X

Liban

À la recherche d’une citoyenneté inclusive, par-delà les génocides

La situation
Fady NOUN | OLJ
24/04/2015

Le mot « compatriote » n'existe malheureusement pas en arabe. Et ceux qui, comme la Jamaa islamiya (branche libanaise des Frères musulmans), ont protesté contre la décision du ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, Élias Bou Saab, de fermer les écoles, aujourd'hui, pour commémorer le centenaire du génocide des Arméniens, en 1915, doivent encore lui en trouver l'équivalent. Un effort auquel la Fondation Adyan consacre à partir de ce soir un colloque, dans le souci de voir émerger une citoyenneté qui inclut et valorise les différences culturelles et religieuses, loin de toute « intégration » qui les nivellerait, comme l'on fait les régimes autoritaires arabes tout au long de ce « siècle pour rien » (dixit Ghassan Tuéni) que fut le XXe siècle, inauguré par un génocide.

Dans le communiqué de protestation publié à cette occasion, la Jamaa islamiya a apprécié la décision de la Turquie « d'étudier scientifiquement et objectivement les incidents objets du litige ». Des « incidents » que le peuple arménien a vécus dans sa chair, et que plus d'une vingtaine d'États et de Parlements, l'Église catholique et même, hier depuis Erevan, le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, n'hésitent plus à appeler par leur nom : un génocide.
Selon la définition du droit international, rappelle l'un de nos lecteurs, « le génocide ne signifie pas nécessairement la destruction immédiate d'une nation ou d'un groupe national (...) Il vise aussi un plan coordonné d'actions différentes ayant pour but la destruction des bases essentielles de la vie d'un groupe national ».
La Jamaa islamiya n'a pas été le seul parti à protester contre la décision de M. Bou Saab et à décider que ses écoles resteront ouvertes aujourd'hui. Des groupes sunnites à Tripoli et ailleurs l'on imité. Ils restent minoritaires.
En revanche, Walid Joumblatt n'a pas hésité à participer à une cérémonie organisée au Collège Haïgazian pour l'occasion et à déposer un bouquet de roses rouges sur une stèle commémorative. Une gigantesque cérémonie s'est également tenue à l'intérieur du stade Michel Murr.

De leur côté, les ministres Michel Pharaon et Rony Araïgi ont pris la parole au cours d'une soirée du souvenir organisée au siège du patriarcat des arméniens-catholiques, à Achrafieh. « Persister à nier le génocide n'augure rien de bon, au regard des crimes qui se commettent dans la région, a dit M. Pharaon à cette occasion. (...) Une reconnaissance ouvrirait la voie à l'établissement de liens solides qui ne seraient pas bâtis sur les seuls intérêts communs. »
De son côté, le député Nadim Gemayel a rendu un vibrant hommage au peuple arménien qui est parvenu « à s'engager dans la vie sociale et politique des pays qui l'ont accueilli et d'en faire de véritable patries, sans pour autant renoncer à ses racines ni oublier la terre ancestrale. Nous pouvons partager l'amertume ressentie à la catastrophe parce que nous-mêmes y avons goûté, de 1914 à aujourd'hui », a ajouté M. Gemayel, qui a demandé le rétablissement de la fête nationale des Martyrs, le 6 mai, qui commémore la pendaison sur les ordres de Jamal pacha, de patriotes libanais.

Le Parti syrien national social, emboîtant le pas au régime syrien, a également condamné le génocide des Arméniens. Une condamnation qui s'inscrit dans le cadre de l'idéologie de l'alliance des minorités, qui refait surface à l'occasion, selon des observateurs. Ces derniers ne manquent pas de déplorer que la frénésie des massacres semble s'être emparée de plus d'un régime arabe, et de dénoncer « la récupération » de la reconnaissance du génocide et son instrumentalisation.

Sur le plan officiel, fidèle à la « distanciation » qu'il s'est imposée vis-à-vis des axes régionaux, le gouvernement a dépêché en Arménie les ministres Gebran Bassil et Élias Bou Saab, ainsi que le député Arthur Nazarian, pour participer aux cérémonies commémorant le génocide, tandis qu'il déléguait en Turquie les ministres Achraf Rifi et Samir Mokbel pour assister au centenaire de la bataille de Gallipoli, qu'Ankara a « inventé » pour faire diversion.
La commémoration du génocide arménien sera marquée aujourd'hui par une marche entre le catholicossat d'Antelias et le stade de Bourj Hammoud organisée par les partis arméniens.

Cette actualité a relégué momentanément au second plan, sans les occulter, les dilemmes constitutionnels qui marquent la vie politique, et notamment celui d'un Parlement qui ne parvient pas à se réunir, tant qu'un chef de l'État n'est pas élu, et d'un Conseil des ministres que Michel Aoun menace de boycotter si ses caprices ne sont pas passés.

 

Lire aussi
Karékine II à « L'Orient-Le Jour » : L'intention génocidaire a commencé au XIXe siècle

« La langue arabe, sésame des Libanais arméniens dans la fonction publique »

Et si la Turquie reconnaissait le génocide arménien...

L'impossible oubli, par Tamar Chamlian TUFENKJIAN

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Ces caucasiens arméniens restent capables, même si ça peut faire sourire, de s’interroger avec gravité sur leur nombril ; eux qui furent, paraît-il, "les plus braves de tous ces peuples caucasiens lointains" ! Les temps étant moroses et les récréations étant fugaces, que l’on voit quel spectacle offrent-ils maintenant à la planète entière lorsque, détournant un instant son regard du gros Reste, l’humanité daigne un peu les considérer ? Voilà donc leur Mini-Arménie qui n’en finit pas de s’évaporer, cependant que leur proto-Arménie historique dont le jour J de gloire tarde décidément à venir, ne cesse de verser dans une incoercible somnolence ! Bref, et en une éblouissante synthèse de leurs précieuses idées reçues, qu’on retienne donc ces arméniens, si dignes en affaires en tout genre puisqu’ils y excellent tout autant qu’en auto- dithyrambe : "Nous ne sommes pas un peuple comme les autres." ! Ou, en plus condensé mais inquiet : "Sans l’Arménie, le monde serait seul" ! Et l’univers, on l’imagine, parfaitement désemparé. Tout compte fait, on devrait faire don de cette Arménie fluette ou agrandie à l’Humanité ! On en était là, ne disposant plus que de quelques sarcasmes désabusés sur l’avenir de ces Arméniens, lorsque la pensée est venue qu’on devrait avoir honte de se gausser de la sorte de ces compatriotes, faisant fi des décennies durant lesquelles on vivait avec eux ici au Liban, "heureux, comme si dieu était ; yâââï ; et arménien et libanais !

Halim Abou Chacra

Des sectaires daechistes stupides, dépourvus de toute notion de citoyenneté ceux qui se sont rangés du côté de la Turquie du petit sultan Erdogan et contre les Libanais arméniens dont ils insultent les sentiments, pour l'unique raison que la Turquie est un pays musulman sunnite. Ils critiquent avec raison le Hezbollah pour son statut de branche iranienne et sa totale manipulation par la puissance perse, et voilà qu'ils se comportent de manière pire, au premier test de citoyenneté libanaise. "La recherche d'une citoyenneté inclusive" avec ces daechistes est inutile. Un cas perdu !

Dernières infos

Les signatures du jour

Émilie SUEUR

L’édito de Émilie SUEUR

De quelle violence parle-t-on ?

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants