Service

Le Liban mise sur ses villages pour stimuler le tourisme

Le ministre Michel Pharaon a dévoilé hier une stratégie de développement du tourisme rural. Objectif : porter sa part dans le secteur à 20 % d'ici à cinq ans.

Lancement de la stratégie de développement du tourisme rural, hier, au Grand Sérail.

Le tourisme rural a de plus en plus d'adeptes. Ce type de tourisme englobe des prestations d'hébergement (gîtes ruraux, chambres d'hôtes...), de restauration (dégustation de produits du terroir...) et des activités (randonnées, activités de pleine nature, etc.). Certaines régions, comme Jezzine, ont réussi à développer une offre de tourisme rural et constaté une hausse de l'activité de 30 % en 2014. Mais ces initiatives restent isolées et le Liban est encore loin d'exploiter son potentiel.


Ce segment représente aujourd'hui moins de 5 % du chiffre d'affaires du secteur, selon le ministre du Tourisme Michel Pharaon. L'objectif est de porter cette part à 20 % d'ici à 5 ans, dans le cadre d'une stratégie quinquennale, présentée hier au Grand Sérail, en présence du Premier ministre et des ministres de l'Environnement, de la Jeunesse et des Sports, de la Culture et de l'Information. Car pour atteindre cet objectif, il faut mobiliser les différents ministères concernés, mais aussi les municipalités, le secteur privé ou les ONG locales et internationales. L'ensemble de ces acteurs sera d'ailleurs représenté au sein du comité chargé de mettre en œuvre la stratégie. « Pour le moment, il n'y a pas vraiment d'enveloppe allouée à ce projet, a expliqué M.Pharaon à L'Orient-Le Jour. On va commencer par collecter les données pour évaluer les besoins, mobiliser les ressources disponibles et coordonner les efforts dans le secteur. »
Pour Kenj Hamadé, consultant et professeur d'agriculture à l'Université libanaise, cette stratégie « traduit la volonté du gouvernement de diversifier l'offre touristique et de réduire la dépendance du secteur au contexte sécuritaire ». De nombreux touristes sont découragés par l'instabilité régionale, notamment les touristes arabes dont le nombre a baissé de 14,6 % en 2014. D'où l'intérêt de cibler les Libanais et la diaspora, en attendant le retour des étrangers.

 

(Lire aussi: Au Liban, les professionnels du tourisme respirent après la saison des fêtes)


Le tourisme rural offre aux Libanais, qui vivent à 87 % en milieu urbain, « l'opportunité d'échapper au stress, au bruit et à la pollution de la ville, de reconnecter avec la nature et de manger des produits sains, à des prix abordables », lit-on dans le document élaboré par le ministère. Les émigrés et les expatriés libanais, eux, sont enclins à redécouvrir les villages et les traditions, tout en soutenant les communautés locales, ajoute-t-il.
« Pour le moment, l'engouement bénéficie uniquement aux restaurateurs car les Libanais passent rarement plus d'une journée à la campagne. Mais si on veut vraiment développer l'économie locale et créer des emplois, il faut développer une offre complète », souligne Kenj Hamadé.
La stratégie prévoit dans un premier temps d'accroître la visibilité des produits existants (maisons d'hôtes, restaurants et activités) puis d'en créer de nouveaux. Michel Pharaon a d'ailleurs promis que cinq nouveaux circuits touristiques seront proposés sur le site du ministère d'ici à cet été.


Autres piliers de la stratégie : l'amélioration de la qualité des services proposés et la modernisation du cadre réglementaire et législatif. Le dernier pilier, et non le moindre, porte sur la protection de l'environnement et la conservation de l'héritage culturel, historique et agricole du pays, sans lesquelles le tourisme rural n'aurait plus de sens.
À cet égard, le ministre du Tourisme a indiqué que tous les monuments et sites de nature à attirer des touristes seront recensés, « mais ensuite il faudra trouver les fonds pour les réhabiliter », a-t-il ajouté.

 

Lire aussi

Pharaon veut encourager le tourisme rural et religieux

Le tourisme rural au secours de la crise touristique ?

 

Pharaon : Un tourisme pour toute saison et en toute circonstance

 

Le tourisme adapté au handicap, un potentiel à exploiter au Liban

 


Le tourisme rural a de plus en plus d'adeptes. Ce type de tourisme englobe des prestations d'hébergement (gîtes ruraux, chambres d'hôtes...), de restauration (dégustation de produits du terroir...) et des activités (randonnées, activités de pleine nature, etc.). Certaines régions, comme Jezzine, ont réussi à développer une offre de tourisme rural et constaté une hausse de...

commentaires (3)

C'est surréaliste..! cela Les villages du Akkar , de la Bekaa...ou du sud ...?

M.V.

16 h 42, le 12 février 2015

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • C'est surréaliste..! cela Les villages du Akkar , de la Bekaa...ou du sud ...?

    M.V.

    16 h 42, le 12 février 2015

  • SANS LA SÉCURITÉ... DU BLA... BLA... BLA...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 08, le 12 février 2015

  • Tout est résumé dans le dernier chapitre de cet article ! Ne reste plus qu'à espérer que ces six RESPONSABLES appliquent vraiment ces belles résolutions... Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 44, le 12 février 2015