X

À La Une

Mort d'un Casque bleu espagnol au Liban-sud : Israël reconnaît sa responsabilité

frontières

L'armée israélienne indique qu'"il n'y a jamais eu intention de nuire aux forces des Nations unies".

OLJ/AFP
07/04/2015

Des sources de sécurité israéliennes ont reconnu mardi que le militaire espagnol de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) tué le 28 janvier au Liban-sud avait succombé à des tirs israéliens. Le Hezbollah avait mené ce jour-là une attaque contre l'armée israélienne dans une zone occupée à la frontière du Liban, les fermes de Chebaa, tuant deux soldats israéliens. L'attaque avait provoqué des bombardements israéliens de représailles sur plusieurs localités du sud du Liban.

"Le soldat espagnol a en effet été tué par des tirs de l'armée israélienne, après une attaque du Hezbollah contre l'armée israélienne qui a tué deux soldats", a indiqué une source sous le couvert de l'anonymat.
Interrogée par l'AFP, l'armée a répondu dans un communiqué que le bombardement du bâtiment de la Finul était "un incident regrettable". "Il n'y a jamais eu intention de nuire aux forces des Nations unies" et l'armée israélienne "fait en sorte que de tels incidents ne se reproduisent pas", poursuit le communiqué.

Une enquête a été menée et ses résultats ont été transmis à l'armée espagnole, de même source.
Israël et l'Espagne avait convenu de mener une enquête commune après la mort du caporal Javier Soria Toledo âgé de 36 ans.

Dimanche, le journal espagnol El Pais a publié des extraits du rapport confidentiel de l'Etat-major espagnol fondé sur les témoignages de militaires du contingent espagnol affirmant avoir été délibérément visés par l'Etat hébreu.

 

Le roi d'Espagne au Liban
Déployée pour surveiller la frontière libano-israélienne, la Finul compte 10.274 membres venus 36 pays, dont près de 600 espagnols, déployés le long de la Ligne bleue, qui fixe la frontière entre les deux pays selon le tracé dessiné par l'Onu après le retrait israélien mettant fin en 2000 à 22 ans d'occupation du sud du Liban.

Parallèlement, le roi Felipe VI d'Espagne, en visite mardi à Beyrouth, a rappelé "l'engagement ferme" de son pays à soutenir la paix au Liban. Le Liban est un "pays qui a beaucoup souffert dans son histoire récente et pour lequel l'Espagne souhaite un avenir de paix", a déclaré le monarque espagnol devant la communauté espagnole de Beyrouth, dans un discours transmis par la Maison royale.
Felipe VI, qui a souligné "l'identité méditerranéenne commune" des deux pays, devait ensuite rencontrer le Premier ministre libanais Tammam Salam qui a organisé un dîner en son honneur.

Mercredi, le roi Felipe VI devrait se rendre à la base Miguel de Cervantes à Marjayoun, dans le sud du Liban, où il rencontrera le contingent espagnol de la Finul. C'est sur cette base que le soldat espagnol avait été tué fin janvier. Au total, treize soldats espagnols sont morts en mission au Liban.
"Par ma présence sur la base, j'entends montrer notre solidarité à tous les compagnons du caporal Francisco Francisco Javier Soria Toledo. Il restera toujours dans notre mémoire", a assuré Felipe VI.
"Nous continuerons à appuyer les forces libanaises au travers de notre participation dans la Force intérimaire des Nations unies au Liban", a ajouté le roi.

 

 

Pour mémoire
Le Conseil de sécurité « condamne fermement » la mort du Casque bleu espagnol au Liban-sud

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Amère Ri(s)que et péril.

La verite de cette histoire est que les israreceleurs ont eu une telle raclee ce jour qu'ils ont ete abassourdis . Et parce que les resistants du hezb avaient passé 3 jours et 3 nuits pour frapper sans etre vu et avaient eu la complicite d'un traitre parmi les usurpateurs , ces derniers ont cru a une complicite de la finul et pour les punir ils ont tue intentionnellement un de ses membres pour l'exemple .
That is israrecel de babayahu et ses 40 voleurs .
Mais la fin est proche ! Inshayaveh ...

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants