Rechercher
Rechercher

Liban - ONU

Le Conseil de sécurité « condamne fermement » la mort du Casque bleu espagnol au Liban-sud

Ban « préoccupé » par les violations de la 1701 ; l'Espagne exige une « enquête complète ».

L'attaque du Hezbollah contre l'armée israélienne et la riposte au Liban-Sud, survenues le long de la ligne bleue entre Israël et le Liban, causant la mort d'un soldat de la paix espagnol dans l'exercice de ses fonctions, ont provoqué une série de réactions, dont notamment la condamnation ferme par le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, ainsi que par les membres du Conseil de sécurité qui se sont réunis en consultations à huis clos, dans l'après-midi de mercredi, pour discuter de la situation dans le pays, en présence d'Edmond Mulet, secrétaire général adjoint aux opérations du maintien de la paix. « Une déclaration à la presse est en cours de négociation et devrait être adoptée, nous l'espérons aujourd'hui (jeudi), » a indiqué à L'Orient-Le Jour un diplomate onusien européen.


Dans un communiqué publié à New York, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, s'est dit « profondément préoccupé par la grave détérioration de la situation sécuritaire au Sud-Liban et les violations de la cessation des hostilités de la résolution 1701 (2006) du Conseil de sécurité ». Rappelant l'événement, il souligne qu'« une attaque à la roquette contre une patrouille des Forces de défense israéliennes (IDF) a tué deux soldats de Tsahal et en a blessé d'autres ; l'attaque a été revendiquée par le Hezbollah. Les Forces de défense israéliennes ont riposté, » ajoute-t-il. Le chef de l'Onu a exprimé ses sincères condoléances à la famille du soldat de la paix de la Finul tué dans l'exercice de ses fonctions, ainsi que sa sympathie envers le gouvernement et le peuple de l'Espagne.
Concernant le Golan, M. Ban s'est également dit « préoccupé par les violations de l'accord de désengagement entre Israël et la Syrie de 1974 », précisant que des tirs de roquettes effectués mardi 27 janvier en provenance du secteur Bravo de la zone de désengagement (Syrie) ont atterri de l'autre côté de la ligne de cessez-le-feu et que « les forces de défense israéliennes ont répondu par des tirs d'artillerie, suivis d'un raid aérien ».
Le chef de l'Onu a conclu en « condamnant toutes les violences, appelant les parties concernées à faire preuve de la plus grande retenue ainsi qu'à s'abstenir de toute action susceptible de nuire à la stabilité de la région ». M. Ban a en outre appelé au « respect de la souveraineté territoriale de tous les pays de la région et de toutes les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité. »

 

(Lire aussi : Tenenti : Les incidents dans les fermes de Chebaa constituent une violation grave de la 1701)

 

Déclaration à la presse du Conseil de sécurité
Par ailleurs, à la demande de la France, le Conseil de sécurité s'est réuni mercredi après-midi en consultations à huis clos pour discuter de la situation qui prévaut au Liban-Sud dans la zone de la Finul. De « courts éléments » de la déclaration à la presse ont été révélés. « Les membres du Conseil de sécurité ont entendu un exposé du secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, M. Edmond Mulet, concernant les incidents survenus récemment au sud du Liban, souligne le document. Ils ont condamné dans les termes les plus forts la mort d'un soldat de la paix espagnol de la Finul, survenue lors d'échanges de tirs le long de la ligne bleue. Les membres du Conseil de sécurité ont exprimé leur profonde sympathie à la famille du Casque bleu tombé et au gouvernement d'Espagne. » Rappelons aussi que le commandant-général de la Finul, Luciano Portolano, avait auparavant « fermement condamné cette violation grave de la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l'Onu », précisant que la Finul avait lancé une enquête pour déterminer les faits et les circonstances entourant l'incident.

 

(Pour mémoire : L'Onu dénonce « une violation grave de la résolution 1701 »)

 

Réaction de l'Espagne
Quant au représentant de l'Espagne auprès des Nations unies, Romàn Oyarzun Marchesi, il a exprimé « la profonde préoccupation de son gouvernement au sujet de la situation au Liban qui a résulté dans l'attaque aux roquettes du Hezbollah contre la zone d'opérations de la Finul, et la riposte de l'artillerie tirée à travers la ligne bleue ». « J'ai condamné cette violation sérieuse de la cessation des hostilités entre le Liban et Israël en violation de la résolution 1701, provoquant la mort du soldat de la paix espagnol, a déclaré l'ambassaduer d'Espagne. J'ai appelé toutes les parties à faire preuve de la plus grande retenue le long de la ligne bleue afin de maintenir la stabilité et la sécurité du Liban. J'ai aussi demandé une enquête complète au sujet des évènements et appelé toutes les parties à respecter de manière scrupuleuse leurs engagements pour maintenir la sécurité de la Finul et autre personnel des Nations unies. Le ministre espagnol des Affaires étrangères a annoncé hier que l'Espagne tient à avoir une enquête complète » portant sur les derniers évènements.

 

 

Lire aussi

 

Parfum d'avenir, le billet de Gaby Nasr

 

L'attaque contre Chebaa : légitime, selon le 8 Mars, une atteinte aux intérêts des Libanais, affirme le 14 Mars

 

Quelques mois pour convaincre les derniers pays récalcitrants..., le décryptage de Scarlett Haddad

 

L'attaque du Hezbollah contre l'armée israélienne et la riposte au Liban-Sud, survenues le long de la ligne bleue entre Israël et le Liban, causant la mort d'un soldat de la paix espagnol dans l'exercice de ses fonctions, ont provoqué une série de réactions, dont notamment la condamnation ferme par le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, ainsi que par les membres du Conseil de...
commentaires (2)

Bien vu, le Conseil de Sécurité ! Et de quel droit SVP, ces miliciens de ce héZébbb et ces pasdaranîs iraniens se trimbalent-ils en long et en large dans ce Golan Äsraélo-syrien ? !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

09 h 48, le 30 janvier 2015

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Bien vu, le Conseil de Sécurité ! Et de quel droit SVP, ces miliciens de ce héZébbb et ces pasdaranîs iraniens se trimbalent-ils en long et en large dans ce Golan Äsraélo-syrien ? !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    09 h 48, le 30 janvier 2015

  • LE CONSEIL DE SÉCURITÉ A-T-IL CONDAMNÉ L'ASSASSINAT DES MEMBRES DU HEZBOLLAH ET DES IRANIENS AU GOLAN SYRIEN ? DEUX POIDS ET DEUX MESURES !

    LA LIBRE EXPRESSION

    09 h 10, le 30 janvier 2015

Retour en haut