Rechercher
Rechercher

Lifestyle - La bonne nouvelle du lundi

Deux Libanais créent une plateforme pour remettre du jeu et du lien dans le quotidien des petits cancéreux

Coupures d'électricité, crise économique, malaise social, clivages politiques accrus, tensions communautaires... Face à l'ambiance générale quelque peu délétère, « L'Orient-Le Jour » se lance un défi : trouver une bonne nouvelle chaque lundi.

Aurora est le nom d'un projet ambitieux qui se donne pour objectif de réunir les enfants de 3 à 11 ans atteints de cancer à travers le monde au sein d'une plateforme virtuelle pour leur permettre de jouer en ligne, de partager leurs expériences. Les instigateurs de ce projet : les Libanais Ziad Féghali et Reine Abbas, cofondateurs de Wixel Studios, une entreprise qui développe, édite et distribue des jeux sur appareils mobiles.

Aurora s'articule autour de trois pivots. Le jeu d'abord. « En intégrant la plateforme, les enfants sont invités à créer un avatar aux allures de superhéros », explique M. Féghali à L'Orient-Le Jour. Leur mission, battre la maladie. Les joueurs seront invités à jouer à de petits jeux ludiques. Ils ne gagneront pas de points comme dans les jeux standards, mais des « pensées ». « Les joueurs pourront utiliser des pensées pour améliorer leur avatar et renforcer ceux des autres », ajoute-t-il, précisant qu'il s'agit ainsi de « rapprocher les enfants malades des enfants qui ne le sont pas ». Ils auront également la possibilité d'avoir accès à des livres éducatifs sur le cancer en ligne.

L'interactivité ensuite. Les joueurs pourront partager leurs expériences avec d'autres enfants. « Lorsque les enfants entrent dans le processus de traitement, leur vie sociale s'étiole », constate Ziad Féghali. « Ils gravitent entre la maison et le centre de soins. Avec Aurora, nous leur offrons la possibilité d'établir des relations avec d'autres enfants malades », poursuit-il. Des relations qu'il espère pouvoir transposer dans le monde réel.

Dernier étage de la fusée, le financement de la recherche. Pour les enfants atteints de cancer, Aurora sera gratuit. Pour les autres, la plateforme sera disponible pour la modique somme d'un dollar et les donateurs les plus généreux pourront souscrire à un abonnement d'un dollar par mois. « 60 % des revenus seront alloués à des centres de recherche contre le cancer ; les 40 % restants serviront à financer la création de nouveaux jeux et de nouveaux livres pour développer Aurora pour assurer sa pérennité », indique M. Féghali. « Ce système de donations tranche avec le système traditionnel, trop impersonnel », constate-t-il, précisant qu'une très grande partie des dons pour le cancer financent des traitements contre le cancer destinés aux adultes.

L'idée du projet a germé après une tragédie personnelle. En 2014, pour l'anniversaire de Ziad, leur fils de cinq ans, Ziad Féghali et Reine Abbas lui créent un jeu avec un superhéros pour personnage principal. « Il nous a alors demandé de créer un autre jeu pour sa cousine Diamant, âgée de six ans, qui souffre d'une leucémie », raconte à L'Orient-Le Jour Mme Abbas, professeure d'animation à l'Université Saint-Esprit de Kaslik (Usek) et à l'Académie libanaise des beaux-arts (Alba), primée à plusieurs reprises. « Il était convaincu que ce jeu aiderait sa cousine à se battre contre le cancer. Ziad a été tellement convaincant que nous avons commencé la production », poursuit-elle. La petite Diamant décèdera malheureusement avant que le jeu ne soit terminé, alors qu'elle était en route pour l'Italie afin de recevoir d'autres traitements. « Le choc a été rude », admet Mme Abbas.

Cette triste expérience a fait d'Aurora « beaucoup plus qu'un simple jeu ». « C'est un projet humanitaire », indique Ziad Féghali.
Pour que ce projet aboutisse, les deux Libanais ont besoin de 120 000 dollars pour créer et lancer la plateforme. Ils comptaient sur le crowdfunding – le financement participatif – pour le financer, mais « l'appel aux dons a été lancé sur Internet le jour du tremblement de terre au Népal qui a concentré tous les élans de solidarité », explique M. Féghali. En un mois, ils ont levé un peu plus de 1 000 dollars. « Nous comptons désormais sur des sponsors plus institutionnels au Liban, dans la région et dans le monde pour nous aider à lancer le projet », ajoute-t-il, en appelant la diaspora libanaise à y contribuer.

Photo fournie par Wixel Studios.


Depuis sa création en 2008, Wixel Studios, basé à Kaslik, au Kesrouan, a la particularité d'avoir développé des jeux à portée politique et sociale. Leur premier opus, Douma, est un jeu de combat mettant aux prises les avatars de leaders politiques libanais.
Dans le deuxième, Gaza Shield, le joueur doit sauver les enfants palestiniens des bombardements israéliens. Un jeu développé en réaction à un jeu israélien apparu pendant la guerre de Gaza en 2008 dans lequel les joueurs gagnent des points en bombardant et en tuant des civils palestiniens.

Wixel Studios s'est ensuite recentré sur le ludique avec Survival Race, une simulation de course sur les réseaux sociaux sensibilisant les joueurs au réchauffement climatique, et Little Heroes, un jeu à portée éducative visant à apprendre aux jeunes joueurs les réflexes et les gestes élémentaires de sécurité.


 Dans la même rubrique
Une association se lance un nouveau défi : faciliter le retour au pays des ingénieurs libanais

Pour « sauver la vie des enfants », des passages piétons devant des écoles


« Nous sommes libanais et champions du monde en robotique ! »

Lancement d'un programme pour renforcer l'indépendance de la justice au Liban


Aurora est le nom d'un projet ambitieux qui se donne pour objectif de réunir les enfants de 3 à 11 ans atteints de cancer à travers le monde au sein d'une plateforme virtuelle pour leur permettre de jouer en ligne, de partager leurs expériences. Les instigateurs de ce projet : les Libanais Ziad Féghali et Reine Abbas, cofondateurs de Wixel Studios, une entreprise qui développe, édite et...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut