Économie

Une entreprise d’armement française se finance au Moyen-Orient

Industrie
OLJ
24/06/2015

L'industriel de l'armement Manurhin, basé à Mulhouse (Haut-Rhin), a trouvé auprès d'une banque du Moyen-Orient le financement de son développement qui lui fait défaut en France, a-t-on appris hier auprès de la direction.
« Nous avons obtenu d'une banque au Moyen-Orient un financement de 19 millions de dollars qui va nous permettre de poursuivre notre croissance et nos embauches dans les douze prochains mois », a déclaré Patrick Akcelrod, président du directoire de Manurhin, lors de l'assemblée générale annuelle à Mulhouse.
Le nom de la banque prêteuse n'a pas été dévoilé immédiatement. Il le sera « prochainement », a promis la direction de l'entreprise. « Mais nous avons bien été crédités, d'ores et déjà », a dit à l'AFP Rémy Thannberger, président du conseil de surveillance.
Fabricant de machines de munitions, Manurhin recherchait depuis plusieurs mois une solution de financement, faute d'avoir pu emprunter auprès de banques françaises. « Nous sommes débancarisés en France et ceci est incompréhensible alors que nous sommes leader mondial, avons un carnet de commandes de plus de deux ans et sommes rentables », a déploré M. Thannberger.
L'entreprise de 160 salariés a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 50,5 millions d'euros (56,4 millions de dollars), en hausse annuelle de 31 %, et un bénéfice net de 6,1 millions d'euros (6,8 millions de dollar) (+57 %) représentant « l'une des marges nettes les plus élevées du secteur de la défense en France », a commenté M. Akcelrod.
Négatifs pendant trois exercices, les capitaux sont revenus dans le vert en 2014, à 7 millions d'euros (7,8 millions de dollars), selon les comptes présentés à l'assemblée générale.
Manurhin prévoit de lancer un emprunt obligataire jusqu'à 20 millions d'euros (22,33 millions de dollars), probablement à la Bourse de Francfort, a rappelé sa direction.
L'entreprise avait échoué ces dernières semaines à réaliser une augmentation de capital, du fait de l'opposition du groupe slovaque Delta Defence, son actionnaire à près de 34 %.
Selon la direction de Manurhin, l'inconnue sur l'identité exacte des actionnaires de Delta Defence « pénalise » l'entreprise française dans sa recherche de fonds. Manurhin est détenu à 43 % par Giat Industries et BpiFrance Financement. L'entrée en 2012 de ces capitaux publics – à l'époque, Giat et la Sofired, une structure du ministère de la Défense – fait l'objet d'une information judiciaire pour des faits d'abus de biens sociaux, de détournements de fonds publics et de corruption active, à la suite d'un rapport de la Cour des comptes qui épingle le versement de 1,2 million d'euros (1,3 million de dollars) à dix sociétés de conseil.
(Source : AFP)

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET QUI NE LE FAIT PAS AUJOURD'HUI... PROFITANT DE L'HÉBÉTUDE RÉGIONALE ?

NAUFAL SORAYA

Une banque saoudienne ou quatariote, sans doute???

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Le califat est mort, vive le califat

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pompeo et les nuances entre le fond et la forme

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué