Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Terrorisme

La barbarie à son paroxysme : l’EI brûle vif le pilote jordanien

La jihadiste irakienne emprisonnée en Jordanie et réclamée par les islamistes sera exécutée aujourd'hui.

Photo via Twitter

L'État islamique (EI) a affirmé hier dans une vidéo avoir brûlé vif un pilote jordanien capturé en décembre, franchissant un nouveau palier dans l'horreur. Sur les images insoutenables de la vidéo diffusée par l'EI, on voit Kassasbeh, portant une tenue orange, enfermé dans une cage en métal. Un homme masqué et armé, présenté comme un « émir d'une région bombardée par la coalition des croisés », prend alors une torche et met le feu à de l'essence. Les flammes se propagent jusqu'à la cage. Le supplicié cherche en vain à se protéger, se débat avant d'être transformé en une boule de feu. Un tracteur déverse ensuite des gravas sur la cage et l'écrase. Maaz al-Kassasbeh, un sous-lieutenant de 26 ans, était sorti de l'école de l'armée de l'air Roi Hussein et venait de se marier.

D'autre part, dans la vidéo, l'EI donne le nom, les photos et les adresses de pilotes jordaniens de la coalition internationale antijihadistes et déclare offrir une récompense de « 100 pièces en or » à ceux qui tueraient ce qu'il appelle un « pilote croisé ».

Riposte
Juste après l'annonce de l'exécution, la télévision officielle jordanienne a affirmé que la mort du pilote Maaz al-Kassasbeh remontait au 3 janvier, une déclaration semblant montrer que Amman était déjà au courant de son exécution. Le roi Abdallah II de Jordanie, en visite à Washington, a écourté son voyage pour revenir dans son pays.

Ainsi, cette vidéo intervient trois jours après l'annonce par l'EI de la décapitation d'un otage japonais, Kenji Goto, une semaine après la mort dans les mêmes circonstances d'un autre ressortissant nippon, Haruna Yukawa. Peu après l'annonce de la mort du pilote, une source de sécurité jordanienne a indiqué que la jihadiste irakienne emprisonnée en Jordanie et réclamée par l'EI, Sajida al-Rishawi, serait exécutée aujourd'hui. L'EI avait dit ces derniers jours qu'il laisserait la vie sauve à Maaz al-Kassasbeh si Amman relâchait l'Irakienne mais les autorités jordaniennes réclamaient d'abord des preuves de vie de leur pilote.
Cette femme, condamnée à mort pour sa participation à des attentats meurtriers en 2005 à Amman, sera exécutée « avec l'Irakien Ziad Karbouli, un responsable de l'organisation el-Qaëda, et des responsables d'attaques contre les intérêts jordaniens », a précisé cette source.

 

(Lire aussi : Sajida al-Rishawi , la jihadiste que l'EI veut)

 

Indignation totale
« Celui qui doutait de la barbarie de l'EI, en voici la preuve (...) et celui qui doutait de l'unité des Jordaniens, on lui prouvera le contraire », a fait savoir M. Momani, un porte-parole du gouvernement. Le ministère jordanien des Affaires religieuses a, quant à lui, demandé à ses ressortissants de prier aujourd'hui pour le pilote dans toutes les mosquées du pays.

Par ailleurs, alors que la Maison-Blanche a indiqué que les services de renseignements américains travaillaient pour « confirmer l'authenticité » de cette vidéo, le président Obama a appelé à redoubler de « vigilance et de détermination » pour lutter contre l'EI, ajoutant que « cette organisation ne s'intéresse qu'à la mort et à la destruction ». Le Premier ministre britannique David Cameron, dont le pays fait aussi partie de la coalition, a parlé d'un meurtre « effroyable », un « rappel de plus que l'EI est l'incarnation du mal ». Le commandant des forces militaires américaines au Moyen-Orient, le général Llyod Austin, a lui condamné un « meurtre sauvage » et promis de « combattre cet ennemi barbare ».

L'État islamique, accusé de nettoyage ethnique et de crimes contre l'humanité par l'ONU, a multiplié les exactions (décapitations, rapts, crucifixions) dans les régions sous son contrôle. Pour Shiraz Maher, chercheur à l'International Center for Study of Radicalisation à Londres, la mise en scène de la mort du pilote jordanien est la chose « la plus horrible, dégoûtante » diffusée par l'EI « ces deux dernières années ». Kassasbeh « est le premier individu qu'ils ont capturé à être directement impliqué dans la coalition », estimant aussi que « son exécution » est un acte de guerre.

Lire aussi
Dans le Sinaï, la branche égyptienne de l'EI gagne en puissance

« Casser l'image » des jihadistes avec des... chaussures

La lutte contre l'EI représente « le défi de notre temps »

Dans la guerre contre l'EI, le plus dur est à venir

L'État islamique (EI) a affirmé hier dans une vidéo avoir brûlé vif un pilote jordanien capturé en décembre, franchissant un nouveau palier dans l'horreur. Sur les images insoutenables de la vidéo diffusée par l'EI, on voit Kassasbeh, portant une tenue orange, enfermé dans une cage en métal. Un homme masqué et armé, présenté comme un « émir d'une région bombardée par la...
commentaires (1)

IL FAUT ÉRADIQUER CES HUMANOÏDES...

LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

05 h 12, le 04 février 2015

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • IL FAUT ÉRADIQUER CES HUMANOÏDES...

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    05 h 12, le 04 février 2015

Retour en haut