Repère

Plus de 210 000 morts, 10 millions de déplacés... Les chiffres tragiques de 4 ans de guerre en Syrie

Le montant des destructions dues à la guerre s'élève à quelque 31 milliards de dollars.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui s'appuie sur un large réseau de militants et de médecins à travers le pays, a comptabilisé entre mars 2011 et février 2015 la mort de 210 060 personnes, parmi lesquelles 65 146 civils dont 10 664 enfants. REUTERS/Hosam Katan

Plus de 210 000 morts, la moitié de la population déracinée et un pays en ruines: déclenchée il y a quatre ans, la révolte en Syrie contre le régime de Bachar el-Assad s'est muée en une guerre dévastatrice.

 

Victimes

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui s'appuie sur un large réseau de militants et de médecins à travers le pays, a comptabilisé entre mars 2011 et février 2015 la mort de 210 060 personnes, parmi lesquelles 65 146 civils dont 10 664 enfants.

Parmi les combattants anti-régime décédés, 38 325 sont des rebelles syriens et 24 989 sont des jihadistes étrangers. Du côté des forces pro-régime, l'ONG dénombre 45 385 soldats morts, 29 943 miliciens des Forces de défense nationale, 640 membres du Hezbollah et 2 502 miliciens chiites venus d'autres pays.

 

Des photos de cadavres de Syriens victimes du conflit, exposées aux Nations-unies, à New York, le 10 mars 2015.
REUTERS/Lucas Jackson


Le bilan, souligne l'OSDH, "est certainement plus élevé (...) en raison du grand nombre de disparus dont on ignore le sort". Selon l'ONG, il faut aussi ajouter 20 000 personnes dans les prisons du régime qui sont considérées comme disparues. Des ONG font état de tortures et d'exécutions sommaires dans ces prisons.
Des milliers de personnes sont prises en otages par des groupes, notamment par le groupe Etat islamique (EI), qui sème la terreur dans les territoires qu'il contrôle.

 

Drame humanitaire : réfugiés, déplacés

Plus de 10 millions de personnes ont dû quitter leur foyer, dont quatre millions se sont réfugiées à l'étranger.
Selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), 60% des quelque 23 millions de Syriens sont touchés par la pauvreté (septembre 2014).

D'après ses derniers chiffres (mars 2015), la Turquie accueille plus de 2 millions de réfugiés. Selon le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), 1,1 million de personnes sont réfugiées au Liban, soit un quart de la population. Ce chiffre est probablement supérieur car de nombreux Syriens ne seraient pas enregistrés. 618 000 Syriens se sont réfugiés en Jordanie, 225 000 en Irak et 137 000 en Égypte.

 

Des Syriens dans la rue, à Douma, dans la Ghouta orientale, le 7 mars 2015.
REUTERS/Bassam Khabieh

 

Les réfugiés font face à la pauvreté, à des problèmes de santé et des tensions croissantes avec les communautés locales où ils vivent dans des structures provisoires et des conditions extrêmement difficiles.
Selon l'Unicef, entre 2,1 et 2,4 millions d'enfants ne peuvent aller à l'école en raison de l'insécurité (janvier 2015).

 

Conséquences économiques

Selon des experts, le conflit a fait revenir trois décennies en arrière l'économie du pays, où la moitié de la population est au chômage et la majorité des infrastructures détruites.

 

La localité de Arbine, dans la Ghouta orientale de Damas, bombardée par l'aviation du régime, selon des activistes, le 8 mars 2015.
REUTERS/Diaa al-Din

 

D'après le responsable du Fonds monétaire international (FMI) au Moyen-Orient, "le PIB s'est contracté de plus de 40%". Le montant des destructions dues à la guerre s'élève à quelque 31 milliards de dollars. Le pays a aussi vu sa production pétrolière s'effondrer de 96% (officiel).

 

Lire aussi

Exécution d'un Arabe israélien par l'EI : Le demi-frère de Mohamed Merah dans la vidéo ?

Repères

Quelles sont les principales villes aux mains de l'EI en Irak et en Syrie ?

Coalition internationale contre l'EI : qui fait quoi?

Pour mémoire
Appels à mettre fin au carnage alors que la Syrie est entrée dans sa quatrième année de conflit


Plus de 210 000 morts, la moitié de la population déracinée et un pays en ruines: déclenchée il y a quatre ans, la révolte en Syrie contre le régime de Bachar el-Assad s'est muée en une guerre dévastatrice.


 


Victimes


L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui...

commentaires (6)

C'est un type à pendouiller par les guibolles !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

01 h 41, le 12 mars 2015

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • C'est un type à pendouiller par les guibolles !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    01 h 41, le 12 mars 2015

  • IL AURAIT PU N'Y AVOIR AUCUN TUÉ ET AUCUN EXPATRIÉ SI... ON ÉTAIT... HOMME !!!!!!!

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    22 h 24, le 11 mars 2015

  • non en fait il ne parlait pas de la syrie mais du liban, Beyrouth est assimiler au pheonix (ki dit ke de ces cendres il rennaitra) .. voyez vous Beyrouth a ete ensevelis plus de 7 fois et a tjrs refait surface de ces cendres meme a la meme place !!! sinon pour repondre a cet article, j'aimerai le faire par une question COMMENT TOUT CELA A COMMENCER?

    Bery tus

    20 h 46, le 11 mars 2015

  • Le constat de l'effroyable erreur d'un complot que l'occicon croyait régler en 2 semaines ! et l'effroyable erreur de croire que les solutions du passé peuvent encore jouer dans l'avenir ! De toute façon lorsque les occiocns se seront fatigués de leurs conneries ils se détourneront de notre région et on nettoiera après eux , leur propre merde et celles de leurs acolytes .

    FRIK-A-FRAK

    19 h 32, le 11 mars 2015

  • Grande tragédie! Sauf que les chiffres sont donnés par abdelrahman macchin-chouette, le gars de osdh-l-m-n-o-p-q-r-s-t dit le londonien, qui fournit sa came quotidienne à afp qui se charge de la distribution... Bon Bref, la Syrie et c'est écrit dans les grands livres, elle rennaitra de ses cendres victorieuse et deviendra plus démocratique et plus forte que jamais. On commence à voir la lumière au bout du tunnel.

    Ali Farhat

    18 h 35, le 11 mars 2015

  • Une vraie tragédie pour une guerre civile syrienne sans horizons . Triste

    Sabbagha Antoine

    18 h 14, le 11 mars 2015