X

À La Une

Le Charles de Gaulle entre en guerre contre l'EI en Irak

France

Les premiers avions de chasse Rafale ont décollé lundi matin du porte-avions français, qui croise à 120 milles nautiques (200 kilomètres) au nord de Bahreïn dans le Golfe, en direction de l'Irak.

OLJ/AFP
23/02/2015

La France a engagé lundi son porte-avions Charles de Gaulle dans les opérations de la coalition internationale contre le groupe Etat islamique (EI), à qui le nouveau chef du Pentagone a promis une "défaite irréversible".

Sept semaines après les attentats de Paris, le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a réaffirmé la détermination de la France à combattre "l'armée terroriste" de l'EI en Irak et à "arrêter la barbarie que celle-ci commet". "Cette menace, le terrorisme jihadiste, voudrait atteindre nos ressortissants, nos intérêts, nos valeurs. En réponse, la France sera d'une fermeté totale", a-t-il dit à bord du Charles de Gaulle qui croise dans le nord du Golfe.

Une première vague de chasseurs - quatre Rafale et quatre Super Etendard modernisés - est rentrée à bon port, sans avoir largué de bombes, après cinq à six heures de mission.
"Il n'y a pas eu d'engagement. L'objectif de cette première journée, c'était de rentrer dans l'opération, de se familiariser avec le théâtre, les procédures", a expliqué le contre-amiral Eric Chaperon qui commande le groupe aéronaval du Charles de Gaulle.
Les appareils ont rejoint leurs objectifs en une heure et demie de vol environ, soit deux fois moins que depuis la base émiratie d'Al-Dhafra, utilisée par la France.

Le Charles de Gaulle, parti le 13 janvier de Toulon (sud de la France) pour une mission d'environ cinq mois, sera engagé pendant huit semaines dans le Golfe, au côté du porte-avions USS Carl Vinson, dans le cadre de la coalition dirigée par Washington.
Cette mobilisation internationale est "en train de repousser" l'EI, a affirmé Ashton Carter, le nouveau secrétaire américain à la Défense qui a effectué lundi sa première visite dans la région. "Et nous allons lui infliger, sans doute, une défaite irréversible", a-t-il assuré sur une base américaine dans le désert koweïtien.

 

(Lire aussi : Le Conseil de sécurité entend sérieusement asphyxier l'EI)



M. Carter a discuté des prochaines étapes de l'opération avec des généraux, des ambassadeurs et des responsables de services de renseignement américains. "L'EI n'est pas seulement une menace pour l'Irak et la Syrie mais pour toute la région", a-t-il insisté.

1 601 morts dans les frappes en Syrie
Avec douze Rafale et neuf Super Étendard modernisés embarqués, le Charles de Gaulle renforce nettement le dispositif français dans la région, qui comptait jusqu'à présent neuf Rafale aux Emirats et six Mirage 2000D en Jordanie.

Depuis la mi-septembre 2014, les avions de chasse français ont effectué une centaine de missions de reconnaissance et autant de missions de frappes en Irak, en appui des forces irakiennes et des peshmergas kurdes qui combattent l'EI sur le terrain, indique-t-on dans l'entourage du ministre.
La France est ainsi, avec l'Australie, l'un des principaux contributeurs militaires de la coalition de 32 pays partenaires contre l'EI, loin toutefois derrière les Etats-Unis qui réalisent le gros des opérations.

La coalition a mené depuis août 2014 plus de 2 000 frappes en Irak et en Syrie.
Pour la seule Syrie, ces frappes ont tué 1 601 personnes depuis cinq mois, dont 1.465 membres de l'EI et 73 de la branche syrienne d'el-Qaëda, le Front Al-Nosra, auxquels s'ajoutent 62 civils, a indiqué lundi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

 

(Pour mémoire : Londres et Paris doivent faire plus contre l'EI)



Les chasseurs français interviennent côté irakien uniquement, Paris estimant qu'un engagement en Syrie pourrait renforcer le régime de Bachar el-Assad face aux rebelles et aux islamistes.
La campagne de bombardements vise à ralentir l'EI dans sa course, en détruisant dépôts de munitions, véhicules et puits de pétrole, force de frappe financière du groupe jihadiste.
"L'appui aérien aux opérations défensives et offensives de nos alliés irakien et kurde a permis d'endiguer la dynamique de conquête territoriale de (l'EI) et de stabiliser les lignes de front. C'était notre premier objectif et nous l'avons atteint", a estimé M. Le Drian.

Parallèlement, les pays de la coalition, qui excluent l'envoi de combattants au sol, ont engagé des missions de conseil et d'entraînement auprès de l'armée irakienne afin de l'aider à se reconstituer après sa débandade de l'été dernier.
L'état-major américain espère ainsi que les forces irakiennes seront en mesure de lancer une offensive terrestre sur la ville stratégique de Mossoul (nord) en avril-mai, avant le ramadan et les grandes chaleurs de l'été.

Le Charles de Gaulle, véritable base aérienne flottante, est accompagné d'un sous-marin nucléaire d'attaque, d'une frégate de défense anti-aérienne (Chevalier Paul) et d'une autre anti sous-marine (le bâtiment britannique Kent), ainsi que d'un pétrolier ravitailleur, soit quelque 2 700 marins embarqués, dont 2 000 pour le seul porte-avions.

Au total, quelque 3 500 soldats français sont engagés dans l'opération française Chammal en Irak, soit autant que dans l'opération Barkhane en Afrique, autre théâtre majeur sur le front antijihadiste.
Le Charles de Gaulle poursuivra ensuite sa route vers l'Inde, pays où se rendra mardi M. Le Drian pour y promouvoir la vente de 126 Rafale.

 

 

Lire aussi

Antiterrorisme : les Européens veulent enrôler la Turquie et les pays arabes

Paris déplore le manque d'initiative de la communauté internationale sur la Syrie

La France doit-elle changer sa diplomatie ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

A quand contre l'Iran ? Bientôt, n'challâh !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ON DONNE TROP D'IMPORTANCE À CE QU'ON PEUT ÉRADIQUER EN UNE OU DEUX SEMAINE SUR TERRE... SI DÉCISION ET VOLONTÉ IL Y AVAIT... ET SI ON NE VOULAIT PAS CES CARTES POUR MARCHANDAGES AVEC LA PERC(S)ÉE... MAIS IL SEMBLE QUE LA PERC(S)ÉE NE SE LAISSE PAS PRENDRE DANS LE PIÈGE... ET CONTINUE SES PERCÉES UN PEU PARTOUT DANS LE MONDE SUNNITO ARABESQUE !!!

Fan Phare Rond

De la frime ! autant nous envoyer Brigitte Bardot !

Halim Abou Chacra

Pourquoi les frappes aériennes de la Coalition internationale n'ont pas eu pour cible à ce jour le quartier général du "calife" al-Baghdadi ? A moins que ce ne soit impossible de le localiser. La Coalition a-t-elle jamais dit quoi que ce soit à ce sujet ?

Honneur et Patrie

Depuis toujours, là où la liberté est menacée et où des petits peuples sont persécutés, la France est toujours là. Le porte-avions Charles-de-Gaulle est digne de porter le nom du général Charles de Gaulle, le libérateur de la France et le grand ami du Liban.

M.V.

Le Charles de Gaulle ,est un vecteur de force très favorable pour les médias et la Propaganda socialiste de F.Hollande ...mais inapproprié et très couteux, pour lutter contre les groupes djidadistes...disons, qu'il n'est pas plus utile dans cette guerre religieuse asymétrique , que fut à l'époque... le fameux New Jersey pour la libération du Liban...!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre les États-Unis et le Liban, des relations qui se compliquent

Commentaire de Anthony SAMRANI

MBS et le retour de flammes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants