X

À La Une

Les jihadistes de l'EI à l'offensive pour le contrôle d'un champ pétrolier à Homs

Syrie

Au moins 30 gardiens du champ et miliciens pro-régime ont été tués dans les combats.

OLJ/AFP
29/10/2014

Au moins 30 membres des forces du régime syrien ont péri dans une attaque menée par les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) contre un champ pétrolier dans la ville syrienne de Homs (centre), rapporte mercredi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Le groupe Etat islamique a lancé mardi matin son attaque, qui a duré jusque dans la nuit, et a réussi à s'emparer de parties du champ" d'Al-Chaer, "tuant 30 gardiens du champ et miliciens pro-régime", a dit à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. Il a également fait état de morts dans les rangs jihadistes, sans être en mesure de donner un chiffre exact.
Selon lui, les combats ont repris mercredi matin après une pause de quelques heures, l'armée bombardant la zone.


Le quotidien Al Watan, proche du régime, a reconnu l'avancée de l'EI, affirmant que le groupe jihadiste a pu contrôler "deux puits et une colline" dans ce secteur à l'issue de "violents combats". Le journal fait état de morts et de blessés des deux bords, sans préciser de bilan. "Les forces de l'armée, appuyées par la Défense nationale (milice pro-régime) tentent de reprendre le contrôle total du champ", ajoute le quotidien.


L'armée syrienne avait repris en juillet le champ pétrolier et gazier d'Al-Chaer aux jihadistes qui l'avait conquis au terme de combats qui avaient fait 270 morts, en majorité exécutés par l'EI. Le champ est situé près du célèbre site archéologique de Palmyre.


L'EI a mis la main sur plusieurs champs de pétrole et de gaz en Syrie et en Irak, une importante source de revenus pour ce groupe, qualifié d'"organisation terroriste la mieux financée" au monde par Washington.
L'extraction de pétrole, revendu au marché noir, a rapporté environ un million de dollars par jour à l'organisation depuis la mi-juin, a estimé récemment David Cohen, sous-secrétaire américain au Trésor en charge de la lutte contre le terrorisme.

"A l'exception de certaines organisations terroristes soutenues par des Etats, le groupe Etat islamique est probablement l'organisation terroriste la mieux financée à laquelle nous soyons confrontés", a déclaré David Cohen lors d'un discours à Washington le 23 octobre dernier.

Il a dénoncé le fait que ce pétrole soit vendu à des Kurdes en Irak, qui le revendent ensuite en Turquie, mais a assuré que les autorités turques et kurdes en Irak "s'étaient engagées à combattre la contrebande de pétrole". Il a également précisé qu'il y avait des indications que ce pétrole était aussi vendu au régime syrien de Bachar el-Assad, qualifiant ces achats de "signe supplémentaire de la dépravation" du gouvernement de Damas.

 

Quelques jours plus tôt, le cabinet américain IHS avait indiqué que, selon ses calculs, la production pétrolière de l'EI était estimée à 800 millions de dollars par an, soit l'équivalent de 2 millions de dollars par jour. "Le groupe terroriste (...) est capable de générer des revenus significatifs même en produisant seulement une fraction des capacités pétrolières du territoire qu'il contrôle et en vendant le pétrole qu'il produit avec une forte remise au marché noir", a souligné IHS dans un communiqué.
Le cabinet américain estime que l'EI contrôle des capacités de production de 350.000 barils par jour (bj) mais qu'il ne produit que 50.000 à 60.000 bj, qu'il vend ensuite au marché noir à un prix compris entre 25 et 60 dollars le baril (40 dollars en moyenne), soit bien moins que les tarifs pratiqués sur les marchés internationaux, le Brent évoluant actuellement autour de 85 dollars le baril.

 

Lire aussi

Syrie: les exportations ont chuté de 90% depuis le début de la crise

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

VERRONS-NOUS LES SATANÉES "SEPT SOEURS" DEVENIR "HUIT SOEURS" ?

Sabbagha Antoine

Triste de voir la Syrie se diviser ainsi vite en cantons de gaz ou pétrole .

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!