Rechercher
Rechercher

Liban

La marche d’Offre-Joie vers Baabda : le cri de l’indépendance

Les avocats en robe noire dans la rue... Photo Sami Ayad

Si les festivités à l'occasion de la fête de l'Indépendance, notamment le défilé des forces armées, ont été annulées en raison de la vacance de la présidence de la République, l'ONG Offre-Joie n'a pas voulu que cette célébration soit occultée. Samedi, l'association a pris l'initiative d'organiser une « marche de l'indépendance » à laquelle ont participé des dizaines de personnes, malgré une météo peu clémente. Des avocats, des journalistes, des personnalités religieuses, des enseignants, des jeunes et des activistes de la société civile ont pris part à l'événement qui s'est tenu au milieu de mesures de sécurité strictes prises par les forces de l'ordre qui ont minutieusement fouillé tous les participants.


Non loin du palais présidentiel de Baabda, point d'arrivée de la marche, le bâtonnier de Beyrouth, Georges Jreige, a prononcé une allocution dans laquelle il a dénoncé la vacance de la présidence. « Rappelez-vous qu'aujourd'hui, nous célébrons l'indépendance et que la présidence est vacante depuis près de six mois, a-t-il déclaré. Nous n'avons pas le droit de reculer, alors que le devoir nous dicte d'aller de l'avant. Nous avons droit à une République respectable. Nous avons droit à un président. Nous comprenons l'annulation des célébrations par respect pour le poste du chef de l'État. Mais ces politesses ne mettent pas fin à la vacance de la présidence. Nous voulons des actes, nous voulons un président dans ce palais présidentiel. La présidence appartient à tous les Libanais, et il est inadmissible de l'insulter », a poursuivi le bâtonnier.


C'est la première fois, en effet, que les festivités sont annulées depuis la fin de la guerre civile. Une annulation due non seulement à la vacance présidentielle, mais aussi à la crise des militaires enlevés par des terroristes. « Nous sommes sous la menace de dangers existentiels et l'avenir fait peur, a encore déclaré M. Jreige. Mais nous ne permettrons pas que le Liban s'effondre. Nous en faisons la promesse, en tant qu'ordre des avocats. Ce qui se passe ne ressemble en rien à la démocratie. Il s'agit tout simplement d'une opération de destruction des institutions de l'État. La présidence de la République n'est pas une boîte postale pour que les leaders, les puissances et les partis se lancent des messages. La présidence appartient à tous les Libanais. Qu'attendons-nous ? Une nouvelle tutelle ? Une nouvelle occupation ? Une nouvelle communauté ? Un nouvel État ?
Que les députés exécutent les ordres de la Constitution maintenant ! »


De nombreux organismes et associations ont pris part samedi à la manifestation qui a pris une dimension nationale, notamment le syndicat des maquettistes et réalisateurs artistiques dont la délégation était conduite par le président du syndicat Patrick Nacouzi. Diverses allocutions ont également été prononcées par les membres de la délégation qui ont appelé à mettre un terme à la vacance présidentielle et à soutenir l'armée dans sa lutte contre l'extrémisme.

 

Lire aussi

« Nous ne pouvons pas nous permettre de dilapider notre indépendance et notre démocratie »

Dans son message de vœux pour l'Indépendance, Kerry invite les Libanais à se conformer à la déclaration de Baabda

Les télévisions unies pour l'indépendance

Après un « U » géant à Beyrouth, une chaîne humaine de 120 000 personnes sur le littoral, dimanche prochain

Si les festivités à l'occasion de la fête de l'Indépendance, notamment le défilé des forces armées, ont été annulées en raison de la vacance de la présidence de la République, l'ONG Offre-Joie n'a pas voulu que cette célébration soit occultée. Samedi, l'association a pris l'initiative d'organiser une « marche de l'indépendance » à laquelle ont participé des dizaines de...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut