Rechercher
Rechercher

Liban - Environnement

Disparition d’un million de mètres carrés d’arbres à Janneh : nouveau débat

Le permis accordé nouvellement par le ministère de l'Agriculture pour abattre ces arbres en vue de la construction du barrage de Janneh a provoqué un débat hier en Conseil des ministres.

Le nombre final d’arbres devant être abattus reste une inconnue, selon les écologistes. Photo fournie par Raja Noujaim

Le 1er octobre 2014, un communiqué du Mouvement écologique libanais (LEM) dénonçait, document à l'appui, l'octroi, par le département d'agriculture du Mont-Liban (relevant du ministère de l'Agriculture), « d'un permis d'abattage d'arbres de forêts en vue de la construction du barrage et du lac de Janneh – Nahr Ibrahim ». Le rassemblement d'ONG estimait alors que cela « mènera à la destruction de non moins d'un million de mètres carrés de forêts ». À L'Orient-Le Jour, le ministre de l'Agriculture Akram Chehayeb devait confirmer l'octroi de ce permis, mais déclarer « préférer que cette décision soit revue en Conseil des ministres ». Il devait sitôt après faire marche arrière, suspendant le permis jusqu'à ce qu'une étude sur le terrain, relative au nombre d'arbres touchés et à l'impact écologique, soit effectuée.

Il y a quelques jours, la nouvelle de l'octroi d'un nouveau permis pour l'abattage des arbres à Janneh en vue de la construction du barrage parvenait aux médias. L'affaire ne fait pas seulement polémique auprès des écologistes, elle n'est apparemment pas approuvée par plusieurs ministres.

 

(Lire aussi : Au Liban, la polémique s'accentue autour des barrages en construction)


Interrogé sur le débat qui s'est déroulé en Conseil des ministres hier, le ministre du Tourisme Michel Pharaon, l'un de ceux ayant soulevé l'affaire, explique qu'une discussion a bien eu lieu, bien que le sujet n'ait pas été inclus dans l'ordre du jour. « Toutefois, l'abattage d'arbres à Janneh a commencé, dit-il. Il est estimé que 400 000 arbres devraient ainsi être coupés, sans que nous ayons une quelconque idée de l'impact écologique d'une telle action. »
Selon M. Pharaon, des arguments ont été présentés par plusieurs ministres. Le ministre de l'Environnement Mohammad Machnouk a rappelé qu'il avait émis plusieurs remarques sur le projet antérieurement. « Nous avons demandé que soit décrété un état d'urgence dans cette affaire », souligne M. Pharaon, précisant cependant que les ministres qui ont émis des réserves contre l'abattage n'ont pas obtenu une promesse formelle d'arrêt des travaux. « Le Premier ministre Tammam Salam est intervenu pour nous demander de ne plus prolonger la discussion autour d'un sujet qui n'est pas à l'ordre du jour, poursuit M. Pharaon. Nous avons cependant demandé qu'un suivi soit effectué. Le ministre de l'Environnement Mohammad Machnouk s'est engagé à tenir des réunions au plus vite avec son homologue de l'Énergie, Arthur Nazarian, et de l'Agriculture, Akram Chehayeb, afin de tirer cette affaire au clair. Nous avons demandé que le sujet soit de nouveau abordé en Conseil des ministres. »

Le ministre de l'Agriculture, lui, était injoignable pour commenter l'affaire. Ironie du sort, le même jour, un discours était prononcé en son nom par son représentant, Anwar Daou, lors du lancement, dans l'Iqlim el-Kharroub, d'une grande campagne de reboisement menée par l'association « Lana al-Chababiya », en collaboration avec l'Organisation internationale pour la paix et le développement. Dans ce discours, M. Chehayeb rappelle que la couverture végétale au Liban est passée de 30 % dans les années 60, à environ 20 % en 1975, pour atteindre les 13 % seulement aujourd'hui. Il y déclare également que « le ministère de l'Agriculture a lancé, en 2012, le plus grand programme de reboisement national, celui qui permettra de planter 40 millions d'arbres »...

 

(Pour mémoire : Des barrages sur des failles sismiques, c'est « Apocalypse Now » !)

 

Enquête de l'Inspection centrale
Par ailleurs, toujours concernant l'abattage d'arbres à Janneh, l'Association pour la protection du patrimoine libanais (APPL), par le biais de son représentant Raja Noujaim, a présenté en novembre dernier une plainte au président de l'Inspection générale, le juge Georges Awad, « contre le permis accordé à la société el-Itihad (l'entrepreneur en charge de la construction du barrage) ». Cette plainte a été prise en considération par l'Inspection centrale qui a lancé son enquête début janvier, ainsi que nous l'atteste l'APPL, document à l'appui. Sachant que l'une des incertitudes sur laquelle porte l'enquête est le nombre exact d'arbres devant être coupés.

Sur ce sujet, il convient de préciser que le premier permis octroyé à l'entrepreneur comportait le chiffre de 33 000 arbres. Le second, qui vient d'être signé par le ministre Chehayeb après l'étude effectuée, porte sur 51 000 arbres, suivant les nouvelles estimations. « L'un des principaux points que l'Inspection centrale devrait élucider, c'est le nombre d'arbres déjà coupés par l'entrepreneur, nous affirme Raja Noujaim. Nous pensons que plus de 51 000 arbres ont déjà été abattus, donc plus que le quota mentionné dans le permis. Selon les observateurs sur le terrain, l'abattage d'arbres se fait à une vitesse hallucinante depuis trois jours. »
Selon l'écologiste, autant l'Inspection centrale que le ministre de l'Agriculture lui-même peuvent obtenir l'arrêt immédiat de l'abattage.

S. B.

 

 

Lire aussi
Barrage de Hammana : un génocide programmé de sang-froid

Barrage de Janneh : entreprise insensée

Lancement officiel du projet du barrage hydraulique de Bisri

Le barrage de Janneh : un projet controversé contre le patrimoine libanais


Le 1er octobre 2014, un communiqué du Mouvement écologique libanais (LEM) dénonçait, document à l'appui, l'octroi, par le département d'agriculture du Mont-Liban (relevant du ministère de l'Agriculture), « d'un permis d'abattage d'arbres de forêts en vue de la construction du barrage et du lac de Janneh – Nahr Ibrahim ». Le rassemblement d'ONG estimait alors que cela « mènera à...

commentaires (4)

LES ABRUTIS CHASSEURS ABATTENT DES MILLIONS DE PETITS PASSEREAUX... ET LES ABRUTIS DES ABRUTIS DES MILLIONS D'ARBRES... Où EST L'ETAT ? NOUS SAVONS QU'IL N'EXISTE PAS EN POLITIQUE... MAIS ABAT-ON LES ARBRES AUSSI PAR OU POUR LA POLITIQUE ? TOUT EST POSSIBLE QUAND L'HÉBÉTUDE INFESTE TOUS LES ESPRITS DE L'HOMUS ABRUTICUS LIBANUS !!!

OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION.

20 h 21, le 24 janvier 2015

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • LES ABRUTIS CHASSEURS ABATTENT DES MILLIONS DE PETITS PASSEREAUX... ET LES ABRUTIS DES ABRUTIS DES MILLIONS D'ARBRES... Où EST L'ETAT ? NOUS SAVONS QU'IL N'EXISTE PAS EN POLITIQUE... MAIS ABAT-ON LES ARBRES AUSSI PAR OU POUR LA POLITIQUE ? TOUT EST POSSIBLE QUAND L'HÉBÉTUDE INFESTE TOUS LES ESPRITS DE L'HOMUS ABRUTICUS LIBANUS !!!

    OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION.

    20 h 21, le 24 janvier 2015

  • Allez, continuez allégrement de déboiser notre Liban pour une poignée de dollars !!! HONTE à TOUS CES "MESSIEURS" cités dans cet article et qui se renvoyent la balle pendant que les SANS CONSCIENCE avancent dans leur oeuvre criminelle !!! Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 44, le 23 janvier 2015

  • Belle photo! mais la partie du site qu'elle montre était pratiquement dépourvue d'arbres! Et, comme d'habitude, c'est la précision des écologistes qui est "hallucinante": le nombre d'arbres abattus jusqu'à présent n'a pas atteint mille...

    Georges MELKI

    10 h 37, le 23 janvier 2015

  • Bande de salopards et de lâches !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    10 h 05, le 23 janvier 2015

Retour en haut