dans la mesure où « ce dossier touche chaque citoyen au Liban, sa santé, celle de sa famille et son droit à vivre dans un environnement propre ».
Réuni hier à Achrafieh sous la présidence de son coordinateur général, Farès Souhaid, le secrétariat a appelé « le gouvernement, et surtout le ministre de l'Environnement, à trouver des solutions rapides à ce problème pour empêcher l'effondrement du Liban dans la pollution environnementale, qui n'exclut aucune communauté ni aucun individu ».
« La solution commence par la mise sur pied d'un gouvernement efficace, que des questions de formes n'empêchent pas de réunir, et des obstacles de travailler », a souligné le 14 Mars, dans un communiqué publié à l'issue de la réunion, dont l'ancien député Moustapha Allouche a donné lecture.
Le secrétariat général a par ailleurs « appelé le Hezbollah à retourner au Liban aux conditions de l'État libanais après le retour de l'Iran dans le giron de la communauté internationale, à ses conditions sur le dossier du nucléaire ». « Le respect et l'application des résolutions internationales sont un tout indivisible. L'on ne peut appliquer une décision en Iran et refuser d'appliquer la 1559, la 1680 et la 1701 au Liban, surtout en ce qui concerne le fait de remettre les armes du Hezbollah à l'État libanais », note le communiqué.

Le rapt des Tchèques et le Hezbollah
Le secrétariat général a également appelé « les services de sécurité à faire rapidement la lumière sur les dessous du crime de l'enlèvement des citoyens de nationalité tchèque dans la Békaa, et à œuvrer pour leur libération et mettre fin au chaos sécuritaire dont la région souffre malgré l'annonce de manière répétée par le Hezbollah de sa détermination à coopérer avec l'État pour consolider le plan de sécurité dans la Békaa ».
« Les informations diffusées par les médias sont de nature à faire croire que les kidnappés sont victimes d'un leurre planifié par des parties qui ont orchestré le rapt dans le but d'un échange avec un citoyen libanais arrêté à Prague », ajoute le 14 Mars. Le secrétariat général a appelé « le gouvernement réuni, et surtout le ministère des Affaires étrangères, à assumer toutes ses responsabilités vis-à-vis de la République tchèque, pays qui est lié au Liban par des relations d'amitiés et des échanges commerciaux ».
« Ces incidents répétés, après l'enlèvement d'Estoniens et de Turcs, bénéficient d'une couverture politique claire de la part du Hezbollah, qui brise le prestige de l'État et expose le Liban et les Libanais à l'embarras vis-à-vis du monde, jusqu'à porter atteinte à l'image du pays et à son intérêt supérieur », souligne le communiqué.
Évoquant la visite des familles aux militaires enlevés par le Front al-Nosra dans le jurd qui sépare le Liban et la Syrie, le secrétariat général a indiqué que ses membres avaient écouté, durant la réunion, le témoignage de la journaliste Carole Maalouf, au courant de l'affaire.
Le secrétariat a appelé « le gouvernement à reprendre les négociations afin de libérer les personnes kidnappées, dans la mesure où cette affaire porte atteinte à la dignité de tous les Libanais, par-delà les communautés et les régions, et constitue une source de honte pour tout citoyen libanais, dont l'État est incapable de résoudre un tel drame qui dure depuis près d'un an ».
Le secrétariat général a enfin condamné « le meurtre odieux du jeune Georges Rif à Gemmayzé », appelant « la justice libanaise à prendre les sanctions les plus sévères à l'encontre du criminel ».
« Le secrétariat appelle à agir d'une manière responsable avec ce crime, qui a frappé les Libanais du fait de son caractère odieux et de la laideur des images diffusées sur les réseaux sociaux, et à ne pas l'exploiter dans le cadre de calculs politiques étroits », note enfin le communiqué.
La réunion s'est déroulée en présence de MM. Élias Zoghby, Naufal Daou, Rouba Kabbara, Mohammad Chrayteh, Youssef Doueihy, Nadi Ghosn, Simon Dergham, Élias Abou Assi, Chaker Salamé, Carole Maalouf, Moustapha Allouche et Élie Hage.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FAIBLE GOUVERNEMENT PARALYSÉ AU NOM DU CONSENSUEL PAR LES TIREURS DE FICELLES ET LES PARAVENTS QUI L'INHUMENT CHAQUE JOUR ET CHAQUE INSTANT... ET DANS TOUT !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

On dirait un communiqué issue d'un "synode" de curés réunis à Qannoûbîne ou à Bkérkéh !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Amal et le Hezbollah, des conflits latents

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants