X

À La Une

La Turquie résiste aux appels à la lutte antijihadiste, au grand dam de ses alliés

Eclairage

Une intervention militaire "serait désastreuse pour la Turquie", estiment les analystes.

OLJ/AFP
19/10/2014

La Turquie continue à faire la sourde oreille à ses alliés qui la pressent de jouer un rôle plus actif dans la lutte contre la menace jihadiste, au risque de voir se détériorer un peu plus son image déjà écornée par les récentes dérives de l'ère Erdogan.

La guerre qui ravage la Syrie a placé Ankara au banc des accusés. Le refus de son gouvernement de voler au secours de la ville syrienne kurde de Kobané, assiégée par le groupe Etat islamique (EI, ex-Daech) à une poignée de kilomètres de sa frontière, lui vaut depuis quelques semaines incompréhensions, critiques et menaces.
Mais la Turquie refuse obstinément d'ouvrir sa base aérienne d'Incirlik (sud) aux avions de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis qui bombardent l'EI, et encore plus d'engager militairement ses propres troupes. Son Premier ministre islamo-conservateur, Ahmet Davutoglu, a répété cette semaine qu'il ne cèderait pas aux appels à l'aide lancés à son pays. "Tout ceci n'a rien à voir avec le sort de Kobané. Il ne s'agit que de faire pression sur la Turquie grâce à Kobané", a-t-il dit, "mais la Turquie n'a aucun goût pour les aventures".

(Reportage : Les habitants de Kobané et ce tout petit minimum d'espoir...)


Passablement irrité par les reproches de ses principaux alliés, M. Davutoglu s'est permis de leur rappeler leurs propres ratés dans la lutte contre les jihadistes, et que son pays accueillait déjà plus d'un million et demi de réfugiés syriens. "Personne n'a le droit de nous faire la leçon", a-t-il lancé.


Comme le soulignent les analystes, Ankara a toutes les raisons de ne pas s'engager dans une opération militaire à l'issue improbable chez ses voisins syrien ou irakien.
Une guerre contre les jihadistes "serait désastreuse pour la Turquie", estime Hugh Pope, de l'ONG International Crisis Group. "Ses frontières sont poreuses, elle est vulnérable à une attaque terroriste et une partie significative de son électorat sunnite et conservateur ne considère pas l'EI comme un ennemi", souligne-t-il. "Les pays occidentaux devraient s'abstenir de forcer la Turquie à intervenir pour sauver la Syrie s'ils ne veulent pas découvrir un beau matin que la Turquie a été engloutie dans le bourbier syrien", insiste M. Pope.

"Question de fierté"

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a posé une série de conditions très strictes à une éventuelle opération militaire, notamment la création d'une zone-tampon doublée d'une zone d'exclusion aérienne dans le nord de la Syrie. Mais surtout, il rappelle à chaque occasion que l'objectif numéro 1 de toute intervention doit être la chute du président syrien Bachar el-Assad, sa bête noire.

(Lire aussi : Ces peshmergas qui parlent Facebook, Viber ou WhatsApp...)


"La chute d'Assad n'est clairement pas une priorité des Occidentaux", relève Marc Pierini, analyste à la fondation Carnegie Europe et ex-ambassadeur de l'Union européenne en Turquie, et la zone d'exclusion aérienne "une bonne idée d'autrefois".

Derrière ses réticences à s'engager contre l'EI se cache aussi la volonté d'Ankara de ne pas renforcer la main des Kurdes de Syrie, à la pointe du combat antijihadiste et par ricochet leurs "frères" turcs du Parti des travailleurs du kurdistan (PKK), qui mènent une guérilla sécessionniste en Turquie depuis 1984.
Ces derniers jours, M. Erdogan a ainsi mis le PKK et l'EI dans le même sac "terroriste", alors même que Washington se rapproche des Kurdes syriens.

(Témoignage : « Il nous a suppliés de le tuer pour qu'il puisse aller au paradis »)


"Les réalités politiques de la région changent vite et offrent de nouvelles opportunités", juge M. Pierini, notamment celle d'un rapprochement entre Turcs et Kurdes de Syrie. "Une telle alliance protégerait le processus de paix de la Turquie avec +ses+ Kurdes et la prémunirait à sa frontière de la menace de l'EI".
Mais dans le climat actuel, beaucoup doutent que la Turquie accepte un tel revirement et encore plus qu'elle cède aux pressions de ses alliés de l'Otan.

Depuis la répression de la fronde antigouvernementale de juin 2013, l'image de M. Erdogan a pâlit chez les Occidentaux, qui s'inquiètent de sa dérive autoritaire et islamiste. Et sa sortie, cette semaine, contre les nouveaux "Lawrence d'Arabie" qui déstabilisent la région et son pays e les a pas rassurés.
"La participation de la Turquie à la coalition (...) souligne une nouvelle fois l'appartenance problématique de ce pays à l'Otan", juge l'éditorialiste du quotidien d'opposition Zaman, Lale Kemal. "Le refus d'autoriser l'accès à sa base d'Incirlik (...) est désormais une question de fierté", conclut-elle, "Ankara ne veut pas être vue comme cédant à la pression américaine".


Lire aussi

Futurs terroristes ou repentis ? La délicate gestion du retour des jihadistes

Les habitants de Kobané et ce tout petit minimum d'espoir...

Analyse
L'État islamique plus puissant que prévu

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Chapeau ! Erdo.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Chaque Grande Puissance assure ses propres intérêts. Bien vu, Grande Turquie !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MAINTENANT LES OCCIDENTAUX, AMÉRICAINS EN TÊTE, ONT PARACHUTÉ ET PARACHUTENT DES ARMES DÉFENSIVES LOURDES ET MÊME OFFENSIVES AUX KURDES... EN S'EN-FOUTANT DES RÉTICENCES DES HABITUÉS AUX GÉNOCIDES !

Ali Farhat

La turquie d'erdogan éféndi est plutot en mauvaise posture!(notre excellente expression populaire dirait: 2é3dé 3al khéz..). Elle pose sciemment des conditions impraticables à ses alliés "Atlantistes", parce que ses derniers et elle meme ont été avertis sans équivoque par la Russie, la Chine et l'Iran, sans compter les puissants alliés locaux, des limites à ne pas franchir afin de ne pas passer à la phase des ingérance s directes et très difficilement incontrolable du conflit. Par ce fait, la turquie, "acculée" (ici, les 2 premières lettres sont remplaçables!) fait 2 choses en meme temps 1-Elle continue à soutenir les terroristes fanatisés de tous poils et ne leur tourne pas le dos, afin de les garder comme "Amis" sachant de quoi ils seraient capables après lachage et trahison des accords de la "joint venture" (les eua étant à plus de 12.000 km de là). 2- Elle ferait porter de manière maline la resposabilité de tout échec aux atlantistes en leur disant: vous ne m'avez pas écoutée. Cette ruse mal perçue par les patron de la mafia internationale qui réclament "le lachage immédiat", singes auxquels il ne faut apprendre à faire la grimace, peut se reveler éfficace de prime abord, mais elle coutera surement très cher à la politique erdoganniène à moyen et long terme.

M.V.

La Turquie a surtout peur ...qu'en cas d'intervention leurs djihadistes nationaux se manifestent...!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES FANFARONNADES ÉTAIENT TOUTES AUTRES AU DÉBUT DE LA CRISE SYRIENNE. BIDDÉ IHJOM... HADDOUNÉ ! ET LES ABRUTIS D'ESSAYER DE LE RETENIR... LES RÉTICENCES D'AUJOURD'HUI... LÉCH BIDKON YÉNI IHJOM ?... MA BIDDÉ IHJOM YIA 3AMMÉ !... DÉVOILE AUX PLUS IMBÉCILES LES CONNIVENCES, FINANCEMENT ET ARMEMENT, POUR SE DÉBARRASSER... CROIT-IL... UNE FOIS POUR TOUTE DU PROBLÈME KURDE... "IL CROIT" LE CONTRAIRE ARRIVERA ! LES KURDES N'OUBLIERONT PAS !

Halim Abou Chacra

Erdogan, islamiste "merdan" ! A quoi sert sa participation hypocrite à l'Otan ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban invité à Astana : une reconnaissance de la priorité du dossier des réfugiés syriens

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants