Liban

Les révélations du « Washington Post » : Imad Moghniyé a été tué conjointement par la CIA et le Mossad

OLJ
02/02/2015

Dans un dossier inédit publié samedi, le Washington Post révèle les dessous de l'assassinat en février 2008 du chef des opérations militaires du Hezbollah, Imad Moghniyé.
Cosigné par deux journalistes, l'article, auquel ont contribué cinq autres journalistes, se fonde sur cinq sources différentes, d'anciens responsables des services de renseignements US.
L'article affirme que l'assassinat de Moghniyé a été concocté par les services de renseignements américains et israéliens, la CIA et le Mossad, qui avaient tous deux des motifs sérieux pour liquider le responsable hezbollahi, accusé d'être commanditaire d'une série d'opérations « terroristes » qui avaient ciblé des intérêts israéliens et américains.
Alors qu'il rentrait chez lui à Damas après avoir participé à une réception à l'ambassade iranienne, Moghniyé s'est approché de sa voiture 4x4 où avait été placée une bombe à l'intérieur du pneu de secours fixé à l'arrière du véhicule. Activée depuis Tel-Aviv, la bombe a explosé, le tuant sur-le- champ, précise le texte.
« Des officiers de la CIA dotés d'une longue expérience en matière d'opérations secrètes ont réussi à assurer un logement sécurisé dans un immeuble situé à côté de l'appartement où logeait Moghniyé », selon les indications d'un ancien agent.
Le modus operandi conclu entre les deux services de renseignements accordait aux Américains la prérogative de stopper l'opération et aux Israéliens la tâche de l'exécution, affirme le quotidien.
L'article ajoute que les États-Unis ont aidé à la fabrication de la bombe qui a été testée à plusieurs reprises aux États-Unis afin de s'assurer que l'explosion serait contenue et son effet de nuisance limité à la cible.
Les auteurs font en outre état du débat juridique qui a entouré la prise de décision et les motifs avancés pour justifier une telle opération commise « hors des zones de conflits », bien que ce type d'assassinat soit généralement considéré « en violation avec le droit international ».
Mais l'argument avancé par l'administration US pour justifier l'opération s'est fondé sur le principe d'autodéfense, Moghniyé étant alors considéré comme « une menace permanente pour les Américains ».
Les États-Unis reprochaient à Imad Moghniyé d'avoir « comploté contre les forces américaines en Irak », en entraînant et en armant les milices chiites, causant la mort de plusieurs soldats US. Il est également tenu pour responsable de l'explosion qui a visé l'ambassade US à Beyrouth en 1983. Moghniyé avait également été accusé par la Cour fédérale américaine d'avoir détourné en 1985 le vol 847 de la TWA, tuant un soldat de la marine américaine qui se trouvait à bord de l'avion. Une opération qui a valu à Imad Moghniyé d'être placé par le FBI sur la liste des terroristes les plus recherchés.
Selon d'anciens agents de la CIA, Moghniyé est tenu également pour responsable du kidnapping en 1984 du responsable de la CIA au Liban, William Buckley, torturé puis tué, des faits qui ont été consignés dans une bande vidéo que Moghniyé avait envoyée à la CIA.
Pour les Israéliens, il était notamment impliqué dans l'opération-suicide menée en 1992 contre l'ambassade israélienne à Buenos Aires, tuant 25 Argentins et 5 civils israéliens, parallèlement à l'attaque qui a ciblé dans la même ville le Centre communautaire juif, deux ans plus tard, faisant 85 morts.
L'idée d'assassiner Imad Moghniyé avait émergé dès 2002, date à laquelle avait eu lieu une première réunion entre les services américains et israéliens, poursuit l'article. Mais ce sont les Israéliens qui ont abordé les Américains en premier. Les risques d'une riposte de la part du Hezbollah n'étaient pas à craindre par les Américains qui pensaient que le parti chiite accuserait Israël, précise le journal.
Le Washington Post ajoute par ailleurs que la CIA et le Mossad avaient eu l'opportunité de tuer également Qassem Soleimani, le commandant des brigades iraniennes al-Qods, un jour où il marchait aux côtés de Imad Moghniyé. « Ils se trouvaient côte à côte (...). Il n'y avait qu'à presser le bouton », affirme un responsable US cité dans l'article. Ce dernier ajoute toutefois que les personnes chargées de l'opération n'avaient pas le feu vert pour tuer Soleimani.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ACQUIS À QUI

Washington essaie desesperement de venir en aide a son appendice usurpateur , pour alleger le fardeau de la frappe qui va lui tomber sur la tete le jour de la vengeance sur babayahou et ses 40 voleurs . ON EST PAS DUPE ....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FAUT MAINTENANT QUE LA RÉSISTANCE DIVINE (?)... DIVINEMENT S'ÉTENDE À 40.000.- KMS AUTOUR DE LA TERRE ET À 80.000.-LIEUS SOUS LA MER...

Bery tus

Oui d'accord mais rien ne se passe en Syrie sans ke les moukhabarat syrien n'ont pas eu parfum de cela c'est impossible surtout dans la rue ou à exploser sa jeep !!!

Yves Prevost

...et la liste présentée ici de ses crimes est loin d'être exhaustive! "Celui qui combat par la bombe périra par la bombe". Ne versons pas de pleurs sur celui qui fut un des plus grands criminels de notre époque.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué